Lyon joue la discrétion

L'OL réalise malgré tout un bon début de saison. (Reuters)

L'OL réalise malgré tout un bon début de saison. (Reuters)

Bien loin de la puissance financière du PSG, l’Olympique Lyonnais se tient volontairement en retrait. En difficulté financière, le club cher à Jean-Michel Aulas attend l’arrivée de son nouveau stade pour connaître des jours meilleurs. Ce qui ne l’empêche pas de réaliser un début de saison plutôt intéressant, avant de recevoir Bordeaux dimanche soir.

" Par rapport au PSG, on peut dire que l'OL est une start-up." Qu’il semble loin le temps où l’Olympique Lyonnais alignait les titres de champions de France et rêvait tout haut de victoire en Ligue des champions. Désormais, le club rhodanien est rentré dans le rang. Un peu par la force des choses. Après avoir beaucoup investi en transferts ces dernières saisons, Lyon est désormais à la diète. Contraint d’attendre des jours meilleurs. Et Jean-Michel Aulas de raisonner plus que jamais en chef d’entreprise.

"Hors transferts, notre budget s'élève à 100 millions d'euros, détaille "JMA" dans une interview accordée au Monde. Nous avons enregistré une baisse de 25 millions d'euros. Notre logique est de sécuriser nos revenus à moyen terme avec la construction du Stade des Lumières, notre future arène." Le Stade des Lumières, l’arlésienne de la capitale des Gaules. Le grand projet qui doit permettre à Lyon de redevenir un acteur majuscule de la Ligue 1, et donc de regarder dans les yeux dans la concurrence parisienne. "Le PSG a des moyens disproportionnés pour le football français à court terme, reprend le président Aulas. Face à Paris, les clubs de Ligue 1 vont connaître deux saisons difficiles. Durant cette période, nous allons fonder notre modèle sur le Stade des Lumières. Dans trois à cinq ans, l'écart se sera resserré."

Aulas n’imagine pas que son club puisse terminer devant le PSG. "Notre objectif est de terminer sur le podium cette saison", avance-t-il. Pour autant, l’OL occupe bien la deuxième place du classement à l’heure avant la 7e journée, derrière Marseille et donc devant Paris. La récompense d’un début de saison réussi pour les hommes de Rémi Garde, toujours invaincus. Dans ce bon départ, l’apport des recrues (Bisevac, Malbranque et à un degré moindre Monzon et Mvuemba) est indéniable. "Nous avons recruté malin dans une période de 'décrutement' généralisé", retient Aulas. Mais il faut noter que les Gones, avant leur déplacement à Lille (1-1) la semaine dernière, n’ont pas encore croisé les gros bras de la Ligue 1. Dimanche, c’est Bordeaux, un autre "européen invaincu" qui se déplace à Gerland. 

Retrouvez tous les matches de Ligue 1 en direct vidéo sur votre mobile !

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

dernier match
Le Sport sur votre mobile