L1 (J22) - PSG-Monaco : Les notes des Parisiens

L1 (J22) - PSG-Monaco : Les notes des Parisiens©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le dimanche 29 janvier 2017 à 23h23

Si Kevin Trapp et Marquinhos se sont montrés à la hauteur du choc qui s'est soldé sur un nul entre le PSG et Monaco (1-1), Layvin Kurzawa et Blaise Matuidi ont énormément souffert dans leur couloir. Comme un Lucas encore trop brouillon. Les notes des Parisiens.

Kevin Trapp : 7

Revenu numéro 1 dans la hiérarchie des gardiens du PSG depuis la mi-décembre, Kevin Trapp a rendu sa copie la plus aboutie sur cette période. Le gardien allemand a réalisé une parade énorme devant Radamel Falcao (46eme), s'est montré vigilant sur deux tirs lointains vicieux (19eme et 48eme) et a brillé par son jeu au pied pour casser le pressing monégasque. Mais au moment où il pouvait clore le débat à son poste, ce qu'il avait bien compris à voir sa déception, il est sorti touché au genou gauche. Remplacé par AREOLA (54eme), d'abord décisif sur deux tirs dans le temps additionnel avant de céder sur une frappe difficile à négocier. Cruel pour lui.
Thomas Meunier : 5

Sa dernière chance de bousculer Serge Aurier à son poste avant le retour dans le groupe de l'Ivoirien, rentré d'une CAN terminée dès le premier tour, Thomas Meunier ne l'a pas saisie franchement. Il a affiché une fébrilité palpable en première période et a connu des trous d'air dans son couloir. Il a lâché les chevaux après la pause, avec notamment un retour important devant Benjamin Mendy (59eme) et une séquence à deux grands points sur son aile droite (69eme). C'est aussi de l'un de ses centres qu'est venu le penalty parisien (80eme). Sur courant alternatif.


Marquinhos : 7


Plus de doute possible, Marquinhos aime l'odeur des grands rendez-vous. Il l'a encore démontré dimanche en s'imposant comme le taulier de la défense parisienne. Sur tous les centres monégasques venus de la gauche, il était en premier rideau et ne s'est jamais troué. Intraitable dans les duels aériens ou au sol, il aurait même pu couronner sa prestation d'un but. Le Monsieur Propre du PSG, c'était lui.

Thiago Silva : 6

Ce n'était pas « O Monstro », simplement un Thiago Silva humain. C'est-à-dire supérieur au commun des mortels, mais sujet à des sautes de concentration, en particulier dans la relance. Mais il a encore su faire parler son sens de l'anticipation pour boucher des trous et certaines de ses inspirations techniques auraient pu faire mouche, comme sur un long ballon vers Lucas. Le niveau moyen de Thiago Silva, c'est déjà énorme.

Layvin Kurzawa : 4

A force de se ménager physiquement pour gérer sa pubalgie, et de passer incessamment de l'infirmerie au terrain, Layvin Kurzawa manque de rythme. Ça s'est ressenti, tant il a pris des risques parfois inconsidérés dans la relance et souffert face au virevoltant Bernardo Silva. Le tout l'a contrait à prendre moins de risques offensives, même si deux de ses centres auraient mérité meilleur sort (36eme et 72eme).
Adrien Rabiot : 5

Adrien Rabiot n'est pas encore redevenu celui qui marchait sur l'eau avant sa blessure avec les Bleus en novembre. Son volume de jeu n'est pas encore au niveau et il n'a pas encore 90 minutes de cette intensité dans les jambes. Voilà pourquoi il a baissé de pied après une grosse entame. Il a ensuite peiné pour réaliser des différences, même s'il s'est démené à la récupération et a soulagé sa défense par son travail dans ce rôle-là.

Thiago Motta : 6

Sa première période est un modèle du genre. Ses orientations bien senties, ses passes en une touche et son intelligence pour protéger sa charnière centrale ont mis le PSG dans le bon sens. Quand il a plongé pendant vingt minutes après la mi-temps, ce n'est pas un hasard si cela a coïncidé avec le plus gros temps faible de son équipe. Pour que ce Paris-là aille bien, il lui faut son Empereur du Milieu.

Blaise Matuidi : 4

Bien évidemment, Blaise Matuidi n'a pas compté ses efforts, allant même jusqu'à gagner un ballon dans les pieds d'un Kylian Mbappé tout frais. Mais le milieu international français a affiché un déchet technique bien trop important et mal négocié des situations intéressantes, surtout en première période, où il en avait pléthore sur son côté. Il n'a non plus réussi à bloquer avec constance son couloir. Décevant pour celui qui doit être un cadre dans une telle affiche.

Lucas : 4

Une fois n'est pas coutume, Lucas s'est illustré par son abattage défensif et a gratté bien des ballons dans son couloir. Mais il est attendu dans un autre registre et son apport offensif s'est révélé bien trop pauvre. Une remise judicieuse pour Edinson Cavani (11eme), un centre sur coup-franc pour Marquinhos (30eme) et un tir cadré dangereux (42eme) : voilà pour son bilan positif. A son débit, sa conduite de balle toujours brouillonne et son manque d'intelligence dans le jeu. Frustrant, comme trop souvent. Remplacé par DI MARIA (61eme), actif et volontaire, comme à chacune de ses récentes apparitions.

Edinson Cavani : 6

Omniprésent en première période, Edinson Cavani y a confirmé les progrès entrevus dans le jeu depuis début 2017. Mais il n'a pas su concrétiser l'une des nombreuses opportunités qui se sont présentées à lui (11eme, 23eme, 36eme, 42eme) et s'est trop souvent laissé prendre au piège du hors-jeu. Plus discret à la pause, il s'est néanmoins arraché jusqu'au bout et a trouvé la faille sur penalty (82eme) pour inscrire son 22eme but de la saison. Rien que ça.

Julian Draxler : 5

Julian Draxler a vécu son match le plus compliqué sous le maillot du PSG. Il faut dire que la recrue phare du Mercato hivernal passait son premier vrai test dimanche. Il n'est pas passé au travers, loin de là, puisqu'il a allumé la lumière à chaque fois qu'il a touché le ballon par ses contrôlées orientés soyeux et son élégance naturelle. Mais il n'a eu que peu de munitions à se mettre sous la dent. Il a manqué le cadre sur une reprise de la tête en deuxième période (72eme). Remplacé par GUEDES (87eme), entré plein de fougue et d'envie pour sa première à Paris, mais cela lui a fait manquer de lucidité pour mieux négocier des contres qui avaient la saveur de balles de break.

 
1 commentaire - L1 (J22) - PSG-Monaco : Les notes des Parisiens
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]