Perez, la nouvelle star

 Sergio Perez

L'arroseur Lewis Hamilton arrosé par Sergio Perez, ce pourrait être pour bientôt...

Deuxième du Grand Prix d'Italie derrière Lewis Hamilton, pour son troisième podium de l'exercice, Sergio Perez est la révélation de cette saison de Formule 1. Des performances qui ne laissent pas insensibles les "top écuries" dont la Scuderia qui apprécie les talents de pilote du Mexicain.

Voilà un pilote en devenir qui devrait peser dans les années à venir… Sergio Perez apprend vite, très vite, comme ses débuts en F1 l’avaient laissé entrevoir, à Melbourne en mars 2011. Pour son baptême du feu, le Mexicain avait coupé la ligne d’arrivée en septième position, avant d’être déclassé pour non-conformité de l’aileron arrière de sa Sauber. Une péripétie qui ne l’empêchera pas d’inscrire 14 points au championnat du monde. Prometteur !

Depuis, le garçon a confirmé ces belles promesses s’offrant son tout premier podium en F1 cette année, dès le deuxième Grand Prix de la saison, en Malaisie, où il se permit de longtemps tenir la dragée haute à un certain Fernando Alonso. Une troisième place au Canada plus tard, l’intéressé a récidivé, ce week-end en Italie, prenant cette fois le meilleur sur l’actuel leader du championnat. Si Lewis Hamilton, le poleman, a signé à Monza une victoire incontestable, Sergio Perez s’est distingué en imposant sa Sauber en deuxième position, devant les Ferrari de Fernando Alonso et Felipe Massa. Pas un mince exploit !

Le successeur de Felipe Massa ?

D’autant que sa C31, en mal d’appuis et de vitesse, ne lui avait pas permis de se qualifier dans les meilleures dispositions… 12e sur la grille de départ, le natif de Guadalaraja a dû relever un pari fou pour parvenir à ses fins: partir en pneus durs dans une stratégie à un arrêt pour ensuite finir comme une balle avec une monoplace chaussée de pneus tendres. Un plan ficelé à la perfection qui aurait pu le mener jusqu'à la victoire s’il avait rallié les stands un soupçon plus tôt, Lewis Hamilton ne lui ayant finalement échappé que pour une poignée de secondes (4"3).

"C'était une course incroyable", s’exclamait dimanche le Mexicain, avant de jouer la carte de la modestie tandis que son avenir était évoqué, lui que "radio paddock" envoie volontiers à Maranello pour prendre la succession de Felipe Massa l’an prochain: "Je ne suis pas sûr que cette performance suscite plus d’intérêt que cela chez Ferrari. En revanche, moi, je donnerai toujours le maximum pour mon équipe, quitte à me mesurer à un Fernando Alonso ou à un autre…" Chez Sauber, on temporise, mais Monisha Kaltenborn, la patronne de l’écurie suisse, ne se fait probablement pas d’illusions: "Nous annoncerons notre line-up pour 2013 en temps voulu", soupire-t-elle. Stefano Domenicali n’est guère plus prolixe au sein de la Scuderia, mais reconnaît le talent du prodige de 22 ans: Pour le moment, nous ne pouvons communiquer sur Sergio Perez, mais il a fait une belle course dimanche." Un euphémisme qui a le mérite de ne fermer aucune porte…