Le Qatar s'y prépare

Jean Todt accueillerait à bras ouverts le projet de Nasser Bin Khalifa Al-Attiyah, ici à sa droite. (Reuters)

Jean Todt accueillerait à bras ouverts le projet de Nasser Bin Khalifa Al-Attiyah, ici à sa droite. (Reuters)

Comme Bahreïn et Abu Dhabi, le Qatar souhaite représenter les émirats au calendrier mondial de la F1. Président de la fédération qatarienne des sports mécaniques, Nasser Bin Khalifa Al-Attiyah a ainsi accueilli une délégation de la FIA, la semaine passée à Losail, sur un circuit jusqu’alors cantonné au MotoGP. Son idée: organiser des essais hivernaux avant d’intégrer le championnat. Pourquoi pas dès 2013 ?

Au calendrier du championnat du monde de moto depuis 2004, théâtre même de l’ouverture des hostilités depuis 2007, Losail est peut-être en passe de changer de dimension. C’est en tout cas le but de Nasser Bin Khalifa Al-Attiyah, président de la fédération qatarienne des sports mécaniques (QMMF), lequel s’attèle aujourd’hui à faire entrer le Qatar au calendrier mondial de la Formule 1, comme Bahreïn en 2004 et Abu Dhabi en 2009.

L’intéressé a pour ce faire organisé la semaine passée la visite d’une délégation de la Fédération internationale de l’automobile (FIA) – fédération dont il est lui-même vice-président - parmi laquelle comptait Charles Whiting, le monsieur sécurité des Grands Prix de F1, responsable logistique et patron du département technique de la FIA.  Une opération séduction destinée à promouvoir les modernes installations du site de Losail, d’ores et déjà équipé pour accueillir un éventuel Grand Prix nocturne…

Au calendrier dès l’an prochain ?

A en croire Nasser Bin Khalifa Al-Attiyah, ses convives auraient apprécié la démonstration, au point de plaider la cause qatarienne lors de la prochaine commission de sécurité de la FIA. Le but ? Obtenir l’aval de la fédération internationale à l’issue de l’assemblée générale de décembre prochain, et ainsi une licence pour organiser des essais hivernaux dès le mois de février 2013. A terme, le Qatar, futur hôte du Mondial de handball 2015 et de la Coupe du monde de football 2022, entend se faire une place dans le championnat. Peut-être même plus vite que prévu…

Il y a deux ans déjà, Jean Todt, le président de la FIA, évoquait cette possibilité. "Il est très facile pour le Qatar d'intégrer le calendrier. C’est une question commerciale qui ne dépend que de l’entente entre la FOM , qui gère les droits de la F1, et les autorités locales. Nous avons déjà deux courses au Moyen-Orient avec Bahreïn et Abu Dhabi, la candidature du Qatar serait légitime et bienvenue." A plus forte raison aujourd’hui alors que le Grand Prix de New York n’est plus attendu avant 2014 et que Bernie Ecclestone, le patron de la FOM, cherche à compléter son programme à 20 dates pour la saison prochaine. Un Grand Prix du Qatar le 16 juin 2013, entre les rendez-vous de Montréal et de Silverstone, n’est donc pas à exclure.