Webber retarde Alonso

Mark Webber s'est imposé à Silverstone. (Reuters)

Mark Webber s'est imposé à Silverstone. (Reuters)

Il a cru faire le coup parfait, Fernando Alonso. Mais l'Espagnol, longtemps en tête du Grand Prix de Grande-Bretagne, a finalement été privé de son troisième succès cette saison par Mark Webber. Le pilote Red Bull est désormais dauphin d'Alonso au championnat du monde, devant son coéquipier Sebastian Vettel, également troisième à Silverstone.

Fernando Alonso n’est plus seul. Un autre homme affiche lui aussi deux victoires au compteur. Déjà à la fête à Monaco, Mark Webber a doublé la mise dimanche à l'occasion du Grand Prix de Grande-Bretagne, suivant le pas de l’Espagnol qui avait mis fin il y a deux semaines à l’étonnante série de vainqueurs différents depuis le début de la saison. A Valence, le pilote Ferrari avait profité des malheurs de Sebastian Vettel pour récupérer en fin de course la première place et s’imposer pour la première fois à domicile depuis 2006. Dimanche, la fin de course lui a été fatale. En proie à des pneumatiques sérieusement endommagés, l’Espagnol a abandonné le commandement de la course à quatre tours de l’arrivée à son rival australien, tout heureux de récupérer la première place pour filer vers la victoire à Silverstone, comme en 2010 où il s’était aussi élancé de la deuxième place sur la grille de départ.

Une aubaine pour le pilote Red Bull, qui semblait se résoudre à monter sur la deuxième marche du podium après une course d’attente derrière Alonso. L’Australien aura eu le mérite de suivre le rythme imposé en début de course par l’Espagnol sur une piste finalement épargnée par la pluie ce dimanche. En poussant ses pneus tendres jusqu’au 15e tour, Webber a pu se permettre un deuxième relais plus court en gommes dures (moins performantes) et donc finir plus fort qu’Alonso, qui avait opté pour une stratégie opposée au départ. Ce dernier a cédé à quatre tours de l’arrivée. Mais contrairement à Vettel à Valence, il n’a pas tout perdu, conservant sa deuxième place sur le podium pour rester solidement installé en tête du championnat du monde, seulement suivi à 13 longueurs par le vainqueur du jour.

Derrière les deux hommes, Sebastian Vettel profite du manque de performance ce week-end des McLaren (Hamilton 8e, Button 10e) et de l’erreur stratégique de Mercedes (Schumacher 7e) pour monter sur le podium et s’inscrire comme le troisième homme dans la course à sa propre succession au volant d’une Red Bull qui reste la plus régulière du plateau. Si elle grimpe au troisième rang de la hiérarchie des constructeurs derrière la Scuderia Ferrari (portée par Alonso mais enfin soutenue par Felipe Massa, quatrième à Silverstone) mais devant McLaren, l’écurie Lotus quitte elle l’Angleterre encore avec des regrets, Kimi Räikkönen et Sébastien Grosjean se classant respectivement aux cinquième et sixième rangs de ce Grand Prix de Grande-Bretagne. La victoire n’est toujours pas au rendez-vous pour les hommes d’Eric Boullier. Prochaine occasion dans deux semaines lors du Grand Prix d’Allemagne.

Le Sport sur votre mobile
en images
Nouvelle tête Caramba, encore raté ! "Cheeeese" Quand t'es dans le désert... Bien battu !
à lire aussi