Totti, le dernier des Mohicans

 Totti

Francesco Totti continue de dévouer sa vie à la Roma. (Reuters)

Avec les adieux déchirants au Calcio de légendes italiennes comme Del Piero, Nesta, Gattuso ou Inzaghi, Francesco Totti demeure l’une des dernières grandes stars des années 90 à évoluer en Serie A cette saison. A bientôt 36 ans, l’empereur romain, qui a toujours la Ville Eternelle à ses pieds, souhaite retrouver une énième jeunesse sous les ordres du génial Zdenek Zeman. Lui qui a déjà connu plusieurs vies…

Vingt années, le 28 mars prochain, que "Il Capitano" sert avec une élégance rare les couleurs de l’AS Roma. Autant dire que l’enfant chéri de la Ville Eternelle, et accessoirement meilleur buteur en activité de Serie A (215 réalisations en 501 rencontres), en a vu des vertes et des pas mûres depuis ce déplacement à Brescia, où il ne portait pas encore son mythique maillot giallorosso floqué du numéro dix. D’ailleurs, pour sauvegarder une bonne partie du patrimoine transalpin, des inconditionnels de Francesco Totti ont créé un site internet où sont recensées toutes les statistiques de leur idole, des plus classiques comme le nombre de buts marqués et les passes décisives distribuées (145) à des chiffres plus insolites comme cette moyenne assez hallucinante de deux talonnades par rencontre (996 au total). Cette curiosité est l’une des rares anecdotes que l’on ne sait pas sur le gladiateur sang et or. Ça et peut-être le fait que Francesco a prêté sa voix dans un épisode italien des Simpson…

Ce coup de projecteur incessant sur la ou les vie(s) du recordman de buts en première division sous la même tunique nourrit la biographie de la dernière bandiera du football italien. Il pourrait en écrire des tartines, plus ou moins digestes, sur tout ce qu’il a vu durant ces vingt années de carrière. Il l'a d'ailleurs déjà fait en 2006, année marquée par un Mondial victorieux, où il raconta notamment son art de la Panenka, son immense amour pour la Roma ou son goût pour les t-shirts à message et sa collection de maillots du monde entier. Celui qui est souvent moqué pour ses déclarations simplistes, voire simplettes (l'équivalent transalpin d'un Jean-Pierre Papin), a même poussé l’autodérision jusqu’à publier un bouquin intitulé "Toutes les blagues sur Totti". L’une des plus connues ? "Tragique nouvelle dans les journaux: la bibliothèque de Totti a brulé. Elle contenait deux livres. Réaction de Totti: "Oh, non, le deuxième, je n’avais pas encore fini de le colorier »."

Amour fou à la romaine

Le prochain chapitre, qui le ramène tout doucement vers l'épilogue de l'intrigue, pourrait ne pas avoir la même teneur guillerette. Car, malgré une dernière saison (huit buts et une passe décisive tous les trois matches) faisant toujours de lui le point de référence de la Louve, Totti a accusé le coup et le poids des années quand il a appris que ses anciens coéquipiers de la Nazionale (Del Piero, Nesta, Gattuso, Inzaghi), appartenant à la même génération que lui, quittaient leur cocon pour découvrir des contrées bien mystérieuses. Est-ce que cette saison serait celle de trop ? Lors de la tournée de la Roma aux States, "Il Bimbo de Oro" a été interrogé sur une éventuelle fin de carrière en MLS. Il n’a pas totalement écarté cette possibilité mais a rappelé son lien indéfectible avec son club de toujours. Et ce, même s’il a tenu à rendre hommage à son ami Alessandro Del Piero, qui a choisi un dernier challenge à Sydney. "Pour un champion comme toi le football ne se termine jamais. Ta technique et ta façon d’être représenteront toujours de la meilleure des manières l’Italie à travers le monde." Entres seigneurs, on se comprend…

Les deux hommes parlent en effet le même langage: celui de l’amour porté à un seul et unique club et du football romantique. Celui de la longévité, également. Malgré plusieurs offres alléchantes provenant du Real ou de Chelsea (120 millions d’euros proposés par Roman Abramovitch en 2003), "Il Capitano" est resté fidèle au navire romain, acceptant de baisser par deux fois son salaire ces dernières années et participant même à la recapitalisation du club giallorosso en 2004. Sur le rectangle vert, après avoir consenti à abandonner son rôle de Trequartista à l’italienne pour une position d’avant-centre, Totti pourrait être décalé sur l’aile droite par le nouveau technicien Zdenek Zeman et son football bohème. Un poste très exigeant qui nécessite une condition physique parfaite, surtout dans cette philosophie de jeu basée sur la verticalisation directe. Pourtant, à Trigoria, on ne s’inquiète pas du futur rendement de son meilleur ambassadeur, bien au contraire. C’est le Tchèque qui a fait du bambino de l'Appio-Latino un joueur complet et toujours plus décisif lors de la saison 1997-98. C'était déjà hier…

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !