Chaque chose en son temps

Xavi et Marcelo se retrouveront dans une semaine sur la pelouse du Camp Nou. (Reuters)

Xavi et Marcelo se retrouveront dans une semaine sur la pelouse du Camp Nou. (Reuters)

Alors que le Clasico qui se profile dans une grosse semaine est au centre de toutes les préoccupations, en Catalogne comme dans la capitale ibérique, le Barça et le Real Madrid, doivent avant toutes choses ressortir vainqueurs de leurs confrontations respectives face au FC Séville et à la Corogne, ce week-end, dans le cadre de la 6e journée de Liga. Relégué à huit points de son homologue catalan, le Real n’a déjà plus le droit à l’erreur.

Si les aficionados du Barça se languissent de faire le pied de grue devant les portes du Camp Nou et de voir l’ogre barcelonais en découdre avec le meilleur ennemi madrilène dans une semaine, les troupes de Tito Vilanova ont une mission première: celle de déjouer le piège tendu par le FC Séville, ce samedi, en ouverture de la sixième journée du championnat espagnol. Et la tâche ne s’annonce pas des plus faciles face à une formation andalouse en pleine possession de ses moyens, qui a récemment joué un vilain tour au Real (1-0) avant de revenir de la Corogne avec les trois points en poche (2-0).

Incontestable et incontesté leader à l’issue des cinq premières journées, qu’il a chaque fois achevées avec trois points dans la besace, le Barça s’attend à souffrir sur le sol andalou mais n’entend pas pour autant ralentir son rythme de croisière. "C’est toujours difficile de jouer à Séville d’autant que l’équipe est très en forme. On l’a vu face au Real. Séville est bien meilleur avec Michel à sa tête. Ils ont les idées plus claires et ça va être très difficile d’empocher les trois points mais on y va pour ça", confirme Sergio Busquets dans les colonnes de El Mundo Deportivo.

De son côté, le Real a retrouvé une esquisse de sourire en début de semaine après sa victoire glanée sur la pelouse du Rayo Vallecano (2-0) mais n’en demeure pas moins relégué à huit points de l’ogre barcelonais. "La pression est sur le Real", souffle volontiers Xavi sur Marca, conscient de disposer d'un matelas d’avance confortable sur les Merengue. "Personne ne pouvait envisager un tel écart après si peu de journées. Mais on est seulement au début de la première moitié de saison. Et Madrid est capable de ne plus perdre jusqu’à la fin de la saison", tempère son coéquipier Busquets.

Récolter les trois points face à La Corogne, à Bernabeu, afin de ne pas laisser l'opportunité au Barça de prendre davantage ses aises dans le fauteuil de leader de la Liga, c’est pour l’heure la préoccupation première des troupes de José Mourinho qui auront ensuite tout le temps de préparer le Clasico et d’initier leur « Reconquista ».

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

dernier match
Et aussi
Le Sport sur votre mobile