Les confidences de Di Maria

Les confidences de Di Maria©Media365
A lire aussi

Julien Pereira, publié le vendredi 10 février 2017 à 15h35

Il a, peut-être plus que les autres, les clés pour permettre au Paris Saint-Germain de briser le plafond de verre qui empêche le club de grandir.

A quelques jours d'un affrontement décisif face au FC Barcelone en Ligue des Champions, Angel Di Maria s'est confié au journal espagnol Marca, quotidien réputé pour sa proximité avec... le Real Madrid, ancien club d'El Fideo avec lequel il a remporté une Ligue des Champions et battu, à plusieurs reprises, les Blaugranas. Plus que des clés qui pourraient conduire le club champion de France à la réussite, tant en Ligue 1 qu'en Coupe d'Europe, l'Argentin est aussi revenu sur ses difficultés d'adaptation. La preuve par 5 morceaux choisis.

Lavezzi, pièce maîtresse de l'arrivée de Di Maria au PSG

On se doutait qu'El Fideo avait échangé avec Ezequiel Lavezzi, ex ailier du PSG et coéquipier de Di Maria en sélection argentine, avant d'atterrir en capitale parisienne. Mais plus qu'un simple conseiller, l'attaquant parti en Chine a joué un rôle décisif pour la venue de l'ancien numéro 7 de Manchester United :

J'ai d'autres amis au PSG. Mais si je suis arrivé dans ce club, c'est aussi un peu grâce à lui. C'est lui qui m'avait appelé et convaincu. Mais chacun a sa vie. Grâce à Dieu, je m'entends bien avec tous mes coéquipiers et me sens bien à Paris.

Les méthodes d'Emery difficiles à appréhender

Depuis l'arrivée d'Unai Emery à la tête de l'équipe première, Di Maria ne fait plus vraiment de miracle. Et le principal concerné admet volontiers des difficultés d'adaptation aux méthodes et au sens tactique du coach espagnol :

Oui, Emery est très exigeant tactiquement. Au début, j'ai mis un peu de temps à comprendre ses méthodes. Moi, j'aime courir, passer par les deux côtés, jouer de façon un peu décousue... Mais le coach, lui, veut que chaque joueur occupe son espace et presse. Quand je joue sur l'aile droite, il veut que je rentre vers l'intérieur pour offrir de l'espace au latéral, et pour que je combine avec les milieux de terrain. Au début, c'était difficile. Mais il a eu beaucoup de succès avec cette rigueur de travail alors il faut suivre ce qu'il dit.

Pour battre le Barça, il faut...

Même si le PSG affronte Bordeaux ce vendredi soir avant de recevoir le FC Barcelone, le natif de Rosario s'est d'ores et déjà projeté sur la prochaine rencontre de Ligue des Champions. Et donné les clés du succès face aux Catalans :

Si nous jouons notre jeu, en gardant la possession de balle, nous pourrons faire souffrir le Barça. Ensuite, il faudra convertir toutes nos occasions de but et éviter de vendanger à tout prix. Quand les Barcelonais se créent de bonnes situations, ils ne pardonnent pas. La principale arme du PSG réside dans ses facultés à dominer le match et tenir le ballon durant les 90 minutes. En Ligue des Champions, nous avons utilisé cette arme face à Arsenal et il sera important de le faire face au Barça.

Pour contenir Messi, il faut...

Affronter le Barça est, déjà, un sacré casse-tête. Stopper sa superstar, Lionel Messi, en est un autre. Là aussi, Di Maria a peut-être la recette pour étouffer son coéquipier en sélection argentine :

C'est difficile. Je pense que pour pouvoir l'arrêter, il va falloir utiliser le collectif. Car quand il ne fait pas la différence tout seul, il peut mettre ses coéquipiers sur orbite. Mais si nous sommes à 100% et que nous suivons les consignes du coach, nous pourrons l'arrêter. Il faudra rester concentrer et bien faire notre travail.

Ce sera plus dur que l'année dernière, mais Paris sera champion

En Ligue 1, Paris est à la poursuite de l'AS Monaco. Le club du Rocher offre une rivalité que le PSG n'avait jamais connue sous l'ère QSI. Mais pas de quoi semer le doute dans l'esprit de l'Argentin :

Les gens savent que le Paris Saint-Germain dispose des meilleurs joueurs du championnat. Mais Monaco a beaucoup évolué cette année et peut atteindre les quarts de finale de la Ligue des Champions. Ils réalisent une saison impressionnante. L'année dernière, nous avons remporté le championnat très facilement. C'est pour cela que les gens pensaient que nous n'étions plus les mêmes. Mais on va tenter d'être une nouvelle fois champion.

 
2 commentaires - Les confidences de Di Maria
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]