8 juillet 2014 - Le cauchemar du Brésil

8 juillet 2014 - Le cauchemar du Brésil©Media365
A lire aussi

Teddy Vadeevaloo, publié le samedi 08 juillet 2017 à 13h26

Il y a trois ans jour pour jour, le Brésil vivait un moment extrêmement douloureux en s'inclinant lourdement face à l'Allemagne en demi-finale de son Mondial (1-7). Un match historique.

Un cauchemar pour les uns, un moment magique pour les autres : le stade Mineirão de Belo Horizonte a assisté au destin différent de deux grandes nations du football ce mardi 8 juillet 2014. Petit retour en arrière sur une déroute mémorable pour le pays organisateur.

Tout s'annonçait pourtant bien
Brésil et Allemagne ont fini la phase de poule en tête de leur groupe avec 7 points et ont bataillé pour arriver dans le dernier carré. Quand la Seleção a écarté le Chili aux tirs au but (1-1, 3-2) et la Colombie à l'arraché (2-1), la Mannschaft a disposé de l'Algérie après prolongation (2-1 ap) et de la France in extremis (1-0). La demi-finale entre les deux pays s'annonce alors passionnante et indécise.

Les deux équipes ont alors fière allure. Mais le Brésil est privé de Thiago Silva, suspendu, et surtout de Neymar, blessé en quart. Dante et Bernard remplacent ainsi les deux hommes et le visage brésilien en est plutôt modifié. Côté allemand, tout le monde est sur le pont et Klose occupe la pointe de l'attaque.

Un avant-match trop émotif
Fidèle à ce qu'il communique au monde entier à ce moment-là, le Brésil va placer l'avant-match sous le signe de l'émotion. Une émotion parfois déplacée aux yeux des observateurs, certains reprochant alors aux hommes de Luiz Felipe Scolari d'afficher trop leurs sentiments, à l'image des larmes de Thiago Silva contre le Chili. Neymar étant absent, ses partenaires décident alors de lui rendre hommage en tenant une réplique de son maillot lors de l'hymne national et la majeure partie des spectateurs arborent un masque à l'effigie de la pépite brésilienne. Des images marquantes, émouvantes mais qui auront peut-être perturbé les joueurs par la suite...


Et si l'entame du match est brésilienne, les Allemands vont rapidement faire la différence grâce à leur efficacité froide, glaciale, implacable. Ils donnent ainsi véritablement une leçon à des Auriverde trop friables défensivement. Débordants d'envie, les partenaires de David Luiz perdent toutefois leur lucidité face aux assauts allemands. Et la rencontre va virer à la correction.

Un naufrage en... 18 minutes
Le constat est cruel : profitant des largesses défensives brésiliennes, les Allemands marquent pas moins de cinq buts en... 18 minutes. Müller (11eme), Klose (23eme), Kroos (24eme, 26eme) et Khedira (29eme) se font un malin plaisir d'éteindre l'atmosphère pourtant bouillante du stade Mineirão. Le sélectionneur brésilien a évoqué après coup de la « panique », quand son homologue allemand, Joachim Löw a analysé lucidement la situation : « A 2-0 pour nous, ils étaient sens dessus dessous, ils ont perdu leur organisation, et on s'en est froidement servis ».



Avec ce score de 5-0 à la mi-temps pour l'Allemagne, des affrontements commencent à éclater dans les tribunes mais ce sont les larmes qui prédominent. L'ambiance finira par se calmer et laissera place à la résignation au coup de sifflet final. 7-1 pour la Mannschaft, le remplaçant Schürrle marquant deux autres buts (69eme, 79eme) et le Brésilien Oscar sauvant à peine l'honneur (90eme). Jamais une équipe n'avait marqué autant de buts en demi-finale d'une épreuve mondiale et jamais le Brésil n'avait concédé une défaite de cette ampleur. Elle est arrivée au pire moment possible...

Le « Mineirazo » hante encore le Brésil
Ce match a pris pour surnom le « Mineirazo » du nom du stade Mineirão de Belo Horizonte et succède ainsi au « Maracanazo », nom d'une autre tragédie du football brésilien, en 1950 (la Seleção s'était inclinée face à l'Uruguay en match final du Mondial qui avait donc sacré la Celeste au Maracanã). Cette correction a permis à l'Allemagne de battre le Brésil en terme de finales de Coupe du Monde (8) et a permis à Miroslav Klose de dépasser le record de buts en Mondial établi par un certain... Ronaldo (16). Vraiment une soirée noire jusqu'au bout pour tous les Brésiliens...

 
1 commentaire - 8 juillet 2014 - Le cauchemar du Brésil
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]