Rennes veut se changer les idées

Les Rennais espèrent profiter de la Coupe de la Ligue pour rebondir. (Reuters)

Peu en verve en championnat avec une seule petite victoire au compteur en six matches, le Stade Rennais compte sur la Coupe de la Ligue et sur la réception de Nancy, mardi, en 16e de finale, pour se refaire la cerise. "Quelque soit l’équipe, on a besoin de gagner", souffle Frédéric Antonetti qui sait qu'un nouveau faux-pas pourrait sceller son sort à la tête du club breton. 

"Espérons que le but extraordinaire d’Ahamada soit l’apothéose au niveau de la malchance." Frédéric Antonetti n’a pas encore tout à fait digéré le but d’Ahamada, le gardien toulousain, samedi, à la 96e minute de la rencontre entre Toulouse et Rennes (2-2). Un but poissard, qui, pour le coach, résume un peu le début de saison des Bretons. "C’est peut-être le bouquet final. Ce but est une péripétie, lâche le technicien corse, sur le site du club. Cette saison, on a concédé trois buts exceptionnels. C’est le quatrième après ceux de Traoré et Gignac. Je pense que ces quatre buts peuvent faire partie du Top 5 de fin de saison. Ça tombe sur nous, mais il faut savoir l’accepter et passer à autre chose. À Toulouse, on a eu neuf occasions de but. Si c’est le cas pour les autres matches à l’extérieur, cela voudra dire que l’on est dans le vrai."

Reste que sur le plan comptable, la situation devient urgente, puisqu’avec quatre points, le club rennais pointe à la dix-huitième place de la Ligue 1. L’heure est donc au labeur, en attendant des jours meilleurs. "Il faut savoir faire le dos rond pour remonter la pente. On a commencé à Toulouse. Ce n’est que le début, souffle Antonetti. Si on arrive à sortir de cette passe difficile, je pense que les joueurs en sortiront plus forts mentalement. C’est difficile à vivre mais c’est peut être un mal pour un bien." Une remise sur les rails qui prendra sans doute du temps. "La confiance ne revient pas du jour au lendemain. On a un calendrier très compliqué. Il faut savoir s’adapter à la situation et gratter tous les points possibles, note le coach. On n’est pas en réussite. Il faut en tirer les conséquences et continuer sur la voie que l’on a tracée à Toulouse."

Et pour enfin se libérer, quoi de mieux que de changer d’air ? C’est peut-être là la solution pour le Stade Rennais, qui fait son entrée en Coupe de la Ligue, mardi, en seizièmes de finale. "C’est une compétition que l’on doit prendre très au sérieux. Cela permet de créer une dynamique et aussi de voir des joueurs qui ont besoin de se relancer et d’inventer des solutions, de les expérimenter. Nous avons un groupe très resserré. Il y a des jeunes qui méritent d’avoir leur chance. Ils sont en progrès. Il faut les voir en compétition. Cela fait vivre le groupe. Quelque soit l’équipe, on a besoin de gagner", reconnaît Frédéric Antonetti. Un constat d’autant plus valable que c’est Nancy, 19e de Ligue 1, qui rend visite au Stade de la route de Lorient. Dans ce cadre, un nouveau faux-pas rennais commencerait sérieusement à faire mauvais genre…

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !