Lille peut dire ouf

Marko Basa, masqué ici par Mathieu Debuchy et Tulio De Melo, a égalisé sur le fil. (Reuters)

Marko Basa, masqué ici par Mathieu Debuchy et Tulio De Melo, a égalisé sur le fil. (Reuters)

Lille s'en est bien sorti. Mené depuis la 20e minute de jeu et un but signé Ludovic Obraniak, peu rassurant, très limité offensivement, le LOSC de Marko Basa a quand même arraché dans le temps additionnel le nul 1-1, vendredi soir, à Chaban-Delmas, en ouverture de la neuvième journée du championnat de France de Ligue 1. Quatrièmes, les Girondins ont manqué une belle occasion de grimper à la deuxième place du classement. Les Lillois sont dixièmes.

93e minute. Bordeaux tient sa victoire, sa première à domicile depuis la 2e journée face à Rennes (1-0) et va monter sur le podium provisoire de Ligue 1. Landreau monte sur un dernier coup franc aux allures de corner, Chaban-Delmas retient son souffle et prie pour ne pas voir le gardien lillois rééditer le show du portier toulousain Ahamada, idole de la 6e journée face à Rennes. Pedretti s’élance et frappe fort en direction du second poteau. Landreau, qui a coupé devant le but, est lobé mais Basa est bien présent. Esseulé au cœur de la surface, le Monténégrin endosse le costume de héros et catapulte le ballon de la tête dans le but de Carrasso (1-1). Les Girondins laissent filer le podium, se contentent de la quatrième place et concèdent un sixième match nul en neuf journées. Lille stagne mais souffle.

Bien sûr, les hommes de Francis Gillot sont toujours invaincus, ils en sont même à 15 matches sans défaite en championnat. Mais cette jolie série sur le papier cache cette fâcheuse tendance à partager les points, une mauvaise habitude qui les prive de figurer parmi les meilleures écuries. Ce vendredi, il y avait pourtant largement la place pour décrocher les trois points. Autant par sa force défensive, son apparente sérénité que par ses belles projections en contre, Bordeaux méritait de s’imposer face à des Lillois encore bien tristes et surtout très peu inspirés offensivement.

Les Dogues manquaient de mordant

Ce sont pourtant eux qui ouvrent les hostilités. Balmont récupère le ballon dans le camp girondin et lance Kalou, titularisé comme Martin. L’Ivoirien décoche une frappe enroulée du droit qui meurt à quelques centimètres du poteau gauche de Carrasso (12e). Bordeaux réagit dans la foulée. Gouffran, qui avait perdu son premier duel avec Chedjou, prend le meilleur sur le Camerounais dans la surface et peut glisser une frappe un peu écrasée. Battu, Landreau voit le ballon heurter à petite vitesse son poteau droit (14e). Six minutes plus tard, les Bordelais font cette fois mouche. Mariano s’engouffre dans son couloir droit et adresse un centre parfait dans la surface à Obraniak qui reprend d’une tête plongeante pour tromper Landreau  (20e).

Le match est alors engagé, plutôt ouvert puisque Lille est bien contraint de se dévoiler pour tenter de revenir à la marque. Un vœu pieux tant ses offensives paraissent bien pauvres, sans idées, souvent privées d’espace aussi par une bonne arrière-garde girondine composée pour une fois de quatre éléments en l’absence d’Henrique et Trémoulinas. Sereins, les hommes de Francis Gillot tiennent bien leur avantage. L’apparent faux rythme qui s’installe n’est troublé que par deux éclairs, une frappe non cadrée de Marange oublié au cœur de la défense (51e) puis Debuchy (53e), dont la frappe est déviée par Carrasso. Le match replonge aussitôt dans l’apathie jusqu’aux dernières minutes. Plutôt habile en contre, les Girondins gâchent plusieurs munitions avant que Carrasso ne sorte le grand jeu face à Roux (88e). Bordeaux respire et tient son succès. 93e minute, M.Buquet siffle un dernier coup-franc pour le Losc. Landreau monte… Vous connaissez la suite.

Retrouvez tous les matches de Ligue 1 en direct vidéo sur votre mobile !

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !