L1 - PSG : Une saison de tous les records et de tous les progrès pour Edinson Cavani

L1 - PSG : Une saison de tous les records et de tous les progrès pour Edinson Cavani©Media365
A lire aussi

Alessandro Pitzus, publié le vendredi 14 avril 2017 à 07h45

Auteur d'une saison fantastique avec le PSG, Edinson Cavani est dans la meilleure forme de sa carrière. Le buteur uruguayen est impitoyable devant la cage et apporte beaucoup dans le jeu parisien depuis quelques temps. Unai Emery le sait mieux que personne.

Il faut rendre à Cavani ce qui appartient à Cavani. Auteur de 42 buts en 41 matchs toutes compétitions confondues avec le PSG, l'Uruguayen réalise sa meilleure saison sous le maillot du club de la Capitale. Ses statistiques montrent à quel point il a franchi un cap au Paris Saint-Germain depuis qu'il s'est installé seul en pointe. Le Sud-Américain empile les buts comme il a toujours su le faire, mais il est aussi en train de rajouter quelques cordes à son arc. Dans le jeu, dans la construction des actions, il a montré qu'il avait fait des gros progrès. Ces dernières prestations sont là pour le rappeler.
Cavani et le délit de sale gueule
Devant l'évidence, certains pensent encore que Cavani n'est pas un grand attaquant. La raison ? Sa prétendue technique rudimentaire. Depuis qu'il est arrivé et surtout depuis que Zlatan Ibrahimovic a traversé la Manche, le joueur de La Celeste est attaqué pour ses quelques approximations. Elles sont parfois agaçantes, c'est vrai, mais contrairement à beaucoup d'autres Parisiens, lui a su garder un niveau de jeu constant tout au long de la saison. L'absence d'« Ibra » est passée inaperçue tant Cavani est performant et ce n'était pas gagné d'avance. Si l'Uruguayen est si contesté, c'est parce qu'il est victime d'un délit de sale gueule et de quelques clichés rébarbatifs sur sa précision soi-disant aléatoire. Son profil besogneux ne colle pas au standard de l'époque qui lui préfère les attaquants plus raffinés, plus fins. David Trezeguet avait pâti du même phénomène au début des années 2000 même si son profil est très différent de celui du Parisien. Si le buteur de 30 ans était esthétiquement plus beau, personne n'oserait émettre une seule critique.
Emery : « Cavani progresse dans le jeu »
D'ailleurs, cela fait quelques semaines qu'Edinson Cavani a une influence de plus en plus grande dans ce PSG. S'il se contentait de transformer les caviars en buts, l'Uruguayen montre qu'il peut aussi être « ami » avec le ballon quand la confiance est au rendez-vous. Il s'est offert ses deux premières passes décisives en Ligue 1 lors des trois derniers matchs de championnat en alliant technique et précision contre Lorient et Guingamp. Son centre pour Di Maria contre l'EAG sur l'ouverture du score en avait surpris plus d'un. Pas Unai Emery. « Je crois qu'il avait besoin de progresser dans le jeu de l'équipe, a récemment indiqué le technicien espagnol. Il fait des différences en dribblant comme sur son but contre Guingamp. C'est bon pour lui de trouver un autre chemin pour marquer. Au moment où il fait la première touche, il va très vite après. Il a besoin de l'équipe et l'équipe a besoin de lui. »
Pressing, débauche d'énergie et décrochages
« Edi » est devenu une hydre à plusieurs têtes qui fait une petite mise à jour pour corriger ses quelques rares défauts. La grande force de Cavani, c'est aussi sa faculté à dépasser sa fonction. Un attaquant qui a autant de coffre que lui, il n'y en pas deux. Il se bat comme un enragé, se démène pour effectuer le premier pressing, il revient défendre, il décroche pour soutenir, le Sud-Américain multiplie les tâches ingrates, celles de l'ombre, pour soulager et aider le PSG. S'il s'achète une justesse technique, le numéro 9 parisien va devenir encore plus exceptionnel. Et peu importe finalement s'il marque en une ou deux touches de balle. « On a besoin que Cavani continue à marquer beaucoup de buts, a rappelé Unai Emery en conférence de presse. Mais les autres joueurs aussi doivent marquer. Il faut bien se placer pour être en position de marquer. Mais aujourd'hui, Lucas a marqué je crois 17 buts (16 en réalité), Di Maria doit en être à 11 ou 12 (11). C'est le travail de toute l'équipe. » Et à Paris, personne ne se dépouille autant que Cavani sur un terrain. Ça aussi, il ne faut pas l'oublier.

 
11 commentaires - L1 - PSG : Une saison de tous les records et de tous les progrès pour Edinson Cavani
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]