Un problème Benzema ?

Karim Benzema, indispensable par défaut.

Karim Benzema, indispensable par défaut.

Auteur d'un nouveau match quelconque sous le maillot bleu contre le Japon mardi (0-1), Karim Benzema ne pâtit pourtant pas de ce rendement médiocre. Aux yeux de Didier Deschamps, l'attaquant madrilène reste le leader de l'attaque tricolore. Par défaut ?

Si l’équipe de France n’a pas aujourd’hui le niveau requis pour jouer les premiers rôles sur la scène internationale c’est simplement parce que les joueurs qui la composent ne font pas partie pour leur grande majorité des meilleurs au monde. C’est vrai dans toutes les lignes, hormis au poste de gardien de but. L’attaque n’échappe donc pas à ce constat et la prestation inachevée des Bleus face au Japon (0-1) vendredi soir au Stade de France n’a fait que confirmer le manque d’efficacité des attaquants français. De Karim Benzema et Olivier Giroud en premier lieu, eux qui, titularisés dans l’enceinte dionysienne, n’ont toujours pas trouvé le chemin des filets depuis la prise de fonction de Didier Deschamps l’été dernier. Si le second ne devrait pas débuter à Madrid mardi soir dans le choc du groupe I des éliminatoires de la prochaine Coupe du monde, le premier retrouvera sa place de prédilection dans l’axe pour défier les Espagnols.

Benzema est à l’heure actuelle l’un des rares joueurs de l’équipe de France à pouvoir se targuer d’être un titulaire indiscutable. Pourtant ses performances sous la tunique tricolore ne sont pas toujours à la hauteur de ce que l’on est en droit d’attendre de lui. Beaucoup moins efficace qu’au Real, où il jouit certes de la présence autour de lui de plus grands talents individuels, l’ancien Lyonnais peine à s’affirmer sur le terrain comme un fer de lance. Son bilan chiffré en équipe de France, 15 buts en 53 sélections, résume bien ses difficultés à donner la plénitude de ses moyens sur le plan international.

Deschamps: "Benzema c’est tout sauf un problème"

Interrogé samedi à ce sujet, Didier Deschamps a immédiatement volé au secours de sa principale arme offensive. "Benzema, c’est tout sauf un problème, a balayé le sélectionneur d’un revers de main. Il y a des périodes de réussite, d’autres un peu moins. Au niveau international pour être performant, il faut de l’efficacité. Karim a déjà prouvé en sélection et en club qu’il pouvait être efficace." Son dernier but en match officiel remonte néanmoins à plus d’un an, en Albanie le 2 septembre 2011. Muet durant l’Euro, il n’a pas retrouvé la bonne recette lors des quatre matches qui ont suivi.

Benzema n’est pas pour autant menacé de perdre sa place. Difficile d’en vouloir à Didier Deschamps qui, comme à de nombreux autres postes, ne possède pas sous la main un grand réservoir de talents. Convoqués pour le match en Espagne, Olivier Giroud, lui aussi en quête d’efficacité, et Bafétimbi Gomis ne peuvent pas raisonnablement bousculer cette hiérarchie. Aux portes des Bleus, Loïc Rémy, Kevin Gameiro et André-Pierre Gignac, de retour en forme et pré-convoqué avant ces deux matches d’octobre, peuvent-ils prétendre devenir une alternative crédible au Madrilène ? Difficile de l’imaginer pour l’instant, d’autant que Benzema, en plus d’offrir une palette technique plus grande, devance tous ses concurrents en matière d’expérience du haut niveau. Pour mettre fin au débat, l’avant-centre, soutenu dans L’Equipe par Zinedine Zidane qui le sent "investi de quelque chose et il a conscience du rôle important qu’il doit avoir aujourd’hui", n’a qu’à (re)trouver l’efficacité en Bleu, notamment lors des grands matches. Celui à venir sur la pelouse des champions du monde et d’Europe tombe à pic.

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !