Bundesliga : En Allemagne, le Bayern Munich a écrasé toute la concurrence

Bundesliga : En Allemagne, le Bayern Munich a écrasé toute la concurrence©Media365
A lire aussi

Alessandro Pitzus, publié le dimanche 30 avril 2017 à 10h55

Le Bayern Munich a remporté le 27eme titre de son histoire samedi. Retour sur une saison exceptionnelle.

Le topo 
Le Bayern reste le Bayern. Avec Guardiola ou Ancelotti, la finalité demeure la même : les Bavarois terminent au sommet. Après le cycle victorieux de l'entraîneur espagnol, le club allemand n'a pas eu de mal à passer à la l'heure italienne avec le « Mister » transalpin. Les hommes passent, la philosophie change, mais les titres restent au chaud. Favoris à leur propre succession, les Munichois ont étalé leur supériorité toute la saison. Il n'y a pas eu l'ombre d'un doute. Le Bayern a distribué les claques toute la saison en affichant un niveau de jeu exceptionnel. Ce cinquième titre de suite (un record depuis la création de la Bundesliga), c'était comme une évidence pour l'institution bavaroise.

 
Le tournant
Sur l'autoroute de son succès, le Bayern n'a pas eu à se soucier de la concurrence. Elle était incarnée ces dernières années par le Borussia Dortmund. Mais cette saison, le club de la Ruhr a été trop irrégulier pour espérer être plus qu'un poil à gratter. La surprise est venue du promu, Leipzig, qui a impressionné toute la saison. Leader puis co-leader avec le Bayern, l'équipe surprise a étonné son monde. Jusqu'au 21 décembre 2016 : le jour où les Bavarois ont giflé Leipzig et repris seuls la tête du championnat (3-0). La suite n'aura été qu'une balade.

 
Le chiffre
Le Bayern Munich n'a toujours pas perdu le moindre match à domicile en Bundesliga cette saison (11 victoires, 4 nuls). Comme toujours, les Bavarois ont été intraitables à domicile et ont enchaîné les démonstrations dans cet exercice 2016-2017 dominé de la tête et des épaules. Après 31 journées, le club allemand ne comptabilise que deux revers à l'extérieur (Dortmund et Hoffenheim).

 
Le joueur
On pourrait en retenir plusieurs comme Robben, Thiago Alcantara, Neuer, Kimmich... mais comme souvent, Robert Lewandowski a cassé la baraque à la pointe de l'attaque. A trois journées de la fin, l'attaquant polonais affiche 28 buts au compteur et pourrait battre son record sur une saison (30 buts la saison dernière). L'ancien buteur du BVB a été fantastique. Dominant, complet et plus rapide que les autres, il a été un poison pour toute les défenses d'Allemagne. Au Bayern, l'avant-centre de 28 ans est toujours une implacable machine à marquer. Il ne s'arrête jamais. Le duo Robben-Ribéry, en feu quand il était disponible, l'a constamment alimenté en bons ballons.

 
Le coach
La grande qualité de Carlo Ancelotti, c'est qu'il peut s'adapter à toutes les situations. Il peut succéder à n'importe qui sans souffrir d'une quelconque comparaison. C'est ce qu'il a fait en Bavière en s'appuyant sur l'héritage laissé par Guardiola pour construire son Bayern. Le Transalpin a gardé la base tout en rajoutant quelques touches petit à petit afin d'améliorer cette équipe déjà sensationnelle. Comme partout où il passe, « Carletto » a réussi à se faire apprécier de tous (dirigeants, staff, joueurs) à une vitesse défiant toute concurrence. Son calme et sa science sont une force pour ce Bayern qui a encore une marge de progression assez conséquente.

 
La recrue
Mats Hummels évidemment. Débarqué au Bayern pour 35 millions d'euros (plus des bonus) alors qu'il allait entrer dans sa dernière année de contrat à Dortmund, le défenseur central n'a pas déçu en exportant son talent en Bavière. Joueur élégant doté d'une relance propre et d'une technique bien plus élevé que la moyenne pour un arrière axial, l'international allemand était déjà excellent au BVB, il est devenu encore plus fantastique au Bayern. Rien ne passe ou presque avec lui et la qualité de son jeu aérien a parfois débloqué des situations périlleuses. C'était le joueur dont le Bayern avait besoin.

 
La déception
Il y en a quelques-unes, des collectives et des individuelles. A l'image de Thomas Müller, troisième meilleur buteur du Bayern cette saison avec... cinq buts en Bundesliga. L'attaquant allemand, qui est devenu un simple remplaçant, a égaré son sens du but depuis l'Euro 2016 (0 but dans la compétition). Dans le système de Carlo Ancelotti, le Bavarois ne trouve pas sa place et son utilisation sur le côté a été un échec. Dans le 4-2-3-1 d'Ancelotti, il n'y a de la place que pour un attaquant, pas pour lui. Le technicien italien l'apprécie, mais ne voit pas sa polyvalence comme un atout. Alcantara à la baguette et Robben sur la droite sont passés devant Müller. Déception aussi pour Kingsley Coman, qui a très peu joué cette saison alors qu'il semblait franchir un cap avec Pep Guardiola. L'ailier français a dû se contenter de quelques minutes quand il n'était pas blessé.

 

Collectivement, il y a quand même des choses à redire. Le Bayern fait partie du gratin, mais il ne gagnera qu'un seul titre cette saison. Battus en quarts de finale de la Ligue des Champions après un arbitrage pas à la hauteur et éliminés en demi-finales de la Coupe d'Allemagne, les Bavarois ont manqué de fraîcheur et de malice en fin de saison. Ils étaient taillés pour tout rafler. Ils vont devoir prendre leur mal en patience.

 
2 commentaires - Bundesliga : En Allemagne, le Bayern Munich a écrasé toute la concurrence
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]