Bordeaux, européen convaincu ?

Les Girondins affrontent Bruges en Ligue Europa. (Reuters)

Qualifié de justesse lors du tour de barrage contre l’Etoile Rouge de Belgrade, Bordeaux débute sa phase de poules de la Ligue Europa en accueillant Bruges ce jeudi à Chaban-Delmas. Reste à savoir quelles sont les ambitions des Girondins dans cette compétition qui a la réputation d'alourdir le calendrier.

Suivez le guide ! En attendant de visiter de nouveau la "Venise du Nord" lors du match de poule retour (le 22 novembre), Marc Planus a sans doute évoqué Bruges à ses coéquipiers cette semaine. Le stoppeur bordelais est en effet le seul survivant de l’unique confrontation européenne entre les deux clubs au quatrième tour de la Coupe UEFA 2003-2004. Les Girondins s’étaient qualifiés avant de voir leur aventure européenne s’arrêter au stade des quarts de finale face au futur vainqueur, le FC Valence tombeur de l’OM en finale.

Cette fois, c’est donc en phase de poules que les deux formations se retrouvent huit ans plus tard. Si Bordeaux découvre la Ligue Europa, son adversaire belge est un vieil habitué de l’exercice puisqu’il reste sur cinq participations consécutives à la phase de groupes. Un bilan qui incite à la prudence autant que le début de saison du premier club de Jean-Pierre Papin, leader de la saison régulière belge, toujours invaincu après sept journées (5 victoires, 2 nuls) et avec une attaque percutante menée par la révélation colombienne Carlos Bacca (5 buts en 4 matches de championnat, plus 2 en barrages de Ligue Europa face aux Hongrois de Debrecen).

Ce match face à la formation dirigée par l’ancien sélectionneur des Diables Rouges, George Leekens, a donc tout du test pour des Girondins sortis des barrages après une fin de match épique contre l’Etoile Rouge de Belgrade. Francis Gillot n’avait alors pas hésité à faire tourner son effectif en Ligue 1 pour aborder ce rendez-vous avec tous ses atouts en manche. L’ancien entraîneur de Sochaux et de Lens n’a pas l’intention de délaisser cette compétition que les clubs français ont parfois boudé. Dont Bordeaux en 2008,  alors concentré sur une qualification pour la Ligue des champions, et qui avait laissé son billet à une autre équipe belge, le RSC Anderlecht (2-1, 1-1). Le jeune attaquant Henri Saivet, conscient aussi que cette compétition pourrait lui offrir du temps de jeu, partage l’ambition de son entraîneur.  "Nous nous sommes donnés tous les moyens l’an passé et en barrage cette année pour la jouer. C’est une compétition qui fait saliver."

Signe de ses attentes, l’ancien espoir s’est même renseigné sur le pedigree de son adversaire : "Un ami jouant en Belgique m’a parlé d’une équipe très forte, dévoile-t-il sur le site officiel du club. Le football belge n’est pas très médiatisé mais je connais de nombreux joueurs passés par ce championnat-là. Ils évoquent tous Bruges comme une très grosse équipe. Si elle n’a pas encore perdu, ce n’est pas pour rien. Il faut les prendre au sérieux. Ils proposent un football différent qui peut mettre en difficulté des équipes françaises car nous ne sommes pas habitués à le voir."

Saivet sait surtout que cette rencontre peut permettre à Bordeaux de retrouver de l’allant. Toujours aussi solide, que ce soit via une défense à quatre ou cinq éléments, les Girondins marquent peu. Leur bilan, cinq buts en Ligue 1, est même faussé par leur victoire à Annecy face à Evian-Thonon (3-2) lors de la première journée. Depuis, le supporter bordelais n’a eu que deux maigres buts à se mettre sous la dent en championnat (cinq au total) et a déjà connu trois 0-0 en sept matches disputés toutes compétitions confondues. Or pour gagner puis espérer s’extirper d’une poule où figurent aussi Newcastle et le Maritimo Funchal, Bordeaux devra bien marquer. Si possible à domicile ce jeudi soir…

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !