Hamilton, comme une flèche

Lewis Hamilton a signé la 23e pole position de sa carrière. (Reuters)

Sur le circuit de Monza, Lewis Hamilton a signé ce samedi le meilleur temps de la séance de qualifications du Grand Prix d’Italie. Le Britannique de l’écurie McLaren (1’24"010) a devancé son coéquipier Jenson Button et le Brésilien Felipe Massa (Ferrari). Mauvaise séance pour Fernando Alonso, seulement 10e sur la grille.

Et si Monza marquait un tournant dans la saison de Fernando Alonso ? Auteur d’une première partie de saison presque parfaite au vu des performances inégales de sa monoplace, avec six podiums en 11 courses, dont trois victoires, l’Espagnol peine depuis la reprise du championnat. Malchanceux en Belgique où il a fait les frais de la précipitation de Romain Grosjean, le pilote Ferrari espérait se racheter à domicile à Monza. Peine perdue jusqu’à présent, le double champion du monde, déjà en proie à des soucis techniques la veille (moteur puis boîte de vitesses), étant passé à côté samedi de sa séance de qualifications. Un dernier tour lancé mal négocié et voilà le leader du championnat du monde relégué à la dixième place sur la grille de départ…

Rien de dramatique si ce n’était la forme affichée par les McLaren depuis la trêve estivale, dont Lewis Hamilton, lui aussi mis hors-course par Grosjean en Belgique, compte enfin profiter, à l’instar de son coéquipier Jenson Button, auteur du doublé pole-victoire le week-end dernier. Une menace à ne pas négliger, d’autant moins après le coup de force réussie par l’écurie de Woking dans le jardin de la Scuderia Ferrari. A leur avantage sur le rapide tracé de Monza, les Flèches d’argent ont ainsi monopolisé la première ligne de la grille de départ, prime étant donnée à Hamilton, auteur de sa deuxième pole de sa saison.

Protégé par son coéquipier, le champion du monde 2008 peut espérer s’envoler dimanche en tête de la course et filer vers sa troisième victoire de la saison sans avoir à fixer ses rétroviseurs. Il y surveillera tout de même les évolutions de ses adversaires, moins Felipe Massa, qui a signé le troisième chrono des qualifications, même s’il ne serait pas contre l’idée de monter avec lui sur le podium, que Sebastian Vettel. S’il ne partira que de la troisième ligne, la faute à une monoplace moins performante sur un tour lancé, pour preuve l’élimination dès la Q2 de son coéquipier Mark Webber avec le 11e chrono, le double champion du monde en titre a prouvé qu’il pouvait accélérer en course. Il lui faudra s’il veut chatouiller les McLaren et surtout garder ses distances avec Alonso pour se rapprocher de la tête du classement pilotes. Qu’on se le dise, ce championnat est loin d’être fini…