Avec la nomination de Zidane, France 98 prend définitivement le pouvoir

Avec la nomination de Zidane, France 98 prend définitivement le pouvoir©Media365
A lire aussi

publié le 5 janvier


Nommé entraîneur du Real Madrid lundi soir, Zinédine Zidane rejoint Didier Deschamps et Laurent Blanc au rang des anciens champions du monde 98 devenus entraîneurs de grandes institutions. Une nouvelle génération de coachs tous nourris au biberon d'Aimé Jacquet.

Ils avaient 32, 29 et 26 ans le 12 juillet 1998. Ce soir-là, Laurent Blanc, Didier Deschamps et Zinédine Zidane sont devenus champion du monde de football, chez eux, en France. Du maudit libéro privé de finale au meneur de jeu surdoué, en passant par le capitaine exemplaire, tous sont entrés en cette nuit d'été dans l'Histoire de France. Déjà à l'époque, ces trois-là faisaient partie de ce qu'on a coutume d'appeler des individualités, expression pas forcément la plus harmonieuse dans un sport collectif. Alors les retrouver aux commandes de trois des plus grandes entités au monde près de dix-huit ans après leur exploit n'est une surprise pour personne.

Blanc et Zidane aux commandes de deux géants
Car lundi soir, Zinédine Zidane, en devenant entraîneur du Real Madrid à 43 ans, a rejoint Didier Deschamps et Laurent Blanc au rang des champions du monde 1998 devenus entraîneurs. Ils ne sont pas les seuls. Alain Boghossian, Patrick Vieira, Lionel Charbonnier, Bernard Lama et Bernard Diomède ont eux aussi choisi d'embrasser cette nouvelle carrière. Mais eux débutent ou galèrent, quand les trois premiers cités côtoient les plus grands joueurs du monde au quotidien. Car si aujourd'hui, de l'avis de tous, le Paris Saint-Germain a rejoint le FC Barcelone, le Real Madrid et le Bayern Munich dans le carré des clubs les plus puissants du moment en Europe, alors deux de ceux-là sont dirigés par d'anciens internationaux tricolores. A croire qu'Aimé Jacquet a fait des petits.

Le modèle Didier Deschamps
Pas étonnant quand on sait à quel point l'ancien sélectionneur des Bleus, si apprécié de ses joueurs, les a marqué par ses grandes envolées lyriques mais aussi sa conviction d'être capable de réaliser le plus grand exploit du football français. Et s'il y en a bien un qui ne doit pas être surpris par la réussite de Deschamps, Blanc et Zidane aujourd'hui, c'est bien lui. Dans un livre écrit en 1999 (« Ma Vie pour une Etoile, éditions Robert-Laffont), un an après la Coupe du Monde, Aimé Jacquet glissait un commentaire sur chacun de ses joueurs. Et voici ce qu'il écrivait sur Didier Deschamps, son capitaine de l'époque : « Didier Deschamps fut pour moi un relais exceptionnel, un élément clé de la réussite de notre aventure. Et vous allez voir l'entraîneur que ça fera ! » Dix-huit ans après, Didier Deschamps a mené Monaco en finale de la Ligue des Champions, a remporté un titre de champion de France avec Marseille, et a relancé une équipe de France au plus mal en 2012. La clairvoyance de Jacquet était totale.

Jacquet voyait en Zidane ce besoin collectif
Quant à Zinédine Zidane, il était encore difficile de l'imaginer sur un banc, le meneur de jeu des Bleus n'étant âgé que de 26 ans en 1998. Mais là encore, Aimé Jacquet voyait juste dans son analyse, perçant dans le caractère réservé de son joueur ce besoin de mettre en valeur le collectif, et cette faculté d'emmener les autres avec lui. « Le jeu de ce merveilleux soliste a ceci de fabuleux qu'il est sans cesse tourné vers le souci du rendement de l'ensemble, décrit le sélectionneur champion du monde. D'une simplicité confondante, d'une humilité qui ne l'est pas moins, le joueur et l'homme rallient tous les suffrages. Qu'on se le dise, le meilleur Zidane est à venir ! » Le voilà désormais entraîneur du grand Real Madrid pour sa première expérience sur un banc professionnel.

Emile : « On a de la chance avec ce groupe de France 98… »
Une réussite globale saluée par Henri Emile, l'intendant des Bleus, déjà en poste en 1998. « On a la chance avec ce groupe de France 98 d'avoir des gars bien qui veulent apporter quelque chose au football. Ils veulent vivre leur passion et transmettre. Je pense aussi à d'autres, comme Alain Boghossian, Bernard Diomède, Sabri Lamouchi, Bernard Lama. Ils ont envie de s'exprimer, de montrer quelque chose. Ça fait chaud au cœur car c'est un groupe qui vit bien et qui évolue bien, et ça fait très plaisir », nous racontait-il lundi soir. Longtemps, l'Italie fut la terre des grands entraîneurs (Sacchi, Lippi, Trapattoni, Capello, Ancelotti…). Et si la décennie 2010 était celle des coachs français ? Prenons-nous à rêver. Comme lors de ce fabuleux été 1998. Car les héros de notre jeunesse semblent décidés à ne pas tomber aux oubliettes et à continuer à servir le football. Et ça, ça fait tellement de bien…

 
12 commentaires - Avec la nomination de Zidane, France 98 prend définitivement le pouvoir
  • ah celui là d'article, il vaut son pesant......tout ce baratin typiquement coquelet ,fondé qui plus est sur une escroquerie historique....quant au bilan de Blanc et Deschamps, mort de rire......Wasquehal ? la Suisse ? mais encore.....? c'est sûr que de citations de mecs comme Emile ou Jacquet, on n'attend pas grand-chose mais là c'est le pompon.....manque que plus que Liliput parigot mette son petit grain sans sel......

  • à part le REAL, quelles sont les deux autres "institutions", on se demande .....toujours ces amalgames moussants et valorisants, un peu comme si le "petit" paradait à mes côtés sur la photo.....

  • Arrêtez de nous bassiner avec les champions du Monde 98 ça commence à dater car depuis plus rien que des tocards. Laurent Blanc avec toutes ces vedettes ne casse pas 4 pattes à un canard à part dans le championnat Français à la déroute. Deschamps avec l'EDF à la dérive et Zidane toujours en formation comme entraîneur même pas foutu de prendre un club en France. Les riches restent avec les riches. Quel cocorico !!!!!.

  • Le Zizou
    Il fera pas le poids !bien trop introverti et surtout avec une noisette en guise de cerveau !

    bien de votre avis ! et encore la noisette doit être fêlée à force de donner ses coups de boules

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]