La première pierre est posée

Les Bleus ont réussi à s'imposer en Finlande grâce à Abou Diaby. (Reuters)

Les Bleus ont réussi à s'imposer en Finlande grâce à Abou Diaby. (Reuters)

La victoire de l’équipe de France vendredi en Finlande (0-1), en ouverture des qualifications pour le Mondial 2014, constitue une bonne base de travail pour Didier Deschamps. Les chantiers sont encore nombreux, comme l’animation offensive, mais le sélectionneur a trouvé les mots pour insuffler un nouvel état d’esprit.

La première victoire des Bleus de Didier Deschamps décrochée vendredi en Finlande, froide et clinique par beaucoup d'aspects, laisse entrevoir un avenir prometteur mais confirme aussi que l'équipe de France doit encore progresser si elle veut mettre le cap sur le Brésil en2014. A Helsinki, la manière n'était pas là mais le résultat si (1-0). Et pour l'apôtre de "la culture de la gagne" désormais à la tête de cette sélection, il ne faut retenir que cela: trois points pris à l'extérieur pour le début d'une campagne de qualification pour une Coupe du monde.

Qu'importe, donc, si les Bleus n'ont pas forcément été fringants en Scandinavie, ont manqué de fluidité dans leur jeu ou ont failli se faire rejoindre au score en deuxième période par la 96e nation au classement de la Fifa. Car tout cela ne semble pas préoccuper outre mesure Didier Deschamps. En tout cas pas pour l'instant. "Il n'y a qu'un but d'écart mais le résultat est là et c'est ce qui compte. (...) Le contexte était difficile et il faut apprécier ce succès à sa juste valeur", a ainsi expliqué l'ancien entraîneur de l'Olympique de Marseille à l'issue de la rencontre, le visage serein et les yeux rieurs. Les pragmatiques, qui se souviennent que la France restait sur deux défaites amères à l'Euro et un match nul au mois d'août contre l'Uruguay, diront que le technicien basque a raison d'analyser ce match avec autant de réalisme.

Lloris: "Une bonne note pour toute l’équipe"

Vendredi soir, dans les coursives du stade d'Helsinki, il n'y avait d'ailleurs pas un Bleu pour contredire le nouveau maître à penser qui a pour lui, entre autres, l'un des plus beaux palmarès du football français comme gage de confiance. "On n'était pas à l'abri d'un but sur un coup de pied arrêté ou d'une hésitation mais on a tenu bon. Il faut retenir la réponse collective qu'on a donnée ce soir", a commencé par dire le capitaine des Bleus, Hugo Lloris. "C'est une bonne note pour toute l'équipe et c'est une bonne manière de démarrer la compétition (...) Cela fait du bien de prendre trois points", a ajouté le nouveau gardien de Tottenham. "On a résisté, on a gagné et on a su se serrer les coudes, a renchéri Karim Benzema, passeur décisif pour Abou Diaby à la 20e minute. C'est très important pour la suite."

A l'heure de livrer leur analyse, tous ont loué un état d'esprit collectif retrouvé, celui-là même qui avait semble-t-il fait un peu défaut dans le vestiaire lors de l'Euro l'été dernier. Au chapitre des satisfactions, Didier Deschamps peut aussi se targuer d'avoir réussi deux paris: celui d'aligner une défense centrale inexpérimentée mais qui a bien tenu et un milieu de terrain inédit, qui a lui aussi donné entière satisfaction.

En charnière, après un premier quart d'heure un peu fébrile, Mamadou Sakho et Mapou Yanga-Mbiwa ont en effet été de véritables rocs, une attitude appréciée par leur sélectionneur. "Le comportement de cette paire-là a été rassurant, les deux ont été bons. Le contexte était difficile car ils n'ont pas une expérience très importante au haut niveau, a-t-il dit dans un premier temps à propos du Parisien et du Montpelliérain. J'ai confiance en eux. Cela me paraissait logique qu'ils débutent et ce match devrait leur permettre de grandir." Sauf retournement de situation de dernière minute, ces deux-là devraient donc être reconduits mardi face à la Biélorussie,  tout comme les milieux de terrain Rio Mavuba, Abou Diaby et Yohan Cabaye.

Deschamps: "On doit être capable de faire mieux"

Jamais associés ensemble auparavant, les trois compères se sont trouvé presque les yeux fermés pendant la rencontre et la percussion d'Abou Diaby, buteur pour son retour en Bleu après plus d'un an d'absence en raison de multiples blessures, a beaucoup aidé l'équipe de France à jouer à l'endroit. "Collectivement, il s'agit d'un très bon résultat. On a fait de très bonnes choses. On a été très complémentaire", a analysé à chaud Yohan Cabaye. "Avec Rio, c'était facile de s'entendre car on a joué longtemps ensemble (à Lille) et on se connaît par coeur. Et puis avec Abou, quand il y a le talent, c'est facile de s'adapter", a ajouté le joueur de Newcastle.

Au-delà de ces motifs de satisfaction, Didier Deschamps sait très bien que tout n'a pas été parfait vendredi soir à Helsinki, en premier lieu l'animation offensive proposée par Jérémy Ménez, Franck Ribéry et Karim Benzema. "C'est un chantier difficile même si ce soir on a fait de bons enchaînements. Quand on a des positions de centre, je pense qu'on devrait avoir encore un peu plus de présence dans la surface. J'ai vu des choses intéressantes mais on doit être capable de faire mieux !", a-t-il lâché à ce sujet.

En défense, les deux latéraux Patrice Evra et Anthony Réveillère n'ont pas non plus été tranchants, laissant penser que d'autres joueurs pourraient peut-être être plus précieux à ces deux postes. Mais, en Finlande, l'essentiel était de "savourer" et Didier Deschamps, toujours prêt à réfléchir pendant des heures à ses plans tactiques, dispose encore de temps pour s'attaquer à ces chantiers.

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
Elles sont arrivées Contrefaçons La Coupe pour le Real Faire sans lui La réponse de Giroud
à lire aussi