Grand Stade, petits résultats

 Nolan Roux

Nolan Roux a retrouvé le chemin des filet mais les Dogues n'ont pas été en mesure de s'imposer face à Lyon. (Reuters)

Lille n'avance pas. Quatre jours après le terrible couac contre le Bate Borisov en Ligue des champions, le Losc a concédé le match nul contre Lyon (1-1), dimanche soir, en clôture de la 6e journée de Ligue 1. Les Dogues ont certes largement dominé la rencontre mais le constat mathématique est cruel: ils restent englués à la 12e place du classement.

Trois matches de Ligue 1 dans son nouvel écrin, une déroute en Ligue des champions, et toujours pas le moindre signe de victoire. Une disette aussi inattendue que douloureuse pour des Lillois plutôt habitués à jouer les père fouettard à la maison. Une hospitalité désastreuse en termes mathématiques qui ne peut cependant occulter le visage enfin agressif et offensif du Losc. Car après l’humiliation subie face au Bate Borisov en Ligue des champions, les Dogues étaient attendus au coin du bois. Leur réaction a été intéressante malgré un match nul forcément préjudiciable puisque Lille reste coincé au 12e rang avec déjà 11 points de retard sur leader marseillais…

Cette fois, les hommes de Rudi Garcia ont dominé les débats face à des Lyonnais apathiques et peut-être fatigués par la Ligue Europa. Une confrontation dominicale qui aura permis au Losc de relever la tête grâce notamment à un trio Mendes-Payet-Roux mobile et très actif. "Nous avions à cœur de retrouver notre football et nous avons fait le match qu'il fallait. Malheureusement, nous n'avons pas su le tuer quand nous en avons eu l'occasion. Et en face, il y a des joueurs de la trempe de Lopez capables de faire la différence... Mais nous allons surtout retenir ce que nous avons fait de bien. Nous avons changé de système et nous avons été plus solides défensivement même si nous aurions pu espérer mieux au final", plaide Payet sur Canal+.    

Garcia déçu pour ses joueurs

Pour espérer mieux, il aurait fallu un deuxième miracle pour Landreau qui avait sorti une parade de tout premier ordre devant Lacazette quelques secondes avant le missile de Lisandro venu de 25 mètres. En tournant le problème dans l’autre sens, Lille pourra regretter que ses attaquants n’aient pas été plus réalistes devant le but (Mendes 45e et Payet 57e) mais également lors des multiples situations favorables marquées par des mauvais choix. "On a vu la différence entre une équipe en pleine réussite et une autre qui en manque. Je suis déçu pour les joueurs qui ont tout donné et réalisé le match qu’il fallait. Nous avions mis une stratégie en place et on s’y est tenu, ce qui nous a permis de mettre cette formation lyonnaise en danger. Malheureusement, on sait que quand on ne marque pas ce deuxième but, on s’expose à une égalisation, surtout quand les adversaires possèdent des hommes de talent comme Lisandro", a reconnu Rudi Garcia en conférence de presse.

La tête en partie remise à l’endroit, Lille va pouvoir songer à aller de nouveau de l’avant. Une nécessité valable en championnat comme en Ligue des champions. Avec deux déplacements à Rennes puis Valence au programme, c’est encore loin du Grand Stade que ses progrès seront attendus. Viendra ensuite la réception d’Ajaccio, déjà marquée par tous les supporters lillois, avec l’espoir évident de savourer enfin une victoire dans son nouvel écrin.

Retrouvez tous les matches de Ligue 1 en direct vidéo sur votre mobile !

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

dernier match
Le Sport sur votre mobile