Le duel Espagne-Italie continue

Le duel Espagne-Italie continue©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le dimanche 11 juin 2017 à 22h57

L'Espagne et l'Italie ont poursuivi leur mano a mano dans le groupe G dimanche, en dominant la Macédoine (1-2) et le Liechtenstein (5-0). De son côté, l'Islande a battu la Croatie d'un but à la 90eme minute (1-0) pour resserrer encore davantage une poule déjà très ouverte.

Groupe D : Un dimanche pour rien
Trois matchs, trois nuls : les équilibres n'ont pas bougé d'un iota dans le groupe D lors de la sixième journée des éliminatoires de la Zone Europe pour la Coupe du Monde 2018. Comme l'Eire avant elle contre l'Autriche (1-1), la Serbie a longtemps été menée à domicile par un de ses poursuivants directs dans la poule, à savoir le pays de Galles. Mais comme l'Eire, la Serbie a fini par obtenir un match nul (1-1) qui fait davantage ses affaires que celles de son adversaire, scotché à quatre points du leader. Dans un match que les joueurs de Chris Coleman ont disputé sans Gareth Bale, les locaux ont tenu le ballon (60% de possession) et investi le camp adverse. Mais les Diables Rouges se sont arc-boutés avec intelligence et sont sortis à bon escient. Sur un coup-franc bêtement concédé par Vladimir Stojkovic, ancien gardien du FC Nantes, une faute tout aussi évitable de Luka Milivojevic a entraîné un penalty transformé par Aaron Ramsey (0-1, 35eme). Après avoir été longuement pénalisés par leur maladresse, les Serbes sont revenus par Aleksandar Mitrovic (1-1, 74eme), auteur de son cinquième but de la campagne, avec le concours de Nemanja Gudelj et Aleksandar Prijovic, tous deux entrés en cours de jeu. Une bonne affaire pour la Serbie, toujours leader de sa poule.
Groupe G : L'Espagne et l'Italie continuent leur duel à distance
Au coude à coude depuis leur match nul en octobre (1-1), l'Espagne et l'Italie ont conservé le même tempo ce dimanche. Quand la Roja s'est imposée en Macédoine (1-2), la Nazionale lui a répondu d'un succès tranquille contre le Liechtenstein (5-0). Les deux équipes ont ainsi gagné tous leurs matchs en dehors de leur confrontation directe. Les Espagnols, comme les Italiens avant eux, n'ont pas eu la partie facile pour rentrer de Skopje avec une victoire dans les valises. Ils menaient certes 0-2 après une demi-heure de jeu. David Silva avait ouvert le score au bout d'une action initiée par une inspiration géniale d'Andrés Iniesta (0-1, 15eme) et Diego Costa avait doublé la mise après un gros travail d'Isco (0-2, 27eme). La réduction du score de Stefan Ristovski a fait entrer la Philip II Arena en ébullition (1-2, 66eme). Mais la troupe de Julen Lopetegui (71% de possession, 19 tirs à 5) a tenu bon jusqu'au bout. L'Italie a, elle, fait exploser le Liechtenstein avec cinq buteurs différents (Insigne, Belotti, Eder, Bernardeschi, Gabbiadini). Enfin l'Albanie a donné la leçon à Israël à Haïfa (0-3). Mais elle reste à sept points du leader italo-espagnol qui squatte les deux premières places.
Groupe I : L'Islande reste la reine du suspense
Le temps additionnel arrivait sous le soleil encore radieux de Rekjavik en cette heure tardive quand Hordur Magnusson s'est élevé plus haut que tout le monde pour donner la victoire à l'Islande sur la Croatie (1-0). Ce but sur corner relance complètement le suspense dans ce groupe, où les quatre premiers sont désormais séparés de deux petits points, la Turquie (1-4 au Kosovo) et l'Ukraine (1-2 en Finlande) ayant gagné de leur côté. Les Islandais confirment eux leurs incroyables valeurs morales, après avoir déjà renversé une situation désespérée en octobre contre la Finlande, avec deux réalisations dans les arrêts de jeu. A noter que la Turquie s'est fait une petite frayeur quand le Kosovo a répondu à l'ouverture du score de Volkan Sen (0-1, 7eme) par Amir Rrahmani sur corner (1-1, 22eme). Mais ça n'a duré que neuf minutes, le temps pour Cengiz Under de redonner l'avantage aux visiteurs (1-2, 31eme). Ils ont ajouté deux buts supplémentaires après la pause (Burak Yilmaz et Ozan Tufan), alors que les Kosovars ont terminé à dix (expulsion de Bernard Berisha).

 
0 commentaire - Le duel Espagne-Italie continue
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]