L'assistance vidéo testée pendant deux ans

L'assistance vidéo testée pendant deux ans©Media365
A lire aussi

Media365, publié le 5 mars

L'International Board, instance régissant les règles officielles du football, a officialisé samedi des expérimentations au niveau de l'assistance vidéo pendant les deux prochaines années.

Un pas de plus vers la généralisation de l'arbitrage vidéo dans le football. Après la goal-line technology, utilisée depuis 2012 et généralisée ces dernières saisons, d'autres expérimentations vont être menées dans le domaine. L'International Board, instance régissant les règles officielles du football, l'a confirmé lors d'une conférence de presse ce samedi à Cardiff, précisant qu'elles feraient sous certaines conditions pour les deux prochaines années. Elles seront possibles dans quatre cas : déterminer si un ballon a franchi la ligne de but, les expulsions, les penalties, l'identité des joueurs qui ont commis les fautes. « Nous avons pris une décision historique pour le football. L'IFAB et la FIFA mènent maintenant le débat et ne sont pas près de l'arrêter. Nous avons démontré que nous écoutons le monde du football et appliquons donc le sens commun. Il nous faut être prudent mais nous accomplissons des pas concrets pour démontrer qu'une nouvelle ère a débuté au sein de la FIFA et de l'IFAB », a indiqué Gianni Infantino, nouveau président de la FIFA en conférence de presse.

L'Euro, laboratoire grandeur nature
Ce n'est pas la seule décision qu'a pris le Board à l'occasion de son Assemblée Générale Annuelle au pays de Galles. Il a notamment été décidé la fin de la triple-peine systématique, à savoir penalty, carton rouge et suspension. « Si le gardien ou un défenseur dans la surface essaie d'aller au ballon, d'aller au duel, de manière correcte et fait la faute, il n'y aura pas de carton rouge, seulement un jaune, a expliqué Infantino. Pour tout autre cas, jeu violent, but empêché, il y aura carton rouge ». L'ancien secrétaire général de l'UEFA a précisé que ces nouvelles directives entreront en vigueur dès le 1er juin prochain, s'appliquant ainsi lors de l'Euro 2016. Même chose pour la réforme du coup d'envoi, qui ne devra plus être joué obligatoirement vers l'avant, la possibilité d'un joueur blessé sur une action ayant entraîné un carton pour l'adversaire de se faire soigner sur le terrain et celle pour l'arbitre d'expulser des joueurs impliqués dans une bagarre avant le coup d'envoi. L'Euro sera un laboratoire grandeur nature pour toutes ces décisions. Un intérêt de plus pour le tournoi.

 
8 commentaires - L'assistance vidéo testée pendant deux ans
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]