2016 en Italie : Implacable Juventus

2016 en Italie : Implacable Juventus©Media365
A lire aussi

Emmanuel LANGELLIER, publié le vendredi 23 décembre 2016 à 08h00

Retour sur l'année 2016 en Serie A qui voit la Juventus rafler tous les suffrages. Championne en titre, elle trône encore en tête et semble lancée vers un sixième sacre consécutif.

La Juventus, seule tout en haut

C'est vraiment l'année Juventus. Encore une fois. La Vieille Dame rafle tout en Italie et ne laisse que des miettes à ses adversaires dont la résignation guette. Naples semblait en mesure de briser son hégémonie la saison passée comme la Roma (3ème) ? Dotée d'un Gonzalo Higuain en feu et auteur d'un total historique (36 buts en 35 matchs), la formation de la Campanie a résisté et tenu le choc jusqu'au face-à-face perdu le 13 février (1-0, but de Zaza à la 88ème minute) contre les Bianconeri qui signaient-là leur quinzième succès d'affilée. Ensuite, les partenaires de Patrice Evra, qui avaient réalisé une entame cauchemardesque après avoir perdu Pirlo, Tévez et Vidal (un point après trois matchs, 11 points de retard fin octobre 2015), avant de retrouver leurs vertus fondatrices, d'empiler les succès avec frénésie et une solidité implacable, se sont irrésistiblement envolé vers un cinquième Scudetto de rang.

Les atouts de cette Juve sacrée à quatre journées de la fin (9 points d'avance au final sur le Napoli qui court toujours après un titre de champion depuis 1990) et qui a aligné 25 succès et un nul ? Une défense de fer avec Gianluigi Buffon, qui a battu à 38 ans le record d'invincibilité en Serie A (973 minutes), Andrea Barzagli, Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini, ses tauliers toujours au top. Un entrejeu à cinq redoutable avec Stephan Lichtsteiner et Evra, costaud et qui a confirmé ses galons de titulaire pour l'Euro malgré l'émergence d'Alex Sandro, sur les côtés, Paul Pogba, Sami Khedira et Claudio Marchisio (avant sa blessure aux ligaments croisés en avril). Et un contingent offensif efficace qui a notamment vu l'émergence de la pépite Paulo Dybala, recruté en provenance de Palerme et auteur de 19 buts. Autre recrue, Mario Mandzukic a été précieux (10 réalisations) comme Alvaro Morata (7) qui a offert un second doublé Championnat-Coupe consécutif en marquant en prolongation (110ème minute) en finale de la Coupe d'Italie contre l'AC Milan (1-0), auteur d'un exercice difficile (7ème) et loin du podium comme son voisin de l'Inter (4ème).

On prend (quasiment) les mêmes et on recommence

Si elle a perdu Pogba, vendu à Manchester United pour une somme comprise entre 105 et 115 millions d'euros et devenu la recrue la plus onéreuse de l'histoire du ballon rond, et Morata, retourné au Real Madrid, la Juventus s'est renforcée l'été dernier. Elle s'est s'offert Higuain pour 90 millions d'euros mais aussi Miralem Pjanic, Daniel Alves, Mehdi Benatia et Marko Pjaca. Du bon, du très bon. Si ces derniers renforts ne se sont pas encore spécialement illustrés (problème d'adaptation pour Pjanic ou blessure pour D. Alves), le premier a déjà brillé. Alors, bien sûr, pas au début, quand il avait des kilos en trop, mais tout ceci parait déjà loin. Auteur du but de la victoire contre ses anciens partenaires napolitains (2-1), l'attaquant argentin a inscrit un doublé dans le derby turinois (3-1 face au Torino) et offert les trois points au terme du choc face au dauphin de la Roma (1-0), samedi. Le voilà nanti de dix réalisations et la Juventus de quatre longueurs d'avance sur les Giallorossi, tombeurs (3-1) jeudi soir du Chievo Vérone (la Juve dispute vendredi la Supercoupe d'Italie contre l'AC Milan à Doha et jouera son match en retard de Championnat à Crotone le 8 février 2017). La voie royale vers un nouveau sacre semble toute tracée. Même touchée par les blessures (Bonucci, Barzagli, Chiellini, D. Alves, Dybala), la Vieille Dame carbure.

Ce qui change quelque peu derrière, c'est le renouveau de l'AC Milan qui mène cette fois la lutte avec la Roma. Avec Vincenzo Montella aux manettes, le club rossonero se montre solide grâce notamment à ses jeunes éléments italiens (Donnarumma, De Sciglio, Romagnoli, Locatelli) et étrangers (Suso, Niang). Brillants, ils ont permis notamment au Milan de dominer la Juventus (1-0) et de rêver à nouveau de Ligue des champions, même s'il faudra se méfier de la Lazio et Naples, toujours aussi inspiré et virevoltant avec notamment un Dries Mertens transcendé en faux attaquant de pointe (11 buts). De cette première moitié de saison, on retient aussi le retour au premier plan d'Edin Dzeko (13 buts), la progression d'un probable futur très grand attaquant (Belotti du Torino, 13 buts inscrit également en championnat) et la belle tenue de l'Atalanta Bergame où les jeunes pousses font merveille. Quant à l'Inter Milan (7ème), il a encore très mal débuté, mais parait en progrès sous la férule de Stefano Pioli.

 
1 commentaire - 2016 en Italie : Implacable Juventus
  • Un entame cauchemardesque??? après la perte de Pirlo, Tevez et Vidal??? bizarrement pas celle de Pogba, il est vrai que la Juve se passe sans problème de ce dernier qui ne fait pas plus d'étincelles a Manchester!!! L'archétype du joueur surfait, surestimé qui s'enlise petit à petit dans son rôle d'homme sandwich, qui vend beaucoup de maillots.....pour le foot, c'est un autre sujet!!!!
    Le Valbuena de ces derniers temps aurait apporté beaucoup cet été à l'Euro et pourrait apporter beaucoup aujourd'hui ou demain en EDF!!!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]