L'après-Euro raconté par Eder

L'après-Euro raconté par Eder©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le samedi 17 décembre 2016 à 15h55

C'était il y a cinq mois, mais c'est comme si c'était hier. Ce coup de poignard qui fait encore très mal au moment de quitter 2016. Depuis son but en finale de l'Euro, Eder n'est plus le même. Rejeté par le public français, sifflé sur les stades de Ligue 1, l'attaquant de Lille a accepté de raconter son quotidien à nos confrères de SFR Sport.

« C'est normal que les personnes me traitent différemment, explique l'ancien joueur de Swansea. Je l'ai senti durant la plupart des matchs, surtout ceux à l'extérieur. Même avec les équipes. Les sifflets, toutes ces choses-là. La relation avec les arbitres n'est plus la même non plus. C'est différent, pas forcément dans le bon sens. Mais je ne peux pas me focaliser là-dessus. »
Eder : « Dur de vivre en France ? Ça dépend sur qui je tombe dans la rue »
Dans les rues de Lille, Eder ne laisse plus personne indifférent. « Est-ce dur de vivre en France depuis l'Euro ? Ça dépend sur qui je tombe dans la rue. Si je croise un Portugais, je suis bien reçu. Certains ont pleuré devant moi. Une mère et ses deux fils de 19 ans et 13 ans m'ont demandé de prendre une photo avec eux, ils m'ont remercié et ils se sont mis à pleurer. Ça m'a ému, confie-t-il. Ce but a changé des choses, comme les sollicitations notamment. Beaucoup de gens me prêtent plus d'attention. Mais moi je n'ai pas changé, je suis toujours le même. Ça va me faire grandir un peu et il faut que ça me serve pour continuer d'apprendre. »
Eder : « Cristiano est venu me dire que j'allais marquer »
Très critiqué avant et pendant l'Euro par la presse portugaise, l'attaquant lillois a profité de la finale pour faire table rase du passé dans son pays. Et au moment de revenir sur ce but inscrit en prolongation, le Portugais n'oublie pas de souligner l'importance de certains de ses coéquipiers ce soir-là, à commencer par Cristiano Ronaldo. « J'ai pensé à tout ce que j'avais traversé pour réaliser cela. Aux personnes qui m'ont aidé, qui ont cru en moi. Cristiano m'a beaucoup motivé, comme d'autres. A la mi-temps de la prolongation, Cristiano est venu me dire que j'allais marquer », se souvient Eder. A lui maintenant de faire profiter le club nordiste de cette notoriété nouvelle. Car depuis l'Euro, Eder n'a marqué que trois fois.

 
2 commentaires - L'après-Euro raconté par Eder
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]