La C1 ne pardonne rien aux nonchalants

La C1 ne pardonne rien aux nonchalants©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mercredi 15 février 2017 à 14h02

Perdus sur le terrain, sonnés par la gifle, les Barcelonais ont fait profil bas mardi. Ils ont vite quitté le Parc des Princes, quasiment en catimini, comme s'ils ne voulaient croiser le regard de personne qui aurait pu leur rappeler ce qui venait de se passer.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU PARC DES PRINCES

Regards fermés et fuyants, pas rapides : Lionel Messi, Neymar et consorts ont traversé la zone mixte comme un simple couloir, sans un oeil pour les journalistes présents. Seuls Luis Enrique et Andrés Iniesta ont assuré le service après-vente de cette retentissante défaite contre le PSG mardi en huitièmes de finale de la Ligue des Champions (4-0). Il faut dire que même à l'entraîneur du FC Barcelone et son capitaine, les mots manquaient pour expliquer l'ineffable, pour justifier l'inexcusable. Encaisser une défaite, être dominé par un adversaire sans parvenir à trouver la clé, c'est le lot de toutes les équipes sur la longueur d'une saison, même si cela arrive plus rarement aux Blaugrana qu'à d'autres.

Un échauffement tardif, un parcage triste

Mais perdre en ayant affiché un tel visage, cela a tout d'une faute de goût majeure pour un club qui respire habituellement la classe et l'élégance. Il a été rattrapé par un complexe de supériorité qui lui est revenu en pleine figure au bout de 90 minutes à sens unique et qui pourrait bien le bouter hors de la Ligue des Champions dès les huitièmes de finale. Ce serait une première depuis dix ans. Cette nonchalance a transpiré de tous les pores catalans, et ce dès l'avant-match. Les Barcelonais ont certes l'habitude de pénétrer tard sur le terrain pour l'échauffement, mais ils n'y étaient toujours pas à 25 minutes du coup d'envoi. Surprenant à tel point que certains se demandaient si la rencontre débutait bien à 20h45. Les Parisiens étaient eux bien présents depuis un quart d'heure et avaient déjà chauffé un public qui était prêt à vivre un grand soir. Ce qui n'était visiblement pas le cas des supporters catalans, venus en petit nombre pour garnir à peine au tiers le parcage visiteurs et s'y faire très discrets pendant tout le match.

Un Barça amorphe et sans réaction

C'est à croire que les fans envisageaient cette étape à Paris comme une formalité sur la route des quarts de finale de la Ligue des Champions. Contagieux ou pas, ce sentiment semblait imprégné chez les joueurs aussi. Ce n'est pas un hasard si dès les premières minutes, tous les contres favorables et si tous les ballons entre deux étaient gagnés par des Parisiens. Il y avait chez eux une détermination folle, une envie de sauter sur tout ce qui bougeait. Marco Verratti, Adrien Rabiot, Marquinhos, même Julian Draxler ou Angel Di Maria : tous ont sali le short et le maillot sur la pelouse pour gratter des minutions importantes. Rien de tout ça chez les Catalans, qui sont restés tout le match sur un rythme de sénateurs, à subir les vagues parisiennes comme un boxeur dans les cordes et au bord du K.-O. Amorphe, sans réaction, le Barça a fait peine à voir et dégageait une nonchalance que la Ligue des Champions ne pardonne à personne. Pas même à une équipe l'ayant remporté quatre fois sur la dernière décennie.

« Onze hommes contre onze enfants »

Il est difficile d'admettre que les Barcelonais, bien que contrés à la perfection par le PSG, n'avaient pas plus à donner. Symbole ultime de la débâcle, Messi était à côté de la plaque. Quand Messi brille offensivement, son replacement défensif inexistant passe inaperçu. Quand il est aussi indigent que mardi soir, ça interroge vraiment. Mais tout le monde est à mettre dans le même sac, hormis Marc-André Ter Stegen et Neymar. Pour le reste, ce fut un naufrage collectif, que Steven Gerrard, néo-retraité désormais consultant, a résumé ainsi pour la télévision britannique : « C'était onze hommes contre onze enfants ». Dans le dilettantisme affiché, dans cette facilité qui masquait un terrible inconfort, il y avait en effet quelque chose d'enfantin. Mais s'il est aisé de pardonner les erreurs de jeunesse, celles des adultes passent forcément beaucoup moins bien. Et c'est maintenant pour expier ses fautes que le Barça devra au moins montrer autre chose au match retour, avant même de songer à une improbable « remontada ». Ne serait-ce que pour redorer un blason souillé par la soirée de mardi.

 
11 commentaires - La C1 ne pardonne rien aux nonchalants
  • Les statistiques du Barca sont sans commentaires...1 seul tir cadré dans tout le match, Messi à touché 0 ballon dans la surface parisienne (oui, 0 ballon), c'est de loin ses pires stats en LDC, une nonchalance plus que douteuse pendant presque les deux mi-temps, aucune envie de jouer, ils marchaient tous comme à l'entrainement.

    Très honnêtement, j'aurais préféré voir Barcelone perdre à la régulière, en jouant au ballon avec le niveau qu'ils offrent d'habitude, mais visiblement, ils en on décidé autrement.

    Je comprend les personnes qui pensent à un match truqué, car on aurait dit que le PSG jouaient contre une équipe de CFA.

    Match truqué??? faut quand-même arrêter de délirer, le Barça a cru à une promenade de santé, quand le PSG a montré des capacités insoupçonnables à ce jour!! avec des jeunes qui ont assuré bien au delà de ce qu'on les croyaient capables!
    La combinaison des deux a fait le reste et encore ç'aurait pu être pire encore!!
    De plus, il faut bien constater que le Barça n'est plus ce qu'il était, en dehors des 3 de devants et du gardien!, le reste est moyen! La défense sans garantie et le milieu dépassé!

  • Il est certain qu'après avoir vu le dernier match du Barça en Liga et le match d'hier soir, je me dis qu'il y a probablement anguille sous roche. C'est pas possible autrement : le PSG peine en L1 et le BARCA qui cartonne avec des 4, 5, 6 à 0, il y a de quoi se poser des questions mais, je me trompe certainement, du moins, j'ose l'espérer.

    vous êtes bien un pigeon malade...en liga il y a des tas de club qui ont un niveau insuffisant. Il y a plusieurs années or Qatar, le PSG avait sorti le Réal dans un match de gala en coupe...il me semble aussi que le Barça fût sorti par Toulouse ou Metz.. le Réal et le Barça était déjà des géants par rapport à nos clubs

    J'ai aussi beaucoup de doutes et j’espère également me tromper car la prestation d'hier soir paraissait trop grosse pour être vraie.

    çà sent les anciens collabos de Tapie l'homme qui a fait gagner les pleureuses de Marseillais. Ligue des champions truquée comme OM VALENCIENNES pourrait-on dire aussi

  • Je suis français moi aussi, et je me réjouis également chaque fois que nos clubs ont l'occasion de briller en Europe. Mais d'une part, et comme chacun le sait, le foot est devenu depuis bien longtemps un business avant tout. Certes l'équipe du Barça est vieillissante, mais ses stars ont déjà prouvé à maintes reprises qu'elles étaient bien présentes aux grands rendez-vous. Alors, qu'une telle équipe s'écroule ainsi du jour au lendemain, qu'elle prenne un tel carton sans réagir, est pour ma part plus que suspect. Un 1-0 ou 2-1 n'aurait éveillé aucun soupçon. Sans jalousie, passion ou parti pris, avec simplement un peu d'objectivité, PSG -Barça 4:0, ça ne vous interpelle vraiment pas !? Ah bon !

    Non, le Bayern à déjà mis une tôle au Barça, et ce n'est pas si vieux! Pas plus choquant que le 5 à 0 infligé par St-Etienne à Hambourg en Allemagne qui dominait l'Europe, pas plus choquant que la défaite de l'Ukraine à Paris pour les éliminatoires de la coupe du monde.

    Entièrement d'accord avec Noumea95. Barcelone a eu son heure de gloire, mais c'est une équipe vieillissante, sans Xavi, et Messi transparent comme cela lui est déjà arrivé par le passé. Résultat; une équipe ordinaire.

  • Savourons notre plaisir. En coupe d'Europe je suis supporter de tous les clubs français et c'est normal. En compétition nationale ce n'est plus la même chose. Très bon pour l'indice UEFA qui détermine le nombre de clubs qualifiés.

  • le barça, c'est fini pour plusieurs années, xavi parti, iniesta fini, messi fini, ils gagnaient grâce à ces trois joueurs....sans eux ils n'auraient rien gagné au cours des 10 dernières années

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]