Bien gérer la fin de saison, le nouveau défi du PSG

Bien gérer la fin de saison, le nouveau défi du PSG©PANORAMIC, Media365
A lire aussi

, publié le lundi 14 mars 2016 à 14h30

La conquête rapide du titre de champion de France par le PSG ouvre une nouvelle séquence dans la saison parisienne. Celle de la gestion individuelle et collective d'un sprint final où l'objectif principal sera la Ligue des Champions.

Il est bien beau d'avoir écrasé la L1 et battu des records de précocité en étant sacré champion de France dès la 30eme journée. Mais la saison du PSG n'est pas déjà réussie pour autant. Les Parisiens en avaient bien conscience dimanche dans les couloirs du stade de l'Aube, quelques minutes après leur démonstration contre Troyes (9-0) et l'officialisation de leur quatrième titre consécutif. Ils sont attendus au tournant maintenant. D'abord pour rééditer le quadruplé national réalisé la saison dernière et pour lequel ils restent en course. Mais surtout pour enfin franchir le cap des quarts de finale en Ligue des Champions et s'immiscer dans le dernier carré européen. La clé de succès futurs sera pour Laurent Blanc de gérer au mieux les deux mois à venir. Avec l'espoir pour l'entraîneur du PSG que la saison de son équipe s'étire jusqu'au 21 mai, jour de la finale de la Coupe de France, voire même jusqu'au 28, quand la finale de la C1 se déroulera à San Siro.

« C'est plus facile pour le coach »
Reconnu pour ses qualités de manager depuis son arrivée au sein du club de la Capitale, le technicien cévenol en aura bien besoin pour guider son effectif vers ses rêves de grandeur en évitant tous les écueils. A commencer par la tentation de garder une équipe au frais pour la Ligue des Champions en gérant la L1 avec les réservistes. Blanc a répété à longueur de conférences de presse ces dernières semaines qu'il était important de conserver un équilibre entre le repos et la nécessité de rester dans le rythme de la compétition. Thiago Silva estimait néanmoins dimanche que la conquête rapide du titre allait simplifier la tâche de son coach. « C'était important de finir le championnat au plus vite pour que le coach puisse choisir l'équipe la plus appropriée à chaque match, nous a confié le capitaine parisien à Troyes. Par exemple, peut-être qu'avant le quart de finale de Ligue des Champions, il fera reposer beaucoup de joueurs qui devront le disputer. Je ne sais pas encore exactement l'équipe qui va jouer mais je pense que c'est plus facile ainsi pour le coach. »

Aucun aménagement drastique du calendrier possible
Blanc devrait continuer à appliquer le mode de fonctionnement mis en place depuis le début de la saison. L'ancien sélectionneur de l'équipe de France aligne à chaque match précédant une soirée de Ligue des Champions une équipe mixte entre titulaires habituels et doublures attitrées. Une donnée pourrait changer les plans du « Président » : le calendrier chargé du mois d'avril. Avec les matchs aller et retour des quarts de finale de C1 séparés d'une semaine seulement (5 ou 6 et 12 ou 13 avril), Blanc pourrait être tenté d'imposer un turnover plus important pour le déplacement à Guingamp entre les deux rencontres. Imposé puisque la Ligue de Football Professionnel n'a aucune marge pour aménager le calendrier des Parisiens. Ces derniers joueront tous les trois jours jusqu'à la clôture du championnat si d'aventure ils se qualifiaient pour les demi-finales de la Ligue des Champions. La seule « aide » que pourront apporter les programmateurs de la LFP à leur dernier représentant en Coupe d'Europe cette saison sera de les faire jouer le vendredi soir en cas de match le mardi en C1, ou le samedi après-midi en cas de match le mercredi.

En route vers un deuxième quadruplé
Le championnat devenu négligeable pour le PSG, même s'il continuera de chasser des records en tous genres et est animé de l'envie de ne pas le fausser (dixit Thiago Silva), c'est aussi une mauvaise nouvelle pour les clubs encore engagés dans les coupes nationales. Les Parisiens pourraient être tentés de mettre le paquet sur ces deux compétitions maintenant que la L1 est déjà tombée dans leur escarcelle. D'autant que le déplacement à Lorient en Coupe de France et le duel avec Lille en finale de la Coupe de la Ligue ne sont placés ni juste après, ni juste avant une rencontre de Ligue des Champions. S'assurer de la couronne rapidement en championnat semble ainsi multiplier les chances pour Paris de réaliser un deuxième quadruplé national consécutif, alors même que personne n'en avait réussi un avant la saison dernière. Continuer à engranger des victoires doit également permettre au PSG d'entretenir sa dynamique avant les grands rendez-vous européens. Même si la double confrontation avec Chelsea est un excellent contre-exemple puisqu'il avait concédé un nul 0-0 à domicile avant l'aller et le retour (contre Lille puis Montpellier).

Verratti, l'épine dans le pied de Blanc
Au-delà des considérations collectives, Blanc sera surtout attendu dans sa gestion des cas individuels. Le plus problématique d'entre eux concerne Marco Verratti. Le milieu italien n'a disputé que huit matchs toutes compétitions confondues en 2016 et n'est plus apparu sur le terrain depuis le 20 février dernier. Il passe depuis son temps à soigner une inflammation au pubis liée à sa croissance, d'après son agent Donato Di Campli, et son indisponibilité pourrait s'étendre jusqu'au mois d'avril. Une vraie épine dans le pied des Parisiens. Mais Verratti est le seul joueur à souffrir dans sa chair actuellement au PSG. Autrement, Blanc bénéficiera d'une latitude importante pour ménager les organismes et donner du temps de jeu à chacun. Il sera notamment question de maintenir les cadres en forme sans les user, tout en poursuivant la remise en confiance d'Edinson Cavani ou de Javier Pastore, qui auront forcément un rôle important à jouer comme titulaires ou en impact players en sortie de banc.

Le retour d'Aurier, une question d'image
La remarque vaut aussi pour Adrien Rabiot, qui a démontré dans la semaine qu'il en avait suffisamment dans le moteur pour ne pas se contenter d'un statut de second couteau. Celui qui est issu du centre de formation du PSG est un habitué des sautes d'humeur en fonction de son temps de jeu et ménager sa susceptibilité sera un sacerdoce pour Blanc dans les prochaines semaines, dans le cas où Verratti reviendrait postuler à une place dans l'entrejeu. Le dernier enjeu de taille pour le sprint final des Parisiens se nomme Serge Aurier. Mis à la disposition de la CFA jusqu'à dimanche prochain suite à son dérapage sur Periscope mi-février, le latéral international ivoirien devrait réintégrer le groupe professionnel dans la foulée. De là à jouer, il y a encore un monde. La fin de saison du PSG ne sera pas seulement une série de défis sportifs mais aussi une question d'image. Et ce n'est pas la moindre des affaires pour un club aux ambitions mondiales.

 
0 commentaire - Bien gérer la fin de saison, le nouveau défi du PSG
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]