Leicester City : les bookmakers anglais grincent des dents

Leicester City : les bookmakers anglais grincent des dents©Media365
A lire aussi

Media365, publié le 3 mai

Devenu champion d'Angleterre lundi soir, Leicester City a réalisé un exploit sans précédent. Dans l'histoire des paris, celui-ci est tout aussi mémorable. En juillet, la cote de 5000 contre 1 pour un titre des Foxes avait attiré de nombreux parieurs. Mais leur bonheur fait aujourd'hui le malheur des bookmakers anglais...

Si le premier sacre de l'histoire de Leicester City en Premier League a fait de nombreux heureux, et pas seulement les supporters du club, c'est aussi grâce à la cote incroyable d'un tel événement. Au début du championnat, les bookmakers pronostiquaient logiquement sur la victoire finale d'un club du Big Four (Arsenal, Manchester City, Manchester United ou Chelsea). Mais ne pensait absolument pas au club des Midlands, qui avait évité de peu la relégation la saison dernière (six points d'avance sur le premier relégué).

A tel point que la cote des Foxes s'élevait à 5000 contre 1 en cas de titre : 5 euros vous en rapportait donc 25 000... L'un des plus gros bureaux de paris anglais, William Hill, précisait en février qu'« aucune équipe n'avait jamais remporté le championnat avec une telle cote ». C'est même la plus grosse notation jamais proposée, d'après un spécialiste du secteur interrogé par Le Figaro. De quoi tenter de nombreux parieurs.
La plus grande perte du secteur
Vingt-cinq d'entre eux avaient d'ailleurs misé jusqu'à 25 livres sur cet exploit sur le site de William Hill. Ayant peur de perdre trop d'argent, certains bookmakers ont essayé de racheter des paris au cours de la saison. Celui de John Pryke, par exemple, qui avait sorti 20 livres à 5000 contre 1. Mais il ne « supportait plus la pression » et a fini par céder son pari pour 29 000 livres. Alors que l'Anglais aurait pu en gagner 100 000...

Ça n'est pas le cas de tous les joueurs : l'auteur de la mise la plus élevée, 75 livres sur une cote de 1 500, a empoché 112 500 livres. Et il n'est pas le seul à avoir repoussé les avances des bookmakers. « Ce titre représente la plus grosse perte jamais enregistrée par le secteur durant toute l'histoire de la Premier League », a indiqué William Hill, estimant le trou à 14 millions d'euros. Voilà qui devrait servir de leçon aux maisons de paris anglaises. Au contraire, les parieurs les plus audacieux devraient davantage surveiller la cote de Crystal Palace (16eme) à partir de l'été prochain...

Rédigé par Vincent Naël

 
12 commentaires - Leicester City : les bookmakers anglais grincent des dents
  • On ne va certainement pas pleurer sur le sort de ces officines privées qui ont amassé des fortunes sur la misère du petit peuple. Juste retour de bâton, donc, et puis c'est eux qui ont fixé la cote.

  • Il n'empêche que le championnat anglais est quand même autrement calibré que le nôtre qui est un championnat à sens unique..................suivez mon regard avec nos dirigeants nationaux qui n'ont d'autres envergures que leurs gros ventres et les subsides qu'ils ramassent au passage !!!!

  • c'est super LEICESTER est champion et en plus les bookmakers perdent de l'argent.......super ..

  • Une fois n' est pas coutume..... chez les Gentils Escrocs qui veulent toujours faire plus d'Argent sur le dos des petits ....
    Ils crient Haro !!! quand ils en perdent ..... mais quand ils en gagnent .....on ne les entends pas !!! .... sauf pour faire de la publicité ...pour inciter les petits a jouer encore et encore ...avec des miroirs au alouettes sur des gains toujours meilleurs ...
    De plus ils ne redistribuent qu' une partie des mises ....non ...?

  • Pas du tout . Cet article est erroné. Donner beaucoup d'argent à peu de gagnants ou peu d'argent à beaucoup de gagnants (si Chelsea avait gagné ) revient au même pour les bookmakers. Ce n'est que la redistribution d'une partie des sommes jouées !! Donc ne pleurons pas sur ces bookmakers, ils vont continuer à manger du caviar et nous des sandwichs.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]