Un Lyon à la diète

L'OL n'est plus vraiment un candidat au titre en Ligue 1. (Reuters)

Qu'il semble loin le temps où l'Olympique Lyonnais écrasait la Ligue 1 et figurait parmi les prétendants au titre en Ligue des Champions. Désormais, l'OL ne joue plus dans la cour des grands. A la peine sur le plan financier, le club cher à Jean-Michel Aulas a dû se résoudre à vendre quelques-uns de ses meilleurs joueurs, et à miser sur des jeunes.

Il n’y a pas si longtemps que cela, l’OL, septuple champion de France entre 2002 et 2008, écrasait la Ligue 1. Depuis les temps ont changé, Bordeaux, Marseille, Lille et Montpellier ont trôné tour à tour sur l’élite, reléguant le club rhodanien aux places d’honneur. L’honneur, les hommes de Rémi Garde l’ont tout juste sauvé la saison passée, quatrièmes et ainsi privés de Ligue des champions cette année. Une première depuis 1999 qui participe au marasme tout relatif dans lequel baigne le club désormais.

"Le conseil d’administration maintient son objectif prioritaire pour la saison 2012-2013 de réduction significative du nombre de contrats joueurs, couplé à une intégration volontariste de jeunes talentueux issus du centre de formation. Ceci devrait permettre la réduction nécessaire de la masse salariale et des amortissements de joueurs avec un objectif de retour à un équilibre d’exploitation structurel." L’objectif affiché au printemps dernier était clair. Le président Aulas a tout fait cet été pour parvenir à ses fins.

Déficitaire à hauteur de 9,3 millions d’euros en juin dernier, alors que le club peut compter sur une recette de près de 44 millions d’euros liée aux droits télé, l’OL, qui devra cette année se passer d’une manne continentale de 15 millions d’euros - sauf parcours exceptionnel en Ligue Europa – s’est attelé à dégraisser son effectif, donc sa masse salariale, durant la trêve. Hugo Lloris, Cris, Aly Cissokho, Kim Källström, Ederson, John Mensah, Ishak Belfodil et Thimothée Kolodziejczak ont ainsi quitté la capitale des Gaules pour faire place aux seuls Steed Malbranque, Milan Bisevac, Fabian Monzon et Arnold Mvuemba.

En attendant le Stade des Lumières…

Si les renforts sont de qualité et relativement cohérents, tous les débarqués n’ont pas été remplacés pour autant, et les jeunes pousses lyonnaises ne sont pas forcément mûres pour assurer la relève. D’autant que l’une des plus prometteuses, le milieu de terrain Enzo Reale, a été cédée à Lorient pour favoriser l’arrivée du dernier recruté cité. "Les moyens ne sont plus les mêmes que par le passé", soupire déjà Rémi Garde, heureux de constater toutefois que son équipe engrange les points en ce début de championnat (10 accumulés sur 12 possibles).  

A Lyon, nul n’est dupe cependant  et l’échec des négociations menées pour le transfert du Dijonnais Benjamin Corgnet, finalement enrôlé par les Merlus, témoigne des limites actuelles des Gones. Pour renforcer les rangs de sa formation, Jean-Michel Aulas n’a pu débourser que huit millions d’euros cet été (contre 72 millions trois ans plus tôt pour les venues de Bafétimbi Gomis, Lisandro Lopez, Michel Bastos et Aly Cissokho), alors que les départs ont rapporté plus de 25 millions d’euros au club, sans compter le million économisé chaque mois sur les salaires des seuls Lloris, Cris et Källström, lesquels émargeaient tous à près de 350 000 euros.  

Dans ce contexte, alors que le nombre des abonnés à Gerland est en chute libre (moins de 15 000 contre 25 000 à la belle époque), l’urgence est à la réalisation du projet "OL Land", le fameux Stade des Lumières qui à l’entrée du club en bourse en février 2007 devait être livré pour septembre 2012. Or aujourd’hui la première pierre posée ne semble pas pour demain, alors que ce nouvel écrin tant attendu pourrait tripler les recettes lyonnaises liées à la billetterie notamment (60 millions d’euros contre 20 millions à ce jour selon les projections les plus optimistes). Plus que jamais, le rayonnement de l’OL en France comme à l’échelle européenne semble dépendre de cet aboutissement.

Retrouvez tous les matches de Ligue 1 en direct vidéo sur votre mobile !

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

dernier match
  • Lyon
    ligue-1
    2e / 10pts
Et aussi
Le Sport sur votre mobile