GP de Monaco : Les pneus trop durs pour la course ?

GP de Monaco : Les pneus trop durs pour la course ?©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le samedi 27 mai 2017 à 08h35

Alors que Pirelli a apporté ses gommes les plus tendres pour le Grand Prix de Monaco, les techniciens de la marque italienne ont laissé à penser que le pneu ultra-tendre permettra de boucler toute la distance de la course dimanche.

Etroit, sans réelle opportunité de dépassement, le circuit de Monaco offre souvent aux spectateurs et téléspectateurs des processions où l'ordre de passage au premier virage dicte le classement final, à moins d'une course marquée par des incidents, ce qui peut bouleverser les stratégies pré-établies. Or, au vu des données recueillies lors de la première journée d'essais libres jeudi dans les rues de la Principauté, rien n'indique que des stratégies folles puissent être mises en place. « Nous n'avons plus ou moins aucune dégradation, assure à Motorsport.com Mario Isola, directeur de la compétition de Pirelli, manufacturier unique de la F1. L'usure n'est pas un problème, la dégradation non plus. La gestion des pneus était parfaite ce jeudi, pas de cloques, pas de graining, rien. Il y a différentes options stratégiques, car ils peuvent changer les pneus quand ils veulent, en fonction des conditions de course. S'il n'y a pas de voiture de sécurité au début, nous pouvons avoir une situation différente. »

Isola : « Un risque de faire la Q2 en super-tendres »

Mais, au vu de la différence de performance entre les gommes ultra-tendres et super-tendres, qui est évaluée à sept dixièmes de seconde au tour, il semble qu'un coup stratégique en prévision du départ de la course soit exclu. « Je pense que c'est un risque de faire la Q2 en super-tendres, car si l'on regarde les dix premiers ce jeudi, ils ne sont pas éloignés. Et avec le delta de 0"7, c'est assez risqué d'essayer de faire la Q2 en super-tendres, ajoute Mario Isola. Si vous faites une erreur, ou qu'il y a du trafic, ce qui est toujours possible à Monaco, il y a un gros risque de ne pas passer en Q3 et de partir 11eme, 12eme ou 13eme. Dépasser est tellement difficile ici, ce serait probablement un gros désavantage. » Réponse lors des qualifications ce samedi.

 
2 commentaires - GP de Monaco : Les pneus trop durs pour la course ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]