Ligue des Champions - Monaco : L'ASM a besoin de la Coupe d'Europe

Ligue des Champions - Monaco : L'ASM a besoin de la Coupe d'Europe©Media365
A lire aussi

Geoffrey Steines, publié le mardi 26 septembre 2017 à 07h37

Pour continuer à valoriser du mieux possible ses joueurs, l'AS Monaco se doit d'enchaîner les épopées européennes comme celle de la saison passée. Voilà pourquoi l'importance de la Ligue des Champions va bien au-delà d'une belle aventure humaine pour le club de la Principauté.

Monaco croisera mardi la route de son modèle. Treize ans après l'unique confrontation entre les deux clubs, en finale de la Ligue des Champions 2004, l'ASM retrouvera le FC Porto à Louis-II (20h45). Toujours dans la même compétition, lors de la phase de groupes cette fois. Un match particulier dans le sens où il oppose une institution qui a suivi le sillon tracé par l'autre. Sauf que l'élève a désormais dépassé clairement le maitre. Depuis son revirement de stratégie, qui date de l'été 2014 et qui consiste à miser sur des jeunes à fort potentiel pour d'éventuelles plus-values plutôt que sur des stars recrutées à prix d'or comme un an plus tôt (Falcao, James, Moutinho), le club de la Principauté marche franchement sur les plates-bandes du FC Porto. Avec une telle réussite qu'il a vendu pour 180 millions d'euros pendant le dernier Mercato. Et encore, c'est le double en y incluant l'option d'achat incluse dans le prêt de Kylian Mbappé au PSG, qui sera levée automatiquement à l'issue de la saison.
FC Porto : Moins de résultats, moins de chocolat
Jamais les Dragons, qui ont depuis changé de cap et sont revenus à des ambitions plus court-termistes, n'ont décroché un tel jackpot dans leur histoire récente. Ils ont bien évidemment réussi de belles ventes, comme avec James, Hulk, Falcao, Anderson, Eliaquim Mangala ou Pepe, tout ça sur la dernière décennie. L'été dernier encore, ils ont lâché André Silva au Milan contre 40 millions d'euros. Ils ont même récupéré 143 millions d'euros sur le seul été 2015, avec les départs conjugués de Jackson Martinez, Danilo, Alex Sandro ou encore Giannelli Imbula. Mais si Porto est toujours une pépinière de talents, il n'arrive plus toujours à les mettre en valeur. La faute à des résultats sportifs en berne, avec par exemple aucun titre de champion du Portugal depuis 2013. Pourquoi 2015 était une cuvée exceptionnelle ? Parce que le club portugais y atteint son seul quart de finale de Ligue des Champions depuis 2009. Sinon, le FCP souffre sur la scène européenne, avec pour seule éclaircie la victoire finale en Ligue Europa en 2011.
L'échec de 2015-16, un mal pour un bien pour Monaco
L'ASM est prévenue, il faut la plus belle des vitrines pour mettre en valeur ses bijoux. Elle n'a d'ailleurs pas besoin de regarder chez sa muse pour s'en convaincre. Ce n'est pas un hasard si c'est à l'été 2016 qu'elle n'avait perdue aucun cadre de son effectif. C'était après une saison mitigée pour un club de cette envergure, conclue sur une troisième place au goût amer en L1 et une élimination dès les barrages de Ligue des Champions, puis en phase de groupes de la Ligue Europa. Il se trouve que c'était un mal pour un bien pour Monaco, qui a profité de sa stabilité et de l'éclosion de Mbappé pour décrocher un titre de champion de France attendue en Principauté depuis 17 ans, tout en se frayant un chemin jusque dans le dernier carré de la C1. Là, l'Europe du football ne pouvait passer à côté de cette bande de gamins cornaquée par des anciens et dirigée par un Leonardo Jardim follement inspiré.
Jardim, le parfait équilibriste pour l'ASM
Bien évidemment, l'ASM n'est pas dans l'urgence. Les joueurs sur lesquels elle a réinvesti plus de 60% de ce qu'elle a gagné sur les transferts sortants réalisés cet été n'ont pas vocation à partir dès la prochaine intersaison. Pas tous en tout cas. Keita Baldé et Youri Tielemens sont déjà des graines de stars. Terence Kongolo, Adama Diakhaby, Soualiho Meïté et Jordi Mboula n'ont pas encore atteint la maturité. Rachid Ghezzal et Stevan Jovetic sont là pour mettre en valeur le collectif plus que pour exploser. Toujours est-il qu'ils ont un point commun : un potentiel que Monaco peut exploiter au maximum dans les prochaines années. Un travail de longue haleine qui passe par des mini-objectifs à court terme, comme une victoire contre le FC Porto pour se mettre en ballotage favorable dans la course à la qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, objectif minimal pour offrir un minimum de visibilité à ses ouailles cette saison. Un exercice d'équilibriste pour lequel Jardim est parfait. C'est bien pour ça qu'il colle si bien au projet de Monaco.

 
0 commentaire - Ligue des Champions - Monaco : L'ASM a besoin de la Coupe d'Europe
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]