Hamilton persiste et signe

Le Britannique est en pole position à Singapour. (Reuters)

Comme à Monza lors du Grand Prix précédent, Lewis Hamilton s’élancera une nouvelle fois de la pole position dimanche après avoir dominé les qualifications du Grand Prix de Singapour. Le Britannique partira aux côtés de Pastor Maldonado (Williams) alors que Sebastian Vettel (Red Bull) et Fernando Alonso (Ferrari) sont relégués en deuxième et troisième lignes. De retour en piste, Romain Grosjean (Lotus) est huitième sur la grille.  

Hamilton a gardé son habit de lumière à Singapour. Sous les projecteurs du circuit basé sans la Marina Bay, le pilote McLaren a encore fait parler la poudre en qualifications en repoussant la concurrence à une demi-seconde. Cette pole position, la 24e de sa carrière, confirme la maîtrise et la vélocité qu’il avait affichées il y a quinze jours à Monza. Dominateur tout au long du week-end italien, Hamilton en avait profité pour se repositionner dans la course au titre en grimpant de la 5e à la 2e place du classement des pilotes. A Singapour, il vient de montrer qu’il n’avait pas l’intention d’interrompre sa marche en avant.

Non content de partir devant ses rivaux directs pour le sacre, le champion du monde 2008 partagera la première ligne avec Pastor Maldonado. Plutôt discret en essais libres et au début des qualifications, le Vénézuélien a attendu les ultimes secondes de la Q3 pour sortir de l’ombre. Après son coup double pole-victoire en Espagne, il a les armes pour semer la zizanie parmi les favoris comme il l’avait fait lors de son départ volé en Belgique. N’ayant rien à perdre au premier virage, le pilote Williams au caractère bouillant risque de faire preuve de moins de retenue au départ que son voisin de première ligne. Impliqué dans de nombreux accrochages cette saison, le pilote Williams avait notamment percuté Hamilton en fin de course à Valence, le privant d’une place sur le podium.

Loin d’avoir oublié cet incident, Hamilton peut néanmoins espérer que la présence de Maldonado à ses côtés joue en sa faveur. Nouveau dauphin d’Alonso depuis Monza, le pilote McLaren compte tout de même 37 points de retard sur l’Espagnol au classement des pilotes. Ainsi, il a tout intérêt à ce qu’un outsider se place entre eux, à l’instar ce qu’avait réussi Perez en Italie. Cinquième sur la grille derrière Button, Alonso peut s’inspirer sur la solidité de sa performance en course devant les Tifosi pour défendre au mieux son statut de leader. D’ailleurs, le chef de file de Ferrari a toujours bien réussi à Singapour avec deux victoires et une troisième place en quatre participations.

Räikkönen lâche prise

Alors qu’Hamilton ne pouvait dissimuler un sourire après sa pole acquise sans mal, Vettel affichait une mine fermée. Meilleur temps des trois séances libres, l’Allemand a dû à la régulière se contenter d’une troisième place sur la grille qui ne le console pas de son abandon à Monza sur un problème d’alternateur. Cette position lui permet néanmoins de croire en un troisième sacre de rang en fin de saison. A l’inverse, Räikkonen a peut-être laissé échapper ses chances de titre dans la nuit de Singapour. Le Finlandais a buté aux portes de la Q3 et ne partira qu’en douzième position à l’assaut un circuit avare en opportunités de dépassement.

La contre-performance du champion du monde 2007 a contraint Lotus à reporter ses espérances sur Romain Grosjean. Après sa suspension à Monza, le Français est pourtant encore passé près de la correctionnelle dans la Marina Bay en percutant le rail en Q2. Au volant d’une E20 peu à l’aise sur le tracé singapourien, il peut se féliciter d’avoir réussi à se place sur la quatrième ligne de la grille. En course, il devra s’appliquer à ne pas commettre d’erreur et ne pas perturber la bataille pour le titre comme il l’avait fait à Spa.

Victime de cet incident belge, Hamilton semble intouchable depuis, permettant à McLaren de signer sa 5e pole consécutive. Après avoir fait preuve de sa pointe de vitesse à dans le temple de Monza, le Britannique a récidivé à Singapour sur un tracé nettement plus tortueux. Solide dans l’art du tour lancé, il a les cartes en main pour s’imposer à condition de ne pas commettre d’erreur au départ et en espérant que McLaren soit au point en termes de stratégie. D’ailleurs, les chiffres plaident en sa faveur : le poleman à Singapour l’a toujours emporté lors de ces trois dernières saisons. Si elle est confirmée en course, la forme étincelante de Hamilton pourrait augurer d’une bataille à distance intense avec Alonso et Vettel et d’une fin de saison aussi accrochée qu’en 2010.