La Ligue 1 en un coup d’œil

Un geste ''zlatanesque'' en image. (Reuters)

Un geste ''zlatanesque'' en image. (Reuters)

A l'occasion de chaque journée de Ligue 1, notre rédaction vous propose de revenir sur les faits marquants qui ont émaillé les matches du week-end. La 8e levée a été marquée par deux coups de génie de Zlatan Ibrahimovic, par la première victoire dans son Grand Stade de Lille et la quatrième d’affilée à domicile pour Reims, par le nul spectaculaire de Lyon à Lorient et, enfin, par la rechute du champion en titre Montpellier.  

LE COUP DE GÉNIE
"Il a été très bon ce soir (dimanche, ndlr) sur deux coups de pied arrêtés, mais on a eu aussi d’autres occasions, par Pastore, par Gameiro en deuxième période. Ibra met à profit notre schéma. Même à 80%, il est bon, c’est bien pour nous. C’est un joueur complet: en plus de ses qualités de buteur et de passeur, il a un vrai caractère, une personnalité." Carlo Ancelotti n’a pas tari d’éloges à l’égard de Zlatan Ibrahimovic. Comment pouvait-il en être autrement ? À Marseille (2-2), en l'espace de deux minutes, deux coups de génie du Suédois ont marqué le classique du championnat de France. Le premier, un petit bijou, est venu d’un corner de Maxwell que le géant de Malmö (1,95 m) a coupé d’un extérieur du droit fouetté. Le second, tout aussi beau, fut un coup franc lointain frappé en force. Boum ! Son quatrième doublé en sept matches de Ligue 1 aura plongé le stade Vélodrome dans le silence. Un temps du moins.

LE BON COUP
En manque de réussite chronique, Lille a décroché une précieuse victoire samedi face à Ajaccio (2-0). Battu sèchement en milieu de semaine à Valence (2-0) en Ligue des champions, le LOSC s'est donné un peu d'air avant la trêve internationale et pointe désormais à la dixième place du classement. "Cela fait du bien, a reconnu sans difficulté Benoît Pedretti sur beIN Sport. On n'avait pas encore gagné dans notre nouveau stade en Championnat. On est mieux, mais disons qu'on est encore en rééducation, on n'est pas totalement prêts." Reims, de son côté, est ready depuis un bon bout de temps. En Champagne-Ardenne, les Rémois ont enchaîné une quatrième victoire consécutive à domicile en L1 contre Nice (3-1), notamment grâce à un doublé de Gaëtan Courtet, assis sur le banc de touche en début de partie et, surtout, guéri d’un cancer depuis 2011. Avec ce succès, le surprenant promu est cinquième avec 14 points. "Bravo à eux", a tenu à féliciter le coach Hubert Fournier sur le site Internet du club champenois. Prochain rendez-vous pour Reims: au Parc des Princes.

LE COUP DE MOU
Lyon a été neutralisé par Lorient (1-1), dimanche après-midi, en Bretagne, au terme d’un match ultra plaisant. Steed Malbranque a ainsi confié avoir pris "beaucoup de plaisir" à disputer une telle rencontre. "Ce soir (dimanche, ndlr), il y avait deux équipes qui cherchaient à jouer. Il y avait plus de jeu que d’habitude et c’était beaucoup plus spectaculaire", a argumenté le milieu de l’OL sur beIN Sport. Il est vrai que chaque offensive de part et d'autre débouchait sur une occasion de but, ou presque. Après avoir touché le poteau droit puis la barre transversale de Fabien Audard, les Gones ont d’ailleurs fini par être récompensés de leurs efforts en ouvrant le score grâce à Bafétimbi Gomis (23e), grand amateur de Merlus (7 buts contre le FCL). Cependant, les joueurs de Rémi Garde ont un peu disparu de la circulation en seconde période, si bien que Jérémie Aliadière (47e) a égalisé. Avec ce résultat nul, ils restent troisièmes mais n’ont plus gagné en Championnat depuis le 16 septembre et un succès devant Ajaccio (2-0).

LE COUP DE BAMBOU
Cette huitième journée de L1 a également été marquée par la nouvelle défaite du champion de France en titre montpelliérain, la quatrième depuis le début de saison. Héroïque mercredi à Gelsenkirchen en Ligue des champions (2-2 contre Schalke 04), le MHSC a sombré samedi à la Mosson face à Evian-Thonon (2-3), alors qu’il menait 2-1 à l’heure de jeu. Mais la détermination de la formation haute-savoyarde à décrocher sa première victoire à l’extérieur conjuguée au talent de Saber Khlifa, auteur d’un triplé, ont eu raison de La Paillade. Agacé par ces résultats, Louis Nicollin menace dans les colonnes du Midi Libre: "Je leur laisse encore un mois et après on prendra les décisions nécessaires. Là, on est en train de faillir et je mets tout le monde dans le même panier. Cela ne peut pas continuer. Pourquoi je n’en virerais pas un ou deux, quitte à perdre le montant d’un transfert ? Dès les jours qui ont suivi le titre, je savais que certains prendraient la grosse tête. C’est dur, mais c’est la vie."

LE COUP FOURRÉ
L’entraîneur de Montpellier, René Girard, était lui aussi furieux suite à la défaite de son équipe. "Voilà ce qui arrive en football quand on ne fait pas le nécessaire. On paie notre manque de concentration et de rigueur. C'est navrant de prendre trois buts à la maison. Si certains dans mon équipe se croient champions du monde, je crois qu'ils déchantent à présent. J’ai l'impression que certains confondent aussi tous les postes, alors je vais devoir leur expliquer qu'un défenseur défend et qu'un attaquant attaque, car il y en a qui se prennent pour d'autres", a tonné le coach des Héraultais sur RMC. Ambiance...

Retrouvez tous les matches de Ligue 1 en direct vidéo sur votre mobile !

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !