La France, prochaine victime de l'arrêt Bosman ?

La France, prochaine victime de l'arrêt Bosman ?©MEDIA365, Media365
A lire aussi

, publié le vendredi 12 février 2016 à 17h15

Depuis l'arrêt Bosman en 1995, la part d'étrangers dans les championnats européens ne cesse d'augmenter. Sauf en France où la L1 peine encore à ouvrir ses frontières.

Avec la naissance de l'arrêt Bosman en 1995, de nombreux clubs phares du continent européen ont vu leur domination s'éteindre du jour au lendemain. L'Ajax Amsterdam, l'Etoile Rouge Belgrade et le Steaua Bucarest, candidats réguliers aux titres continentaux dans les années 1980 et 1990, sont devenus des clubs de seconde, voire de troisième zone. La faute à un exode massif vers des championnats plus clinquants, comme la Premier League, où la tendance ne cesse de s'accentuer. Aujourd'hui, 66% des joueurs de Premier League ne sont pas anglais (ce qui a d'ailleurs eu pour conséquence d'affaiblir une sélection qui ne brille plus dans les grandes compétitions). C'est le championnat européen avec la plus forte proportion d'étrangers devant la Belgique (59%), l'Italie (58%) et la Turquie (57%).

Les clubs français n'ont plus les moyens d'attirer des étrangers
Si l'Espagne fait figure d'exception dans ce classement, en parvenant à conserver ses meilleurs éléments de la formation jusqu'à leur avènement, le rang occupé par la France suscite des interrogations. Car si depuis 1985, le pourcentage de joueurs étrangers dans les grandes ligues européennes s'est considérablement accru (de 9% à 46,7%), la part d'étrangers en France reste mineure comparée à celle de ses voisins. Cette saison, il n'y a que 34% de joueurs étrangers en Ligue 1. Pourquoi ? Parce que les clubs français, hormis le PSG, ne disposent pas de moyens économiques importants et se montrent particulièrement frileux sur le marché des transferts. Le récent Mercato d'hiver en a encore apporté une preuve cinglante. La problématique est la même quand il s'agit de convaincre un joueur étranger aux fortes prétentions salariales. A ce jour, les arrivées de joueurs comme Barton ou Fletcher demeurent des exceptions. D'ailleurs, dans les deux cas, l'OM a opté pour un prêt.

La Belgique et la Russie ont rattrapé la France
Dans le sens inverse, les jeunes joueurs français au potentiel intéressant sont de plus en plus nombreux à choisir l'exil. Ces derniers mois, l'attractivité financière de la Premier League a entraîné un pillage des effectifs français : Amavi, Veretout, N'Golo Kanté, Payet et Martial ont par exemple traversé la Manche l'été dernier. Résultat, le niveau de la Ligue 1 ne cesse de s'affaiblir à mesure que la puissance du PSG se renforce. Après 25 journées de championnat, le club parisien compte 24 points d'avance sur son premier poursuivant, Monaco. De l'avis de tous, les matchs sont de moins en moins spectaculaires, les pelouses de plus en plus médiocres et les parcours européens de plus en plus brefs. Cette saison, Monaco a quitté la Ligue des Champions au stade des barrages et Lyon a terminé dernier d'un groupe dit abordable, derrière des clubs belges et russes. Deux championnats qui semblent avoir mieux géré la dernière décennie pour se reconstruire. Autant de raisons inquiétantes qui peuvent faire craindre que la France soit la prochaine victime de l'arrêt Bosman et de l'ultra-libéralisation du football en Europe.

 
4 commentaires - La France, prochaine victime de l'arrêt Bosman ?
  • Que nous parlions de football ou de tout autres secteurs économiques c'est la même chose , le même principe.
    Il n' y a rien de nouveau la dedans ... libre circulation des hommes et des biens en Europe.

    Il faut bien que ça rentre dans vos crânes que nous sommes européens vivant dans notre petit village qu'on appelle la France.

    Et oui effectivement ceux qui ont les moyens ont plus de possibilités à l'arriver de s'en sortir .... sans en assurer pour autant le succès permanent.

    Si nous avions avec Paris 3 ou 4 autres clubs très riches nous ne nous poserions même pas la question ... prendre comme exemple le Rugby.

    Donc le championnat va encore s'affaiblir et les meilleurs potentiels vont encore partir .... vous venez juste de comprendre là tout le business que l'AS MONACO met en place depuis 2 ans et qui , je pense , lui permettra de d'engranger des sommes considérables dans les années à venir largement suffisantes pour rester aux crochets de Paris à bonne distance quand même !

    Voilà pourquoi AULAS est bien content d'avoir son propre stade source de revenus récurrents.

    Ne pas oublier que nous vivons dans un pays aux charges monstrueuses et ça n'attire effectivement pas beaucoup les investisseurs .... voilà pourquoi peu de club en Ligue 1 se font racheter par des milliardaires depuis une décennie.

    Enfin pour conclure .... ce que nous connaissons cette année va continuer à perdurer et je dirai même s'amplifier financièrement et sportivement .

    Les joueurs qui partent pour un meilleur job , mieux rémunérer ont bien raison de le faire s'ils en ont la possibilité , nous ferions la même chose à leur place. L'argent et les challenge ne se trouve pas en France dans le monde du football ... il faut dorénavant considérer notre championnat comme l'anti chambre des vrais professionnels de ce sport qui ont et disposent de moyens considérables et d'une fiscalité très avantageuse.

  • ce n'est pas nouveau....l'Europe....vaste programme...

  • oui mais l'équipe nationale ne gagne rien et en coupes d''Europe la dernière c'est Chelsea en 2012 et 2013

  • Ah bon vous êtes étonnés des conséquences d cet arrêt pur produit du libéralisme économique à outrance.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]