Deschamps n’est pas inquiet

Didier Deschamps veut que ses joueurs prennent des repères contre le Japon. (Reuters)

Didier Deschamps veut que ses joueurs prennent des repères contre le Japon. (Reuters)

Pour les deux prochains matches de l’équipe de France, face au Japon et à l’Espagne, Didier Deschamps doit composer avec plusieurs absences, notamment au milieu de terrain et en défense. Mais le sélectionneur des Bleus ne s’est pas montré inquiet, tout en assurant sa confiance envers les joueurs retenus.

Confronté à une cascade de blessures au milieu de terrain, le sélectionneur de l'équipe de France, Didier Deschamps, a refusé de verser dans le défaitisme lundi en vue du match amical contre le Japon et du déplacement en Espagne. "Je n'ai pas à être inquiet et je n'ai pas envie que mes joueurs le soient. Ces blessures ? Ce ne sont pas une inquiétude mais une réalité", a déclaré le patron des Bleus à la presse, juste avant de diriger un entraînement léger sous la pluie.

Déjà handicapé par les absences des milieux de terrain Abou Diaby et Rio Mavuba, deux joueurs sur lesquels il compte beaucoup, Didier Deschamps a appris de manière un peu abrupte dimanche en fin de journée le forfait de Lassana Diarra pour ces deux rendez-vous internationaux. "On a reçu un mail de son club, de son médecin et de son entraîneur nous disant qu'il était dans l'incapacité de pouvoir voyager, a-t-il raconté. Il a des problèmes de dos depuis un petit moment. Il a joué ce week-end mais il est sorti du terrain à cause de ça". Compte tenu de l'éloignement géographique du joueur, exilé en Russie, et du mal dont il souffre, il n'a pas demandé à ce qu'il vienne faire constater sa blessure.

Une charnière expérimentale

Pour pallier cette absence de dernière minute, Didier Deschamps a choisi d'appeler le Parisien Clément Chantôme, zéro sélection au compteur, mais qui "malgré une concurrence très élevée au PSG joue régulièrement". Du coup, avec ce novice, Etienne Capoue, Moussa Sissoko, Blaise Matuidi, Maxime Gonalons et Yohan Cabaye, le milieu de terrain de l'équipe de France qui va se frotter au Japon puis à l'Espagne semble bien léger, tant en termes d'expérience que de repères.

"Il y a des joueurs qui sont là avec des profils différents mais la réalité c'est qu'ils ont un vécu sur le plan international qui est assez faible, mis à part Yohan, a reconnu Didier Deschamps. Mais je ne suis pas inquiet. On va se battre avec nos armes et avec les joueurs qui sont là. Et qui dit manque d'expérience n'empêche pas la détermination et la volonté. Le coeur du jeu est important dans un match mais c'est plus le comportement collectif qui est décisif, d'autant plus contre des équipes qui ont un base technique élevée."

En plus d'être un peu à court au milieu de terrain, Didier Deschamps fait face à un souci de taille en défense, à savoir la suspension de Mapou Yanga-Mbiwa sur qui il comptait en charnière. Mais là encore, cette contrainte ne semble pas l'inquiéter outre mesure. L'ancien capitaine des Bleus compte en effet se servir du match contre le Japon pour tester la paire de défenseurs centraux qu'il alignera en Espagne. "Je connais déjà la charnière que j'alignerai à Madrid. Comme elle sera nouvelle, il sera important qu'elle ait des repères et c'est ce que ce genre de match contre le Japon va nous permettre de faire", a-t-il dit. Dans ce secteur, Mamadou Sakho, Laurent Koscielny et Adil Rami seront trois pour deux places.

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !