Aliadière: "Je veux être plus décisif"

Jérémy Aliadière savoure ce début de saison avec Lorient.

Jérémy Aliadière savoure ce début de saison avec Lorient.

Les pépins physiques entravent la carrière du talentueux Jérémy Alliadière. Mais lorsque ses problèmes de santé le laissent tranquille, l'attaquant lorientais est l'un des meilleurs footballeurs de Ligue 1. Avec Lorient, qui affronte Lyon dimanche lors de la 8e journée, l'ancien protégé d'Arsène Wenger a trouvé un club qui lui ressemble. Entretien.

Comment vivez-vous le début de saison de Lorient ?
Tout se passe très bien pour l’équipe comme pour moi. On est quatrième après la septième journée, c’est super pour le club. On ne peut pas dire qu’on s’y attendait mais on a tout de même toujours eu conscience de la qualité de notre effectif. Ça se vérifie puisqu’on n’a pas encore perdu un match.

Quelles sont les grosses qualités de ce groupe ?
On s’appuie sur le collectif avec un jeu tout en mouvements. Contre les équipes de haut de tableau qui ne verrouillent pas, on arrive à poser notre jeu, à bien ressortir les ballons et on joue mieux. Mais contre les équipes moins techniques, c’est plus dur et ça peut nous jouer des tours comme à Evian (1-1). Pendant 15, 20 minutes on s’est fait bouffer, on a voulu repartir de derrière, poser nos actions mais ils nous ont pressés, on a fini par prendre un but et courir après le score… Contre les équipes qui basent leur jeu sur le physique, qui balancent et pressent, on a plus de mal. Malgré tout, même si c’est dur comme à Evian, on n’a rien lâché, on s’est battu jusqu’au bout et on a eu les ressources pour égaliser.

Personnellement, êtes-vous surpris de tourner à 2 buts et 2 passes en 5 matches ?
Le début de saison est très positif. La saison dernière, je revenais de blessure et je ne voulais pas me mettre des objectifs chiffrés, je voulais retrouver le goût de jouer et mon niveau physique. Là, j’ai enchaîné ma préparation sans blessure, j’ai bien débuté le championnat et je veux être plus décisif encore cette saison. Même si j’ai manqué deux matches, c’est anecdotique.

Justement, est-ce que les blessures vous ont appris à mieux écouter votre corps ?
Au début, je me disais que ce serait super de faire une saison à 38 matches. Mais même si je voulais vraiment le faire, lorsque j’ai ressenti une douleur aux ischio-jambiers je me suis dit: « Est-ce que cela vaut le coup de prendre des risques pour enchaîner ? J’ai appris à me connaître et ne pas faire n’importe quoi quand il y a une alerte. Le club aussi a bien réagi car il n’a pas poussé pour que je joue. Du coup, j’ai raté deux matches mais pour mieux enchaîner derrière. Je reste sur deux matches de 90 minutes, je me sens bien physiquement et du coup je peux oser davantage de choses. Ça fait du bien de retrouver ces sensations. Mais je suis à l’image de l’équipe car à Lorient, tout est axé sur le collectif, c’est dur de sortir du lot.

Quelle est la principale différence dans l’appréhension des rencontres ?
Je ne pense plus aux blessures, je ne me dis pas que je ne suis pas au top physiquement. Je sais que mon corps va suivre, je suis beaucoup plus confiant. Avant, je ne savais pas jusqu’où je pouvais aller, désormais je peux tenter davantage, je découvre des capacités physiques que je ne pensais pas avoir. Dès la préparation, j’ai géré mes efforts, afin de ne pas courir pour rien  mais plus quand il le fallait, j’ai progressé dans la gestion de mon corps. J’ai l’impression d’avoir franchi un cap, quand je vais sur un match, je me sens costaud, vif, rapide et donc plus épanoui.

Au niveau du jeu, vous avez dû composer avec l’arrivée d’Alain Traoré, comment se passe votre entente ?
Super bien ! On a des automatismes dans le jeu, c’est comme à Arsenal je sens qu’il y a quelqu’un derrière, il me cherche tout le temps et comme il a une super vision du jeu, il trouve bien les intervalles. Quand je fais un appel, je sais qu’il va la mettre, il n’hésite pas à jouer à une touche de balle. J’espère qu’il sera là contre Lyon.

Comment appréhendez-vous ce duel pour le podium face à Lyon ? 
On sait que Lyon est un grand club, on s’attend à un match difficile. Mais on avance avec beaucoup de confiance, on est toujours invaincu et contre les gros, on arrive bien à poser notre jeu. Ils sortent d’une défaite à la maison contre Bordeaux, ils auront les crocs, ce sera un match engagé, c’est excitant. D’autant que si on les bat, on passera devant eux et ça deviendrait super intéressant ! Rester sur cette dynamique avant la trêve ce serait parfait car on pourrait alors récupérer pour mieux repartir. Ce sera un match super important.   

Un dernier mot sur l’importance du synthétique. Qu’est-ce que cela change ?
Il faut être au top techniquement car on ne peut pas se permettre la moindre passe approximative, c’est au millimètre. Il faut que les passes soient propres. Les appuis sont plus durs, ce n’est pas pareil et quand il pleut, ça fuse ! On a l’habitude. Toutes les semaines avant les matches à domicile, on s’entraîne dessus. C’est un avantage pour nous.

Retrouvez tous les matches de Ligue 1 en direct vidéo sur votre mobile !

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

dernier match
Le Sport sur votre mobile