Né à Marseille, ancien de l'Inter, et maintenant joueur de Trélissac

Né à Marseille, ancien de l'Inter, et maintenant joueur de Trélissac©Media365
A lire aussi

, publié le jeudi 11 février 2016 à 09h25

Ce jeudi soir (21h00), Nicolas Desenclos, le défenseur de Trélissac, affrontera son club de coeur, Marseille, où il est né. Âgé de 27 ans, le défenseur central du club de CFA a vécu une carrière mouvementée, avec notamment un passage à l'Inter Milan.

Son nom ne vous dit sans doute rien. Pourtant jeudi soir, la moitié des joueurs de l'Olympique de Marseille qui affronteront Trélissac n'auront pas connu un club du rang de celui où a évolué Nicolas Desenclos. Âgé de 27 ans, le défenseur central du club de CFA a une histoire un peu folle. Né à Marseille, où il a grandi jusqu'à l'âge de 12 ans, Nicolas Desenclos a connu le monde professionnel pendant plusieurs années. Mieux, il a même porté le maillot d'un des plus grands clubs européens : l'Inter Milan, lors de la saison 2007-08, à l'issue de laquelle les Milanais avaient remporté la Serie A. A l'époque, ses coéquipiers s'appelaient Ibrahimovic, Vieira, ou encore Maxwell. « J'ai signé trois ans. Roberto Mancini m'avait intégré dans le groupe, raconte le joueur formé à Montpellier dans les colonnes de Sud-Ouest. S'entraîner tous les jours avec de tels joueurs, ça fait progresser à vitesse grand V. Quand on a joué devant 80 000 personnes à 18 ans, ça forge un caractère, ça donne confiance. C'est une étiquette, aussi. Ça me suit encore. »

Les blessures ont brisé son élan
Mais du jour au lendemain, tous ses rêves se brisent. « En décembre 2007, je me suis blessé aux ligaments croisés avec la réserve », explique le défenseur central, qui connaîtra ensuite une succession de prêts en Espagne et en Belgique. Puis Niort fait appel à lui en janvier 2012. Avec les Châmois, il participe à la montée en Ligue 2, mais préfère ne pas y rester et s'engage à Luzenac, en National. « J'aurais dû y rester », concède-t-il aujourd'hui. Dans le sud-ouest, une nouvelle blessure freine son retour au premier plan. « Les blessures ont été un frein. C'est le moment d'appuyer sur le champignon, confie-t-il avant d'affronter l'OM. J'étais en haut très jeune, je suis tombé très bas, jusqu'au chômage. Le football est une remise en question quotidienne. Je suis passé, pour l'instant, à côté d'une carrière professionnelle. On verra en fin de saison si j'ai des opportunités en France ou à l'étranger. »

« Ce n'est pas le grand OM que je supportais enfant »
Face au club qu'il allait encourager tous les week-ends étant plus jeune, l'ancien joueur de l'Inter Milan espère réussir un nouvel exploit, moins d'un mois après avoir éliminé Lille en seizièmes de finale de la Coupe de France. Et même si sur le papier, les hommes de Michel ont tiré le gros lot avec Trélissac, Nicolas Desenclos met en garde les joueurs phocéens. « On a un coup à jouer. Avec tout le respect que j'ai pour cette équipe, ce n'est pas le grand OM que je supportais lorsque j'étais enfant. Ils ont un manque de confiance évident. Ils ont été très bons contre le PSG mais je ne pense pas qu'ils seront à ce niveau de motivation contre nous », glisse-t-il dans Sud-Ouest. A l'inverse, ce sont les Trélissacois qui seront à un niveau de motivation maximal ce jeudi soir. Et sur la pelouse de Chaban-Delmas, nul doute que Nicolas Desenclos renouera avec plaisir au frisson du professionnalisme.

 
3 commentaires - Né à Marseille, ancien de l'Inter, et maintenant joueur de Trélissac
  • nicolas.....comme malheureusement dans beaucoup de clubs français de L1 les 'formés à la maison' ne pèsent pas lourd.....on préfère aller piocher vers le grand Sud,puis vers plus au Sud encore,et,là,on trouve des élé ments de même niveau,voire moins bon,mais qui ne demandent que des sacs de 'cacahuètes' pour jouer...!

  • le gros problème c,est que les jeunes veulent etre adultes avant d,avoir fini leur croissance , ce qui entraine des blessures a répétition,pratiquement tous les jeunes qui jouent tot avec des catégories senior en ont ete victimes.

  • Il n’a jamais joué en match officiel à l’inter, que des matches de préparation avant d’être blessé (ligaments croisés) puis de faire une saison en prêt en 3ème division espagnole et une autre en 2ème division belge. Peut-être est-il parti trop tôt à l'étranger avec en 3 saisons, 3 clubs dans 3 pays différents.
    A 24 ans, il n’est pas trop tard pour espérer réussir dans le foot professionnel. Ce match est une autre occasion pour lui de se faire remarquer par des clubs pro. Souhaitons-lui de réussir.

    je trouve que les équipes qui affronte le psg les respecte trop c est un peut pour ça que toute les equipes de ligue 1 perde.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]