Lloris: "Le bilan est très bon"

Hugo Lloris et les Bleus ont dû se contenter du nul contre l'Uruguay. (Reuters)

Hugo Lloris et les Bleus ont dû se contenter du nul contre l'Uruguay. (Reuters)

Capitaine tricolore lors du match amical France-Uruguay (0-0), mercredi soir au Havre, Hugo Lloris est satisfait de l’état d’esprit affiché par ses coéquipiers et de ce petit stage de trois jours, le premier avec Didier Deschamps comme sélectionneur. Mais le gardien lyonnais le sait: les Bleus devront en faire plus pour se qualifier à la Coupe du monde 2014.

Hugo, est-ce simple de préparer un match international au mois d'août ?
Non, ce n'est jamais simple de préparer un match en trois jours. Ce n'est pas évident. On a rendu une bonne copie, il y a eu des bonnes choses même si on aurait préféré gagner ce match pour vraiment bien débuter. Mais, au niveau de l'état d'esprit, c'était très bon et, au niveau du jeu fourni, c'était intéressant même si on aurait préféré être encore plus percutant dans les 35 derniers mètres et avoir cette étincelle pour ouvrir la marque.

Qu'avez-vous pensé des prestations des nouveaux venus ?
Il y avait des nouveaux, des revenants et des anciens. Il y avait un groupe très homogène et ça s'est ressenti ce soir. Il y a eu pas mal de changements dans ce match mais ça n'a pas déséquilibré l'équipe. On a montré pas mal de calme et de sérénité. Il faut s'appuyer là-dessus pour continuer à progresser tous ensemble et remplir nos objectifs.

Ressentez-vous ce résultat nul comme une déception ?
On aurait préféré gagner, ça c'est sûr, mais il y avait une grande équipe en face. Ils sont quatrièmes au classement Fifa, ce n'est pas n'importe qui. On sait aussi que c'est une équipe très défensive, qui a la culture de la gagne et celle de défendre tous ensemble. Ils nous l'ont montré ce soir en laissant très peu d'espaces. Malheureusement, on n’a pas trouvé les solutions pour pouvoir marquer même si on a eu des opportunités qui auraient pu être concrétisées. Muslera a fait ce qu'il fallait.

Quel bilan tirez-vous de ce premier stage sous les ordres de Didier Deschamps, votre nouveau sélectionneur ?
Le bilan est très bon. On a passé trois jours ensemble et ça s'est très bien passé. On a fini ce mini-stage avec un bon match. Maintenant, on va continuer à avancer dans notre préparation dans nos championnats respectifs pour pouvoir être d'aplomb pour les deux matches de qualification pour la Coupe du monde 2014.

"On peut comprendre qu'il y ait de l'impatience mais on n'y peut rien"

Comment avez-vous jugé les sifflets qui ont accompagné votre sortie à la fin de la rencontre ?
Les supporters ont été présents du début à la fin et les sifflets étaient certainement là pour montrer un mécontentement par rapport au résultat. On peut comprendre qu'il y ait de l'impatience au niveau de l'équipe de France mais on n'y peut rien. Au niveau de l'état d'esprit et du jeu, on a fait ce qu'il fallait. On va continuer sur cette voie-là pour remplir nos objectifs au niveau des qualifications pour le Mondial.

Vous étiez absent avec Lyon contre Rennes, comment avez-vous vécu votre prestation personnelle ?
Très bien. J'ai essayé de m'adapter à une nouvelle charnière centrale, ça s'est très bien passé ce soir. Ils ont dégagé pas mal de sérénité malgré leur jeunesse. Sur un plan personnel, pas de souci. On a fait ce qu'il fallait pour que je me sente bien. On va maintenant rentrer dans nos clubs respectifs et se concentrer sur le championnat.

Didier Deschamps vous a-t-il parlé du brassard de capitaine ? Où en est sa réflexion par rapport à cela ?
Ce qui est dit en interne, on le garde en interne. Je l'ai dit hier (mardi) en conférence de presse: ça n'a jamais été quelque chose que je revendique mais ça fait toujours plaisir de le porter. C'est un honneur mais, le plus important, c'est d'avoir des responsabilités au sein de la sélection française et c'est le cas. C'est le plus important pour moi.

Quelle différence faites-vous entre l'approche de Laurent Blanc et celle de Didier Deschamps ?
On ne va pas entrer dans un jeu de comparaison mais ils sont de la même génération. Le coach a un palmarès qui parle pour lui comme joueur et entraîneur. C'est quelqu'un d'important, les joueurs sont à l'écoute et on a tous envie de suivre le même chemin du succès. On compte sur lui et il compte sur nous.

Trouvez-vous tout de même son profil plus défensif que celui de son prédécesseur ?
Le plus important, c'est d'être efficace, d'être réaliste. Après, quelle que soit la philosophie de jeu, on est jugé sur les résultats. Et les deux sont des compétiteurs. Il n'y a pas de souci là-dessus !

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
La Coupe pour le Real Faire sans lui La réponse de Giroud Liverpool n'oublie pas Hillsborough L'essai du Barça
à lire aussi