Retour aux affaires courantes

Michael Schumacher a visité les graviers. (Reuters)

Michael Schumacher a visité les graviers. (Reuters)

Au lendemain de l'annonce de la retraite en fin de saison de Michael Schumacher, la course a repris ses droits au Grand Prix du Japon. A Suzuka, vendredi matin, les deux premières séances d'essais libres ont été dominées par les McLaren et les RedBull, et notamment Jenson Button et Mark Webber. Schumacher, lui, est sorti de la piste.

Il n’y a pas que "Schumi" dans la vie, il y a la compétition aussi. Cette évidence ne devrait pas être trop difficile à faire avaler aux fans de Formule 1, tant la lutte pour le titre s’annonce passionnante à six courses de la fin de la saison. D'autant qu'il est toujours plus facile de se consoler d'une deuxième retraite que d'une première... Mais par la force des événements, pas mal de paires d’yeux étaient quand même fixées sur Michael Schumacher. Et le septuple champion du monde a fait le spectacle sans le vouloir, en sortant de piste assez violemment dans le monstrueux "Spoon", exactement comme Paul di Resta un peu plus tôt. "J’ai dû aller au centre médical, c’était une précaution de la FIA, rassurait-il ensuite sur le site de la F1. Mais je suis O.K. à 100%. Je pense que j’étais déjà trop concentré sur le virage de devant, j’ai mis une roue dans la partie sale et je suis sorti."

Rien de grave donc pour l’Allemand, qui honorera sans problème la dernière sortie de sa carrière sur un de ses circuits favoris, où il s’est imposé à six reprises. Pour le reste, ces essais libres ont confirmé la tendance de Singapour: McLaren va bien - mais c’est déjà le cas depuis plusieurs Grands Prix - et Red Bull va mieux. Le bon temps de Mark Webber l’après-midi est là pour en attester, de même que sa troisième place lors des libres 1. Sebastian Vettel, lui, a aussi pris la troisième place lors des libres 2. "C’était bien d’avoir du beau temps, pour la première fois sur un week-end complet, se réjouit l'Australien. On a pu faire tous les runs qu’on souhaitait."

Alonso s'estime miraculé

Vettel, vainqueur du dernier Grand Prix à Singapour, était un peu plus tatillon: "On doit franchir un cap avant samedi. Je pense que ce sera très, très serré en qualifications, donc tout ce qu’on peut améliorer sur la voiture va compter." Et Fernando Alonso dans tout ça, leader du championnat dont les 29 points d’avance sur Vettel ne cessent de l’ébahir ? "C’est un petit miracle d’être premier. On s’améliore, on semble désormais capables de tenir la distance avec plus d’optimisme. On va voir ce qu’il se passe jusqu’à la fin, voir si on peut se battre pour le championnat. On a fait 14 courses plus ou moins parfaites, on ne doit pas faire d’erreur sur les six dernières."

Classé 11e puis cinquième des libres, l’Espagnol devrait rester prudent ce week-end, prêt à sauter sur chaque occasion comme à son habitude. Quant à savoir qui des Red Bull ou des McLaren est vraiment favori, l’avantage ira peut-être encore à l’écurie de Lewis Hamilton, qui se verrait bien gagner un titre avant son départ chez Mercedes. Au-delà du meilleur temps de Button en libres 1, le champion du monde 2008 a terminé deuxième des deux séances. "Ça a l’air très serré entre nous et Red Bull, rappelle-t-il sur le site de la F1. Je me sens bien dans cette voiture, et je pense que je peux aller chercher le meilleur temps de Mark Webber sur un tour optimal." Loin des retraites et des transferts, la piste a repris ses droits.