Mercedes freinerait les ambitions niveau recrutement de Renault

Mercedes freinerait les ambitions niveau recrutement de Renault©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 02 novembre 2017 à 11h25

Contraint de renforcer ses équipes, et donc d'aller convaincre des personnes travaillant chez ses concurrents, Renault se frotte aux pratiques très défensives de Mercedes.

Après avoir repris une écurie Lotus au bord de la faillite, Renault a été contraint de renouveler une large partie du personnel de l'écurie et de remplir les postes qui devaient l'être pour remettre l'écurie basée à Enstone sur les rails. Et, comme souvent en F1, recruter des ingénieurs ou des personnes pour certains postes critiques nécessite d'aller débaucher du monde chez des concurrents. Et c'est là que les problèmes débutent pour Renault car certaines écuries, et notamment Mercedes, font tout pour éviter une « fuite des cerveaux ». « Red Bull n'est pas trop agressif dans sa gestion du personnel, mais c'est Mercedes qui est le plus agressif. Nous avons fait signer un cadre de Mercedes l'an dernier, 2017, et il ne va pas nous rejoindre avant 2019 à cause de la situation contractuelle, a assuré Cyril Abiteboul, directeur de l'écurie Renault, dans un entretien accordé à Motorsport.com. Le Royaume-Uni est très favorable à la protection des employés au bénéfice de l'employeur, mais cela nous donne quelques difficultés. Nous le savons, il faut juste faire avec. »
Le cas Budkowski a fait débat
Ces soucis contractuels ont été notamment mis en avant par « l'affaire Budkowski ». Ancien membre du département technique de la FIA, le Polonais Marcin Budkowski s'est engagé en faveur de l'écurie Renault dans un rôle de directeur exécutif. Si Renault a accepté de bonne grâce un délai de trois mois entre son départ de la Fédération Internationale de l'Automobile et son arrivée au sein de l'écurie de la marque au losange, Mercedes a toussé quand les premières rumeurs à ce sujet sont apparues. Pour éviter de s'attirer les foudres de la marque à l'étoile, Renault a différé ce recrutement jusqu'en avril prochain. Une attitude qui est donc reproduite avec ses propres employés, qui peuvent être bloqués plusieurs années en cas de départ vers la concurrence. « Mercedes a le droit de faire ce qu'ils font, mais je trouve ça un peu injuste. Ils ont déjà les ressources financières, mais maintenant, ils bloquent le système en s'assurant que personne ne puisse aller ailleurs, tonne Cyril Abiteboul. En fin de compte, cela reste un sport et nous devons fournir un beau spectacle intéressant, et ce n'est pas ce qui se passe si l'on fait ça. »

 
4 commentaires - Mercedes freinerait les ambitions niveau recrutement de Renault
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]