L'ASM a un trou à combler

L'ASM a un trou à combler©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mercredi 19 avril 2017 à 07h42

Jamais depuis le début de la phase à élimination directe de la Ligue des Champions Monaco n'a aligné son équipe-type. Ce n'est pas faute de vouloir, mais de pouvoir pour Leonardo Jardim.

Au-delà des blessures, l'entraîneur de l'ASM doit toujours composer avec une suspension dans son carré défensif, que composent sa charnière centrale et sa paire de milieux. Kamil Glik, Jemerson et Tiémoué Bakayoko : ils ont tous manqué successivement l'un des trois derniers matchs du club de la Principauté en C1. Ce sera au tour de Fabinho mercredi pour le quart de finale retour contre le Borussia Dortmund (20h45). Sur le papier, ce pourrait bien être l'absence la plus problématique pour les Monégasques. Surtout à écouter le portrait élogieux que fait Jardim de l'international brésilien (4 sélections) : « C'est un joueur que tout le monde connaît, un gros milieu de terrain. C'est un joueur important qui a gagné sa place dans l'équipe. Au milieu, il est en capacité d'organiser le jeu, il sait 'regarder' le match, il a une grande qualité de passes. C'est le meilleur joueur à ce poste. »

Un ancien latéral révélé au milieu

Ces déclarations datent d'il y a une semaine, en conférence de presse avant la première manche face au Borussia (2-3), et la suite lui avait donné raison. Fabinho a beau avoir raté un penalty au Signal Iduna Park, le premier échec de sa carrière en seize tentatives dans l'exercice, il y a encore rendu une copie pleine. Dans un rôle plus défensif que Joao Moutinho, auquel il était associé, il s'est évertué à colmater les brèches, à évoluer comme un libéro du milieu de terrain pour prêter main forte à sa défense. Cantonné le plus souvent depuis le début de sa carrière au poste de latéral droit, l'ancien du Real Madrid se révèle dans une position plus axiale cette saison. Il y a pris une autre dimension, développé un arsenal bien plus complet et s'est imposé comme une référence en L1. A tel point que les deux Manchester, la Juventus Turin ou le FC Barcelone lui font déjà les yeux doux en vue de l'été prochain, même si sa valeur marchande a au moins doublé avec son replacement dans le cœur du jeu.

Fabinho troisième joueur le plus utilisé de l'ASM

Ce n'est pas un hasard s'il est le troisième joueur de champ le plus utilisé par Jardim cette saison toutes compétitions confondues (3 910 minutes), juste derrière la paire Glik-Jemerson. Monaco n'a tout simplement pas l'habitude de faire sans lui et ses absences ont tendance à laisser un grand vide dans l'entrejeu. Cela s'était ressenti lors de la finale de la Coupe de la Ligue, lorsque l'ASM avait explosé contre le PSG au Parc OL (1-4). D'un bout à l'autre du match, le trio Motta-Verratti-Rabiot avait pris le dessus sur le duo Bakayoko-Moutinho et puni les partenaires de Danijel Subasic, dépassés par les événements parce que trop exposés au milieu. Jamais les deux hommes n'avaient réussi à enclencher un pressing efficace pour contrecarrer la circulation de balle adverse et ils avaient souffert techniquement pour se sortir de leur camp. Ils avaient aussi affiché une complémentarité douteuse et le jeu long de Fabinho, dont les distances de passes sont en moyenne 2,50m plus élevées que ses deux compères, avait manqué pour assurer le lancement des attaques directes caractéristiques de l'ASM cette saison.

Bakayoko en pleine plongée physique

La suspension du natif de Campinas a tout pour être préjudiciable mercredi pour Monaco, qui devra certainement faire comme à l'aller, c'est-à-dire courir après le ballon (64% de possession pour le Borussia) et l'utiliser avec intelligence à la récupération. Moutinho a la qualité technique pour le faire, mais il n'a pas l'abattage à la récupération de son partenaire et souffre régulièrement de son déficit physique (seulement 22% de duels gagnés cette saison en Ligue des Champions). A ses côtés, Bakayoko parait plonger physiquement depuis un bon mois. Il faut dire qu'il n'a pas l'habitude d'enchaîner autant les matchs, son temps de jeu ayant déjà doublé par rapport à la saison dernière (3 391 minutes contre 1 682 en 2015-16). Son but victorieux contre Manchester City au tour précédent en Ligue des Champions (3-1) avait fait oublier une prestation cahoteuse et l'international tricolore n'a pas franchement trouvé son second souffle depuis. La baisse de régime sensible de l'ASM sur la scène nationale depuis trois semaines, c'est aussi la sienne. Mais sans Fabinho, il n'aura d'autre choix que de remettre le bleu de chauffe. Sous peine de le payer très cher mercredi.

 
0 commentaire - L'ASM a un trou à combler
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]