Mombaerts, l'échec de trop ?

Erick Mombaerts va sans doute devoir quitter son poste de sélectionneur des Espoirs.

Erick Mombaerts va sans doute devoir quitter son poste de sélectionneur des Espoirs.

L'équipe de France espoirs a vécu une nouvelle désillusion en ratant la qualification pour l'Euro 2013 après sa défaite en Norvège (5-3) mardi soir. Le sélectionneur Erick Mombaerts, dont les résultats depuis sa prise de fonction ne sont guère reluisants, pourrait payer les pots cassés.

Ils s’y voyaient déjà. Victorieuse  de la Norvège (1-0), vendredi dernier au Havre en match aller des barrages de l’Euro 2013, l’équipe de France espoirs se trouvait en ballotage favorable pour se qualifier pour la compétition prévue en juin prochain en Israël. Mais le rêve a tourné au cauchemar pour des Bleuets qui ont sombré mardi sur la pelouse synthétique détrempée du stade Marienlyst de Drammen, près d’Oslo, lors du match retour (5-3). Un revers cuisant, qui marque l’échec d’une génération certes talentueuse, mais parfois critiquée par son manque de sens du collectif (Varane, Mangala, Corchia, Mavinga, Griezmann, Cabella, Lacazette…), mais aussi celui d’un sélectionneur, Erick Mombaerts.

Nommé en 2008 à la place de René Girard, qui avait emmené les Bleuets en demi-finales de l’Euro 2006, l’ancien entraîneur toulousain connaît un premier échec avec la défaite face à l’Allemagne (1-2), future lauréate du tournoi, en barrages de l’Euro 2009. Nouvelle déception pour la compétition prévue en 2011 avec une troisième place de leur groupe derrière l’Ukraine et la Belgique, synonyme d'élimination. La dernière campagne disputée lors de la saison 2011-2012 a en revanche été beaucoup plus réussie avec un quasi sans-faute (sept victoires, une défaite) qui a garanti la première place de la poule aux Bleuets, avant qu’ils ne craquent une fois de plus en barrages, pour la cinquième fois en 15 ans (1999, 2000, 2004, 2009 et 2013).

Ebranlé par l’affaire des quotas

"Si on a raté ce deuxième match, c’est qu’il y a quelque chose qui s’est passé. Nous aussi (le staff), nous avons raté des choses, mais je ne sais pas quoi. J’ai du mal à comprendre quoi, s’interroge Mombaerts mercredi dans les colonnes de L’Equipe. Excluant toute démission, le technicien de 57 ans, n’est pas dupe: Incontestablement, c’est la fin d’un cycle. En toute objectivité, il faudra faire ce travail d’analyse. L’objectif n°1 était de se qualifier pour un Euro. Il n’est pas rempli". En plus de l’échec sportif, l’image d’Erick Mombaerts a été ternie au printemps dernier par l’affaire des quotas, dans laquelle les écoutes révélées par Médiapart montrent qu’il a pris une part active dans la fameuse réunion avec le DTN François Blaquart et l’ancien sélectionneur Laurent Blanc, en proposant notamment de "limiter" à 30% la proportion des joueurs possédant une double nationalité dans les effectifs des centres de formation.

A l’heure du bilan, il devra se montrer très persuasif pour convaincre Noël Le Graët, le président de la Fédération française (FFF), de le maintenir à son poste. Ce dernier a refusé d’évoquer son cas à chaud après la rencontre. "Je suis très déçu. Encaisser cinq buts, on ne l’aurait pas imaginé. Ils ont fait une phase de groupes exemplaire. Après sans doute que 1-0 à l’aller, c’était un peu juste, parce que la Norvège n’est pas une équipe facile", a-t-il ainsi expliqué dans L'Equipe. Si rien n'est encore officiel, le sort d’Erick Mombaerts semble toutefois déjà bel et bien scellé.

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !