Aymeric Laporte, la poule aux œufs d'or d'Agen

Aymeric Laporte, la poule aux œufs d'or d'Agen©Media365
A lire aussi

, publié le jeudi 25 février 2016 à 08h45


Aymeric Laporte, l'ancien défenseur agenais, est aujourd'hui épanoui au Pays basque avec l'Athletic Bilbao. Avant la réception de Marseille ce jeudi soir, le directeur du SU Agen revient pour nous sur l'évolution de son ancien poulain, et lève le voile sur les revenus qu'il a générés dans son club d'enfance.

C'est en quelque sorte la poule aux œufs d'or du SU Agen. De l'autre côté des Pyrénées, Aymeric Laporte a su s'imposer depuis quelques temps comme un titulaire indiscutable en défense centrale à l'Athletic Bilbao. Convoité par les plus grands clubs d'Europe, l'international Espoir français de 21 ans pourrait rapporter une jolie somme à son club formateur en cas de transfert à l'étranger. « Si sa clause est actuellement de 45 M€, le club touchera plus de 400 000 € d'indemnités en cas de transfert à l'international », nous a confié Jean-Michel Maurin, président du SU Agen. Une indemnité de formation qui est calculée sur les années de formation d'un joueur, lorsque ce dernier est transféré à l'étranger avant ses 23 ans. Depuis l'été dernier, la clause de départ d'Aymeric Laporte est passée de 42 à 50 M€, soit un montant de 500 000 € qui devrait être perçu par le club du sud-ouest en cas mouvement.

Pour rapporter gros, Laporte doit quitter l'Espagne
Cependant, ce montant ne peut être perçu qu'en cas de transfert à l'international. Le défenseur devra donc quitter l'Espagne, ce que le président n'espère pas puisqu'il aimerait voir son ancien protégé évoluer aux côtés des plus grands au Barça. « Aux dernières nouvelles, j'ai vu qu'Aymeric était plus pressenti au Barça qu'en Angleterre. J'ai un penchant pour le Barça car il y a les meilleurs joueurs du monde qui jouent là-bas. Il connaît parfaitement le championnat, explique Jean-Michel Maurin. La Premier League serait une nouveauté car c'est plus physique mais ça peut également lui convenir comme il est costaud. Mais s'il joue au Barça, il aura sa place. Au bout du compte, qu'il aille au FC Barcelone ou à Manchester City, il sera dans l'un des plus grands clubs au monde. » Comme la plupart des clubs formateurs, il arrive que ces derniers perçoivent un geste de la part du club auquel il est transféré. Ce que son voisin basque n'a pas fait avec le SU Agen lorsque la question a été posée au président.

Bayonne a déjà touché 100 000 €
« Non, Bilbao n'a pas fait de geste. Ils auraient pu en faire un mais ils ne l'ont pas fait, regrette-t-il aujourd'hui. Par contre, pour Bayonne (ndlr : club où est passé Laporte avant de mettre le cap sur l'Espagne), il me semble qu'ils ont versé 60 000 € d'indemnités. » Justement, lorsque nous avons contacté le président de l'Avironnais Bayonnais, Jean-Michel Ménard, ce dernier nous a confirmé que son club avait perçu justement une indemnité de la part du club basque. « Bien sûr, nous sommes partenaires de l'Athletic Bilbao et nous avons un contrat de partenariat avec eux. L'indemnité que nous avons reçue pour Aymeric Laporte était de 100 000 € à l'époque. Nous avons des joueurs qui vont s'entraîner là-bas. » Une histoire de gros sous que le président agenais relègue pourtant au second plan, préférant se réjouir de la belle carrière qu'est en train de réussir son ancien protégé. Ne manque plus qu'une étape : l'équipe de France. « Je suis sûr que quoi qu'il arrive, il finira par jouer pour la France », assure Jean-Michel Maurin.

Rédigé par Lamia El Hanbali

 
1 commentaire - Aymeric Laporte, la poule aux œufs d'or d'Agen
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]