"Schweini", le come-back

Bastian Schweinsteiger est de retour au premier plan avec le Bayern.

Bastian Schweinsteiger est de retour au premier plan avec le Bayern.

Perturbé par plusieurs blessures depuis la fin de l'exercice précédent, Bastian Schweinsteiger est de retour sous sa meilleure forme pour le plus grand bonheur du Bayern Munich. Le milieu allemand a une telle influence sur le jeu bavarois qu'il est devenu indispensable à une Bundesliga, qui verra le leader affronter Brême, samedi.

Quand "Schweini" va, tout va ! C’est un peu le credo du Bayern Munich depuis plusieurs années. Outre-Rhin, le parallèle entre les blessures qui ont entaché la fin de saison 2011-2012 du milieu et le cataclysme vécu au printemps par l’ogre bavarois (2e en Bundesliga derrière Dortmund, défaites en finale de Ligue des champions et en Coupe d’Allemagne) a été fait à maintes reprises par les observateurs.

Dans la foulée, la Mannschaft et ses nombreux éléments appartenant au Bayern, a échoué en demi-finale de l’Euro contre l’Italie avec dans ses rangs un Bastian Schweinsteiger diminué, passablement lent dans la transmission du ballon, et auteur sans doute d’une de ses pires phases finales sous le maillot de sa sélection. Son retour était donc très attendu par le staff du Bayern qui a un peu aiguisé la concurrence dans son entrejeu avec l’arrivée de Javi Martinez pour épauler le Brésilien Luiz Gustavo ou le polyvalent Toni Kroos. Après cinq journées, "Schweini" a répondu à tous ses détracteurs.

Pas de retard à l’allumage… comme la saison dernière

Déjà auteur de trois buts, celui qui a fait ses débuts sous le maillot du Bayern en Ligue des champions 2002-2003 contre le RC Lens a retrouvé son rythme habituel. Son influence sur le jeu d’un Bayern Munich aux allures de rouleau compresseur est manifeste. Même le Ballon d’Or 1996 Matthias Sammer, ancien libéro de Dortmund et devenu cet été –ô sacrilège- directeur sportif du Bayern, en convient. "Bastian est un joueur incroyable, il a une sensibilité incroyable pour lire le jeu", a déclaré cette semaine celui qui fut le premier ex-Allemand de l’Est à s’imposer durablement au sein de la sélection après la réunification.

Mercredi, lors de la démonstration opérée face à un VfL Wolfsburg vite relégué au rang de faire-valoir, "Schweini" a étincelé pour s’offrir le titre honorifique d’homme du match. Impeccable en Ligue des champions pour son entrée en lice face à Valence (2-1), le Bayern Munich avance à tombeau ouvert en Bundesliga avec cinq victoires en autant de matches et des statistiques à donner le tournis (17 réalisations soit plus de trois buts inscrits par match contre deux seulement encaissés). Lille, qui accueillera le finaliste de la dernière édition pour la troisième journée de la phase de poules, peut déjà s’inquiéter.

A la Säbener Strasse, au centre d’entraînement du Bayern, on chasse toutefois l’euphorie à l’heure de se déplacer au Weser Stadion de Brême face à une équipe du Werder contre laquelle les Bavarois n’ont plus perdu depuis le 20 septembre 2008 (5-2). La fête de la bière avait alors tourné à l’aigre pour le Bayern qui se méfie de ses départs tonitruants. Après tout, l’an passé, Munich comptait bien huit points d’avance sur Dortmund après six journées. Le capitaine Philipp Lahm s’en souvient. "Je n’ai aucun intérêt pour les statistiques mais nous avons été prévenus", a-t-il confié à Kicker. Mais avec un Schweinsteiger à ce niveau, le capitaine de la Mannschaft, son entraîneur Jupp Heynckes et les Bavarois peuvent voir venir…

Pariez sur le football avec PMU.fr, jusqu'à 170€ offerts !