Qualifs CDM 2018 - Italie - Albanie, les liaisons fructueuses

Qualifs CDM 2018 - Italie - Albanie, les liaisons fructueuses©Media365
A lire aussi

Raphaël Brosse, publié le vendredi 24 mars 2017 à 07h50

Ce vendredi, l'Albanie se rend à Palerme (20h45) pour y défier l'Italie dans le cadre des éliminatoires au Mondial 2018. Une rencontre qui aura une saveur particulière pour les joueurs albanais, plusieurs d'entre eux évoluant actuellement dans des clubs italiens. Elle sera également teintée d'émotion pour leur sélectionneur, Gianni De Biasi, qui a lui fait le chemin inverse.

A la lecture de la liste des Albanais convoqués en sélection pour les matchs du mois de mars, un détail interpelle. Le principal fournisseur de joueurs n'est pas le championnat local, certes d'un niveau relativement faible, mais l'Italie. Ils sont ainsi six sur vingt-trois à faire partie d'une formation transalpine : Thomas Strakosha (Lazio Rome), Arlind Ajeti (Torino), Elseid Hysaj (Naples), Frederic Veseli (Empoli), Migjen Basha (Bari) et Ledian Memushaj (Pescara). Une statistique qui n'a, au final, rien de surprenant si l'on se penche sur l'histoire récente de l'Albanie.
La traversée de l'Adriatique
Au début des années 1990, l'éclatement du bloc communiste met un terme à la Guerre froide. Face aux graves difficultés rencontrées par leur pays sur le plan économique, de nombreux Albanais décident d'aller tenter leur chance à l'étranger. L'Italie est alors l'une des destinations privilégiées. Ils sont mille à arriver en juillet 1990, puis plus de vingt mille en mars et en août 1991, traversant l'Adriatique à bord d'embarcations de fortune. Les ports du sud de la Botte (Otranto, Brindisi, Bari) sont submergés. Les autorités cherchent désormais une solution afin de canaliser les flux, tandis que les nouveaux arrivants, eux, s'installent tant bien que mal.
Hysaj, la belle histoire
Parmi ces immigrés en provenance du pays des aigles se trouve notamment un prénommé Gzim. Celui-ci accumule les petits boulots et retourne autant que possible sur sa terre natale, afin d'apporter un peu d'argent à sa famille. Son fils, Elseid, s'avère être un très bon manieur de ballon. Lorsque ce dernier a quatorze ans, Gzim l'emmène avec lui en Italie et le présente à un agent (dont il a restauré la maison quelques années plus tôt), qui le met en contact avec des clubs locaux. Après avoir explosé avec Empoli, Elseid Hysaj, puisque c'est de lui qu'il s'agit, est devenu un titulaire indiscutable à Naples.
De Biasi, italien de naissance, albanais d'adoption
En plus du latéral droit napolitain, ils sont plus de 460 000 Albanais à vivre aujourd'hui en Italie (chiffres de 2015), ce qui en fait la deuxième nationalité étrangère la plus représentée, derrière les Roumains et devant les Marocains. Ce vendredi, ils seront sans doute très nombreux dans les travées du stade Renzo-Barbera afin d'encourager leur équipe nationale, qui est guidée par... un entraîneur d'origine italienne. Ancien coach du Torino et de l'Udinese, Gianni De Biasi est arrivé en Albanie en 2011, pour prendre en mains une sélection aux abois. Quatre ans plus tard, les « Kuq e Zintjë » sont qualifiés pour l'Euro 2016, la première grande compétition de leur histoire. Adopté par son pays d'accueil, De Biasi s'est même vu remettre, le 28 mars 2015, un passeport albanais en guise de remerciement pour services rendus à la patrie. La preuve que les relations italo-albanaises fonctionnent dans les deux sens.

 
1 commentaire - Qualifs CDM 2018 - Italie - Albanie, les liaisons fructueuses
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]