Galles, Islande, Hongrie... Ces bonnes surprises de l'Euro mal en point

Galles, Islande, Hongrie... Ces bonnes surprises de l'Euro mal en point©Media365
A lire aussi

Lucile Alard, publié le lundi 14 novembre 2016 à 15h36

La suite des qualifications pour la Coupe du Monde 2018 aura lieu au mois de mars. Mais après les quatre premières rencontres, certaines équipes sont déjà en difficulté. C'est notamment le cas de trois des bonnes surprises de l'Euro 2016 : le pays de Galles, l'Islande et la Hongrie.

En juin et en juillet, elles réalisaient un parcours remarquable lors de l'Euro 2016. Quatre mois plus tard, elles sont mal embarquées dans la campagne de qualifications pour le Coupe du Monde 2018. Bonnes surprises du dernier championnat d'Europe, les sélections galloises, islandaises et hongroises sont toutes les trois bien loin du Mondial russe. Pour elles, la reprise en septembre après l'euphorie continentale a été dure à digérer. Mais elles peuvent encore rêver d'enchaîner deux compétitions internationales, à condition de se reprendre rapidement.
Trop plein de nuls pour le pays de Galles
Son parcours
Quatre matches, trois nuls. En étrillant la Roumanie (4-0) le 5 septembre, le pays de Galles semblait être resté sur sa belle dynamique de l'Euro 2016 où il avait atteint les demi-finales de la compétition grâce à un parcours sans anicroches (5 victoire en 5 matchs avant la défaite 2-0 face au Portugal). Mais les anicroches, justement, sont venues lors de la suite de cette campagne qualificative. Avec un seul point pris face à l'Autriche, la Géorgie et la Serbie, les coéquipiers d'Aaron Ramsey ont laissé les Irlandais et les Serbes les distancer. Rien n'est définitif mais ils sont à 4 points de la première place de ce Groupe D.

Pourquoi peut-il y croire ?
Le pays de Galles est sans conteste la sélection qui recèle le plus de talents dans cette poule. Avec Gareth Bale, la sélection galloise a à sa disposition un joueur au-dessus du lot. Dans cette poule particulièrement ouverte et homogène, cela a suffi à faire de ces Gallois les favoris du groupe. Ils ont encore leur destin entre leur main et s'ils retrouvent le niveau qui était le leur lors de l'Euro, ils ont les moyens de battre tous leurs adversaires. Le premier face à face avec l'Irlande, programmé le 24 mars prochain, sera déterminant pour la suite de cette campagne de qualifications.
Pour la Hongrie, l'adversaire s'appelle le Portugal 
Son parcours       
La Hongrie a mal lancé ses qualifications pour la Coupe du Monde 2018. En allant faire match nul sur le terrain des Îles Féroé (0-0), elle a perdu deux points précieux dans sa lutte avec la Suisse et le Portugal, ses deux principaux adversaires dans ce groupe B. La défaite cruelle contre les Suisses (2-3, but de Stocker à la 90eme) lors de la deuxième journée a assombri un peu plus la situation. Deux victoires face à la Lettonie (0-2) et Andorre (4-0) permettent au huitième de finaliste de l'Euro 2016 défaite 4-0 face à la Belgique) de conserver l'espoir de se qualifier

Pourquoi peut-elle y croire ?
Avec déjà 5 points de retard sur la Suisse, la Hongrie a sans doute fait une croix sur la première place de cette poule. La deuxième place (*), en revanche, est envisageable. Le Portugal n'est qu'à deux petits points et les deux confrontations entre les sélections restent à jouer. Les coéquipiers de Ronaldo ont déjà montré leur fâcheuse tendance à balbutier leur football lors des matches de qualifications. Les Portugais sont champions d'Europe ? Oui, mais ils s'étaient fait très peur face à la Hongrie lors de la phase de poules (3-3). Et ça, les hommes de Bernd Storck s'en souviendront.
L'Islande doit refaire un exploit
Son parcours
L'Islande n'a pas à rougir. Tout juste peut-elle avoir un regret, celui d'avoir concédé le nul en Ukraine (2emedu groupe après 4 journée) malgré l'ouverture très précoce du score (1-1). Perdre en Croatie (2-0) reste dans la logique des choses. Elle a su faire honneur à son nouveau statut en ne cédant rien face à la Finlande (3-2) et surtout en battant la Turquie. Elle n'a, contrairement aux autres équipes, toujours pas affronté l'adversaire le plus faible de ce Groupe I, le Kosovo qui figure en dernière position et n'a toujours pas accroché le moindre point.

Pourquoi peut-elle y croire ?
Avec sept unités au compteur, l'Islande, troisième de sa poule, dispose du même nombre de points que la Hongrie. Mais la différence est que personne dans cette poule n'a réussi un carton plein. Les Islandais ne sont qu'à trois longueurs de la première place occupée par la Croatie. Durant l'Euro, l'Islande a prouvé, qu'avec son collectif, elle pouvait mettre à mal les sélections les mieux rôdées du continent. L'Angleterre l'a sans doute bien en mémoire. La Turquie a payé pour le savoir au mois d'octobre. La Croatie devra rester particulièrement vigilante lors du match retour en Islande. D'autant plus qu'à domicile, les Islandais sont invaincus depuis juin 2013 et restent sur deux victoires depuis le début des qualifications.

 
1 commentaire - Galles, Islande, Hongrie... Ces bonnes surprises de l'Euro mal en point
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]