La motorisation 2021 dessinée

La motorisation 2021 dessinée©@Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le mardi 31 octobre 2017 à 15h00

Une réunion au siège de la FIA a permis de présenter une première ébauche de la motorisation de la F1 à l'horizon 2021.

La Formule 1 prépare activement son avenir et, à l'occasion d'une réunion organisée ce mardi à son siège, Place de la Concorde à Paris, la FIA a présenté son plan pour le future de la motorisation utilisée en F1, à l'horizon 2021. En présence de Jean Todt, des représentants des détenteurs des droits commerciaux, des motoristes actuellement présents dans la discipline et d'éventuels candidats à l'arrivée, la FIA a présenté le résultat de plusieurs mois d'études des données des F1 actuelles, de l'avis des écuries, des motoristes et d'experts extérieurs à la discipline qui ont permis de dessiner un embryon de réglementation permettant de réduire les coûts, de maintenir un lien avec la technologie utilisée dans les voitures de route mais également améliorer le spectacle avec des monoplaces plus bruyantes.
Un moteur revu et corrigé
La volonté de la FIA de garder un lien avec la technologie développée pour la route impose le maintien d'une composante hybride au sein de la motorisation. Si l'idée d'un V6 turbo est ainsi conservée, et toujours avec une cylindrée limitée à 1,6L comme les moteurs actuels, c'est la partie électrique qui va recevoir la plus grande évolution. Le système de récupération d'énergie thermique au niveau du turbocompresseur sera de l'histoire ancienne, étant jugé trop complexe et, surtout, trop coûteux à développer. Un système qui reste un des talons d'Achille du moteur Honda. Toute l'hybridation de ce moteur passera ainsi par le système de récupération d'énergie cinétique, principe en vigueur en F1 depuis 2009, qui verra son rôle évoluer. Sans plus de précision, la FIA indique que ce système sera plus puissant que la version actuelle mais, si le déploiement de l'énergie est actuellement, l'idée d'une intervention du pilote pour l'activation est mise en avant. Le concept serait d'offrir aux pilotes la possibilité de conserver une certaine quantité d'énergie qu'il pourrait déployer à loisir soit pour attaquer, soit pour se défendre, ce qui ajouterait un élément tactique au pilotage.
Un certain degré de standardisation approuvé
L'objectif de la réduction des coûts pour les écuries de F1 passera par une mesure forte et qui pourrait toutefois faire grincer des dents. La FIA propose, en effet, de standardiser deux éléments du moteur à l'horizon 2021 : la centrale électronique qui gère le fonctionnement du moteur et la batterie permettant de conserver l'énergie produite par le système de récupération d'énergie cinétique. Pour tenter de niveler les performances et de réduire, la Fédération propose d'imposer des contraintes de taille et de poids au turbocompresseur alors que la question du bruit produit par ces moteurs serait réglée par une augmentation de 3 000 tours par minute du régime moteur utilisé, c'est-à-dire rapprocher ces moteurs des 15 000 tours par minute connus à l'époque des V8 atmosphériques. Cette réunion a permis de mettre en place un cadre de travail et les discussions vont continuer jusqu'à fin 2018 pour finaliser la réglementation moteur qui va entrer en vigueur dès le début de la saison 2021 et, si possible, attirer de nouveaux motoristes tels Porsche, Audi ou Aston Martin.
 
7 commentaires - La motorisation 2021 dessinée
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]