Zvunka: "On ne prend pas de points"

Victor Zvunka et Nîmes se déplacent à Laval. (Reuters)

Peu en verve depuis le début de la saison, avec quatre petits points pris en cinq matches, le Nîmes Olympiques tentera de se refaire la cerise sur la pelouse de Laval, vendredi, à l’occasion de la sixième journée de Ligue 2. Entretien avec l’entraîneur des Crocodiles, Victor Zvunka.

Comment expliquez vous que Thierry Froger n'ait pas conservé son poste malgré la montée en Ligue 2 ?
Ce n'est pas mon problème. Vous pouvez poser la question au président mais personnellement, je n'ai rien à dire là-dessus.

En début de saison, le président Gazeaux s'est montré ambitieux en déclarant notamment  "qu'il n'était pas question de redescendre". Pourquoi pensez vous être l'homme de la situation ?
Le président a déjà voulu prendre un entraineur qu'il connaissait un petit peu puisqu'on s'était rencontrés il y a trois quatre ans. Au moment de signer à Guingamp j'avais été approché pour déjà devenir entraineur de Nîmes. Il y a eu un rendez vous qui s'était très bien passé mais Guingamp s'étant montré plus rapide à l'époque et j'ai finalement atterri là-bas. J'ai aussi une grande expérience de la Ligue 2 que je connais très bien. Je pense d'ailleurs être l'entraineur possédant le plus d'expérience à ce niveau la. Puis j'ai passé un certain nombre d'années dans le Sud et le président voulait quelqu'un qui soit à l'aise avec cette mentalité particulière.

Selon vous quels facteurs seront déterminants pour le maintien en Ligue 2 ?
L'adaptation. L'équipe est encore jeune et même si beaucoup de joueurs ont connu la Ligue 2, ils étaient en National l'année dernière et n'ont pas une grande expérience à ce niveau-là. Il va falloir que les jeunes se servent du vécu des anciens, notamment du mien, pour progresser et que l'équipe devienne plus solide.

Après 5 journées, Nîmes compte 4 points et pointe à la 17e place au classement. Quel premier bilan tirez vous de ce début de saison ?
Je ne vais pas dire que je suis content. En revanche je suis satisfait de la manière. Je pense que jusqu'à présent, l'équipe a pratiqué un football très intéressant même si cela ne se reflète pas forcément au niveau du classement. On n'a pas été récompensés de nos efforts. Maintenant il ne faut pas oublier qu'on a joué seulement deux fois à la maison et que le calendrier ne nous a pas épargnés depuis le début de saison. On a été à Auxerre qui vient de descendre, à Sedan et Clermont qui ont fini respectivement 4e et 5e l'année dernière. A domicile, on a reçu Caen et Nantes, deux grosses équipes qui ont pour objectif de remonter cette année donc c'est un début de championnat vraiment très compliqué.

La suite s'annonce plus facile avec le déplacement à Laval et la réception d' Ajaccio ?
Oui c'est vrai. Maintenant c'est un championnat particulièrement équilibré cette année. Il y a tellement d'équipes qui ont déjà connu la Ligue 1 et qui veulent y retourner. Il doit y avoir au moins 15 clubs qui possèdent un effectif et un niveau comparable. Donc une chose est sûre, il n'y aura pas de rencontre facile et chaque point pris sera important.

Qu'avez vous pensé de la prestation de vos joueurs lors du dernier match (défaite à domicile contre Caen 0-2) ?
Sur le plan physique, on n'était pas au mieux, ce qui s'est vu dés le départ. Avec le match contre Monaco en Coupe de la Ligue, on a dû enchainer... Puis il fait vraiment très chaud ici depuis une quinzaine de jours. Accumuler les séances d'entrainement dans ces conditions n'est vraiment pas facile et on a fini par le payer.

"On n'est pas assez tueurs"

Donc sur ce match contre Caen, un ancien pensionnaire de Ligue 1, le problème était uniquement physique ou y avait-il quand même une différence de niveau ?Non le problème n'était pas uniquement physique, il était aussi tactique. En première mi-temps, on a vraiment subi. Après, en seconde période j'ai essayé de rectifier le tir mais là on s'est heurtés à un grand gardien qui a sorti un gros match car on a plusieurs opportunités pour revenir à hauteur mais à chaque fois, Perquis sort la parade décisive. Après, on prend ce deuxième but qui nous fait très mal et mentalement on y est plus trop.

L'absence de votre buteur Seydou Koné (meilleur buteur de National l'an passé) n'a pas dû vous faciliter la tâche ?
Koné n'était pas là à Sedan et on a quand même gagné 3-2 donc je ne pense pas que ça ait forcément un rapport. Il y a un jeune qui a joué à sa place et qui a fait un très bon match. Il ne faut pas faire de fixation sur un joueur en particulier. On a besoin de la qualité de tout le monde pour rester en Ligue 2.

Justement par rapport à ce match contre Sedan ou vous trouvez le chemin des filets à trois reprises, comment expliquez vous un tel manque d'efficacité sur les autres rencontres (Nîmes n'a réussi à marquer qu'un seul but lors des quatre autres matches ) ?
A Sedan, on a réussi à mettre en pratique des situations qu'on avait travaillées à l'entrainement, notamment sur les premier et troisième buts. Sur le second, on a eu un peu de réussite avec cette reprise de volée à l'entrée des dix huit mètres. Je pense surtout que c'est sur le plan athlétique qu'on gagne ce match. On a bien fait tourner le ballon, on était présents dans les duels, on avait du jus contrairement au match de Caen ou on a pas forcément réussi à mettre notre jeu en place. Puis d'une manière générale, on se procure pas mal d'occasions à chaque match mais à un moment donné l'équipe est trop joueuse et pèche dans le dernier geste. On manque de réalisme.

Comment pallier ce manque de réalisme ?
En trouvant un équilibre. C'est bien de pratiquer un beau football mais un moment donné il faut être tueur et la mettre au fond. On travaille beaucoup par rapport à ça, notamment avec la vidéo. Après le match de Caen, j'ai essayé de montrer aux joueurs certaines situations de jeu qu'il faudrait améliorer. Il y a vraiment un travail important consenti par les joueurs mais malheureusement on n'est pas récompensés, on ne prend pas de points.

N'existerait-il pas une autre solution liée au mercato en renforçant l'effectif à certains postes ?
J'en ai parlé au président. Dans l'immédiat la réponse est non mais la situation peut encore évoluer. On verra où on en est après le prochain match face à Laval mais pour l'instant ce n'est pas d'actualité.

En sens inverse pensez-vous devoir faire face à des départs avant la fin du mercato ?
Non parce que personne ne veut partir, même les joueurs qui ne jouent pas régulièrement. Ils sont bien à Nîmes et ont envie de poursuivre le projet de maintien du club en Ligue 2.

"Ranieri ou un autre c'est pareil"

Après votre victoire en Coupe de France avec Guingamp vous devez attacher une importance particulière aux coupes nationales. Comment avez vous vécu l'élimination de votre équipe en Coupe de la Ligue contre Monaco avec cette égalisation que vous concédez à la dernière minute ?
Très mal. On venait de jouer Auxerre ou on avait pris deux buts vraiment stupides. On a essayé de rectifier ça contre Nantes, ce qu'on a réussi à faire. Contre Monaco, on l'a également très bien fait pendant 92 minutes et malheureusement on s'est encore éparpillés en toute fin de match où on concède un but d'école avec une passe latérale vers un joueur qui appelle le ballon et qui forcément se fait interceptée. C'est vraiment frustrant d'autant que Monaco ne nous a pas du tout mis en danger et que nous avons fait un très bon match. Finalement on prend ce but à la toute dernière minute et on finit par se faire éliminer pour rien. A côté de ça, on accumule beaucoup de fatigue qui nous pénalise pour les matches suivants. C'est vraiment très énervant.

Si on met de côté la déception liée au résultat, comment avez-vous vécu le fait d'affronter un entraineur de renommée mondiale comme Claudio Ranieri ?
Ça ne m'a fait aucun effet particulier. Ranieri n'a rien à voir avec la qualité de l'effectif de Monaco aujourd'hui. Lui, quand il arrive, tout est déjà en place, ce qui n'est pas compliqué vu les moyens des Russes. C'est comme Ancelotti à Paris. Quand il arrive, il appuie sur un bouton et on lui apporte tous les joueurs. En fin de compte, il suffit de mettre un entraineur de qualité à la tête de Monaco pour obtenir des résultats. Que ce soit Ranieri ou un autre, c'est la même chose.

D'une manière générale, quelle vision portez-vous sur le championnat cette saison ? Quels sont vos favoris pour le podium à la fin de l'année ?
C'est un championnat très dense et très équilibré. Certes il y a Monaco qui est au-dessus. Après, Auxerre et Caen ont perdu la moitié de leurs joueurs avec la descente. Dijon s'en est mieux sorti mais en même temps leur effectif n'était pas aussi fort que celui des deux autres. C'est un championnat qui risque d'être vraiment accroché parce que toutes les équipes se valent plus ou moins. Je crois que mis à part Clermont, toutes ont d'ailleurs connu la Ligue 1 au moins une fois, à commencer par nous, donc pour le podium c'est vraiment difficile de se prononcer. Nîmes ne peut pas vraiment le prévoir, c'est sûr, mais si on parvient à jouer à notre meilleur niveau tout au long de la saison, pourquoi ne pas l'envisager. Ça risque d'être un championnat très dur où chaque point sera important. Vous n'avez qu'à regarder le premier tour de Coupe de la Ligue entre clubs de Ligue 2, quasiment tous ont donné lieu à des prolongations. Maintenant, si je devais donner mes favoris pour la montée, je dirais Monaco sans surprise avec Caen et Nantes, que je vois depuis le début. Der Zakarian a montré qu'il était capable de bien fonctionner en Ligue 2 puis il possède à sa disposition un effectif très profond avec un banc vraiment solide.

Vous semblez sous-entendre que Nîmes a une carte à jouer. A terme, les Crocodiles pourraient donc retrouver l'élite ?
Je pense que si on arrive à avoir de la stabilité pendant deux ou trois ans, l'équipe pourra prétendre à une montée en Ligue 1.

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !