Coupe des Confédérations : Que valent les Chiliens ?

Coupe des Confédérations : Que valent les Chiliens ?©Media365
A lire aussi

Rémi Farge, publié le dimanche 18 juin 2017 à 08h42

Jorge Sampaoli est parti depuis bientôt deux ans, mais le Chili n'a presque pas changé. Toujours cette volonté farouche de jouer, et toujours cette vague de succès sur laquelle surfe la Roja depuis 2015.

Ce dimanche, le Chili dispute sa première Coupe des Confédérations avec un match inaugural contre le Cameroun, champion d'Afrique en titre. Car en 2015, les coéquipiers d'Arturo Vidal ont enfin remporté la Copa America. Exploit qu'ils ont renouvelé il y a quelques mois, aux Etats-Unis, pour la coupe du centenaire. Avec cette fois Juan Antonio Pizzi à leur tête. Depuis deux ans, les Chiliens sont donc les maîtres du continent sud-américain, devant l'Argentine, le Brésil ou l'Uruguay. Et pourtant, ils doivent encore se contenter d'un statut d'outsider en Russie.
Pizzi a sorti l'artillerie lourde
Car les deux grands favoris de l'épreuve sont le Portugal et l'Allemagne aux yeux du grand public. Une Mannschaft placée dans le groupe du Chili, en compagnie du Cameroun et de l'Australie. Mais les Allemands se présentent sans leurs leaders, à l'instar de Neuer, Müller, Kroos, Özil, Khedira et Gomez, laissés au repos. Ce qui n'est pas le cas de la Roja. Juan Antonio Pizzi a décidé d'emmener l'artillerie lourde en Russie. Claudio Bravo, Alexis Sanchez, Gary Medel, Arturo Vidal ou encore Eduardo Vargas sont bien là. Le premier sera au centre de toutes les attentions, alors que son nom affole la rubrique des transferts depuis plusieurs jours. D'autant qu'il pourrait entrer dans l'histoire de son pays lors de cette Coupe des Confédérations. En marquant un but, Alexis Sanchez deviendrait le meilleur buteur chilien devant Marcelo Salas (37 buts chacun pour l'instant).
Un Chili en toute petite forme
En toute logique, le Chili vise au moins le dernier carré. Mais s'il fait peu parler de lui avant d'entrer en lice, c'est parce que ses derniers résultats sont au mieux moyens. Battue en Argentine au mois de mars, l'équipe de Juan Antonio Pizzi a reculé à la quatrième place des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 dans la zone Amsud. Derrière l'intouchable Brésil, déjà qualifié, la Colombie et l'Uruguay sont tout près, mais l'Argentine, cinquième, également. Et les récents matchs amicaux n'ont rassuré personne au pays. Notamment cette défaite contre la Roumanie (2-3) la semaine dernière, alors que les Chiliens menaient 2-0. Quelques jours auparavant, les coéquipiers d'Alexis Sanchez avaient déjà concédé le match nul face à la modeste Russie (1-1), en pleine reconstruction. Mais le Chili sait se sublimer dans les grands tournois. En témoigne son parcours de préparation à la Copa America 2015. Un parcours marqué par une défaite contre l'Iran (2-0) et une victoire à l'arraché contre le Salvador (1-0).

 
0 commentaire - Coupe des Confédérations : Que valent les Chiliens ?
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]