L1 - Bastia : Si le Sporting n'y arrive plus, c'est parce qu'il manque de cadres

L1 - Bastia : Si le Sporting n'y arrive plus, c'est parce qu'il manque de cadres©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le vendredi 17 février 2017 à 07h41

Dix-neuvième de Ligue 1 avant d'accueillir Monaco ce vendredi soir (20h45, 26eme journée de Ligue 1), Bastia traverse une période très compliquée. Et comme trop souvent cette saison, le club corse devra composer sans ses cadres.

C'est comme si le Sporting arrivait en fin de cycle. Un cycle de quatre ans depuis le retour du club corse en Ligue 1. Pendant quatre saisons, Bastia a arraché son maintien grâce à des ingrédients récurrents dont aucun fait extérieur ne parvenait à extraire la saveur : une suprématie à domicile, un combat permanent et une très grosse rigueur. Cette saison, ces ingrédients indispensables pour un club au petit budget ont semble-t-il disparu. A peine trois victoires à domicile en douze journées. Et une âme corse abimée. Abimée par les polémiques à répétition et, surtout, par les départs ou les absences de joueurs cadres censés véhiculer les valeurs du club bastiais.
En quelques mois, Bastia a perdu Modesto, Squillaci et Peybernes
François Modesto est parti en fin de saison dernière, Mathieu Peybernes s'est envolé pendant l'hiver, Sébastien Squillaci pointe à l'infirmerie depuis plusieurs mois, et Yannick Cahuzac cumule les suspensions. Des joueurs cadres qui évoluent tous dans le secteur défensif. Et les chiffres ne mentent pas. Après la blessure de Sébastien Squillaci, les Corses ont enchaîné cinq matchs sans victoire. Depuis le départ de Mathieu Peybernes, six matchs sans victoire, dont quatre défaites et seize buts encaissés. Alors forcément, quand se présente Monaco, la peur de repartir avec une valise est réelle. D'autant que pour ce match capital dans l'optique du maintien, Bastia sera privé de son capitaine, Yannick Cahuzac, suspendu.
Cioni, le dernier patron
Gilles Cioni, au club depuis toujours, a bien conscience que son rôle sera clé ce vendredi. « Il faudra compter sur moi pour transmettre ma force, avance le défenseur de 32 ans. Pour les coups de pied arrêtés, Toto Squillaci avait un rôle énorme. On a perdu en roublardise. François Modesto nous manque aussi, même si ce n'était pas un sprinteur », reconnait l'arrière droit bastiais, sensible à la colère des supporters ces derniers jours. « On ne s'en sortira que par le collectif. Il ne faut pas écouter tout ce qui se dit. Nous qui sommes de Bastia, on a beaucoup de bruit qui nous reviennent. Ca travaille, ça prend conscience que l'heure est grave. Quand c'est l'entraîneur qui saute, c'est que c'est plus facile de faire partir l'entraîneur que onze joueurs. Ça me touche d'autant plus que je connais François depuis douze ou treize ans. »

 
2 commentaires - L1 - Bastia : Si le Sporting n'y arrive plus, c'est parce qu'il manque de cadres
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]