OL, pas de coup de bambou

Lisandro a marqué le dernier but de l'OL. (Reuters)

Lisandro a marqué le dernier but de l'OL. (Reuters)

Dans la forte chaleur lyonnaise, l’OL a décroché ce samedi sa deuxième victoire de la saison en dominant Troyes (4-1) lors de la deuxième journée de Ligue 1. Menés au score après un but de Jean-Christophe Bahebeck, les joueurs de Rémi Garde ont trouvé les ressources pour s’imposer grâce à Bafétimbi Gomis, auteur d'un doublé, Michel Bastos et Lisandro.

Ils avaient la couleur d’Evian TG mais ce n’était pas Evian TG. Les Troyens, tout de rose vêtus en cette fin de samedi après-midi, n’ont pas eu la réussite de leurs homologues haut-savoyards qui, en qualité de promus la saison dernière, avaient obtenu quelques belles perfs contre les tauliers de l’élite. L’Estac, de retour cette année en Ligue 1, a bien cru ramener quelque chose de son déplacement chez le septuple champion de France. Si la défaite est lourde (4-1), les joueurs de Jean-Marc Furlan n’ont craqué que sur la fin après avoir livré une prestation prometteuse, du moins dans l’optique de réussir le premier objectif confié à tout promu: le maintien.

Les Lyonnais, eux, se réjouiront évidemment d’avoir confirmé le succès enregistré à Rennes une semaine plus tôt (0-1). Le staff de l’OL doit peut-être s’inquiéter en revanche du sort de Yoann Gourcuff, sorti sur blessure en début de rencontre, touché au genou après un choc avec Nivet (13e). Un coup assez rude pour celui qui était en train de retrouver un niveau proche de son riche potentiel. L’ex-Bordelais allumait d’ailleurs la première mèche. Sa reprise de volée du droit obligeait l’intervention de Thuram-Ulien après seulement 3 minutes.

Gardez Bastos !

La chaleur écrasait Gerland mais le rythme n’en souffrait pas tellement, le nombre d’occasions non plus. Gomis pouvait regrettait alors de ne pas avoir ouvert le score malgré trois opportunités de choix (18e, 23e, 45). Une remarque qui valait pour les Aubois. Obbadi perdait son duel avec Lloris (37e) juste avant que Bahebeck ne dévisse sa frappe des 18 mètres (39e). L’ex-espoir du PSG se rattrapait finalement dès le début de la seconde période, servi par un centre appliqué de N'Sakala (0-1, 47e). Au vu de la fin du premier acte, ce but n’avait rien d’un hold-up. Le penalty sifflé par M. Millot dans la foulée alimentait au contraire les discussions (49e). Si la jambe de Ngoyi barrait la route de Lisandro, l’attaquant argentin cherchait bien le contact avec un autre ex-pensionnaire du Camp des Loges. Thuram-Ulien détournait en tout cas en corner la tentative du capitaine de l’OL. Tout souriait aux Troyens mais sur le coup de pied arrêté tiré par Grenier, le ballon trouvait le coup de tête gagnant de Gomis (1-1, 50e).

Le plus dur était fait pour les hommes de Garde. Ce dernier lançait Bastos à la place de Briand. Bonne pioche. Le Brésilien faisait lever Gerland en marquant d’un ciseau retourné impeccable, une minute après son entrée (2-1, 66e). Lyon veut-il toujours s’en séparer alors que Jean-Michel Aulas négociait pour un transfert vers Al-Aïn ? La rencontre basculait définitivement avec l’expulsion de Faussurrier, pour une semelle sur Cris (69e). Lisandro (3-1, 89e) et Gomis (4-1, 90+3e) rendaient ensuite sévère la défaite de l’Estac. Si l’OL avait perdu 23 points contre des équipes classées de la 12e à la 20e place en 2011-2012, dont 17 à domicile, la tendance est tout autre. Après seulement deux journées toutefois.

Retrouvez tous les matches de Ligue 1 en direct vidéo sur votre mobile !

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
La réponse de Giroud Liverpool n'oublie pas Hillsborough L'essai du Barça Deux mois Arsenal a eu chaud
à lire aussi