GP de Monaco : La domination de Ferrari profite à Vettel

GP de Monaco : La domination de Ferrari profite à Vettel©Panoramic, Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le dimanche 28 mai 2017 à 15h50

Dominatrices, les Ferrari signent le doublé à Monaco avec la victoire de Sebastian Vettel devant Kimi Räikkönen.

Devancé lors des qualifications par Kimi Räikkönen, Sebastian Vettel avait besoin d'un bon coup stratégique pour espérer s'imposer lors du Grand Prix de Monaco. Or, dès le départ, l'Allemand n'a pas été en mesure d'inquiéter son coéquipier finlandais alors qu'il a dû résister à la charge d'un Valtteri Bottas qui n'avait que ça à tenter face au manque de rythme de sa Mercedes en circonstance de course. Mais le statu quo a prévalu à la sortie du premier virage et, dès lors, Kimi Räikkönen a dominé de la tête et des épaules le début de course et creusé un écart de plus de deux secondes sur son coéquipier allemand et plus de sept secondes sur un Valtteri Bottas en perdition. C'est une véritable course d'attente qui s'est alors mise en place face à des pneus à la dégradation inexistante, dans l'espoir d'une intervention de la voiture de sécurité pour chambouler la donne. La défaillance de la boite de vitesses de Nico Hulkenberg au 16eme tour l'a laissé croire mais ça n'est pas arrivé.

Les arrêts ont bousculé l'ordre établi

Face à l'absence d'événements notables, c'est le trafic qui a grandement dessiné les stratégies d'arrêts aux stands. Le premier à « craquer » a été Valtteri Bottas au 25eme tour alors que son rythme était meilleur que celui des Ferrari, prises dans le trafic. Max Verstappen, qui a retrouvé du rythme à ce moment de la course, a attendu cinq tours pour faire son changement de pneumatiques mais n'a pas pris le meilleur sur le Finlandais, le Néerlandais ayant tiré tout droit à la chicane de la Piscine peu avant son arrêt. C'est alors que le destin de ce Grand Prix s'est joué en ce qui concerne la victoire. Ferrari a, en effet, décidé d'arrêter Kimi Räikkönen dès le 35eme tour, laissant Sebastian Vettel seul aux avant-postes. L'Allemand a décidé à ce moment de hausser sensiblement son rythme et, en cinq tours, de se ménager une avance suffisante sur son coéquipier pour prendre les commandes du Grand Prix, pour ne plus les lâcher. Ce dépassement par les stands a comme démotivé le Finlandais, qui a confirmé ses difficultés à mesure que les gommes durcissent. Mais le meilleur coup de cette phase d'arrêts aux stands a été pour... Daniel Ricciardo ! L'Australien a accéléré petit à petit pour finalement distancer Max Verstappen et Valtteri Bottas pour prendre place sur le podium.

Hamilton limite les dégâts face à Vettel avant la Safety Car

Alors que Sebastian Vettel a caracolé en tête dans la deuxième moitié de course, Lewis Hamilton a choisi une des seules stratégies lui permettant de limiter la casse face à l'Allemand du point de vue du championnat pilotes. Le Britannique, parti 13eme sur la grille, a doublé Vandoorne au départ avant de se montrer très patient, de ménager sa monture et ses pneus ultra-tendres pour s'arrêter après pas moins de 48 tours. Au jeu des arrêts des autres pilotes, le triple champion du monde était remonte à la sixième place avant de glisser d'un rang lors de son arrêt et de ressortir juste devant Romain Grosjean. Devant, alors que Sebastian Vettel a pris plus de dix secondes d'avance sur un Kimi Räikkönen en perdition face à Daniel Ricciardo, la voiture de sécurité est entré en jeu après 61 des 78 tours lorsque Pascal Wehrlein, après un accrochage avec Jenson Button au virage du Portier, s'est retrouvé sur le côté contre les barrières quand le Britannique, pigiste de luxe chez McLaren-Honda pendant que Fernando Alonso est allé tenter sa chance à Indianapolis, a abandonné quelques virages plus tard à cause des dommages. Une image aussi improbable qu'effrayante... mais rien de grave à signaler pour l'Allemand, dont l'équipier chez Sauber Marcus Ericsson est allé à la faute sous voiture de sécurité en manquant son freinage au premier virage, sur une piste qui se dégradait.

Ferrari renoue avec le succès en Principauté seize ans après

Lors de la relance, au 67eme tour, Daniel Ricciardo s'est fait une énorme frayeur en sortant trop large au premier virage et allant au contact avec le rail de sécurité. L'Australien a pu continuer et sauver sa troisième position dans un Top 10 qui n'a pas bougé hormis la sortie de piste de Daniil Kvyat au virage du Casino, permettant à Felipe Massa et Kevin Magnussen de gagner une place et d'entrer dans les points. Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen signent le premier doublé Ferrari depuis le GP d'Allemagne 2010 et l'Allemand conforte sa première place au classement pilotes avec ce troisième succès en six courses. Avec 19 points de repris à Lewis Hamilton, le quadruple champion du monde voit son avance passer à 25 unités avec ce premier succès Ferrari à Monaco depuis 2001, soit un Grand Prix d'avance quand Ferrari reprend la main au classement constructeurs. Une situation idéale pour la Scuderia avant le déplacement au Canada dans deux semaines pour la septième manche du championnat du monde. Côté Français, Romain Grosjean a conservé la huitième place qui était la sienne au départ quand Esteban Ocon a mis fin à sa série de cinq courses dans les points. Le pilote Force India n'a pas été en mesure de remonter dans le peloton et a été handicapé par une crevaison en fin de course qui l'a contraint à un deuxième arrêt imprévu.

 
12 commentaires - GP de Monaco : La domination de Ferrari profite à Vettel
  • Pour une fois que l on voyait le GP en clair, et une tres bonne course de raikkonnen, il a fallut laisser passer mr vettel pour qu il gagne , kimi tu merite mieux va chez mercedes. tu ai le meilleur avec l allemand a tes coté tu gagnera jamais...

    très deçu par l ecurie ferrari........ kimi devait gagner se GP ......

  • L'idiot qui a écrit cet article ne connaît pas la signification de "caracoler" !
    "Caracoler' nous vient de l'escargot, il est d'abord utilisé dans le monde équestre où, au début du XVIIe siècle,
    il s'applique aux cavaliers et à leur monture qui enchaînent des voltes et demi-voltes (la volte : un tour complet
    que le cavalier fait exécuter au cheval, sur un cercle tangent) - selon le dictionnaire en ligne Reverso.
    Vettel n'a pas exécuté de "donuts" ou de sauts de cabris avec sa Ferrari pendant la course, imbécile !!!

  • c'est dommage pour Raikko mais Ferrari courant après un titre pilote depuis 2007 ne peut pas se permettre de laisser le moindre point à son pilote le mieux placé dans un grand prix où ils étaient attendus. C'était visible depuis le début de saison, la Ferrari est plus à l'aise dans les parties sinueuses, les mercedes sont devant dans les secteurs rapides. Sauf intempéries, Montréal va être très difficile pour Ferrari. Et sur l'ensemble des courses, il est extrêmement difficile voire impossible pour une Ferrari de dépasser une mercedes à conditions égales donc stratégiquement Vettel doit faire le plein sur Monaco mais aussi surement en Hongrie, à Baikou pour espèrer battre Hamilton au championnat.

  • honte a eux dommage pour kimi mais je souhaite la punition pour vetel dans les grands prix a venir je vais prier implorer pour une punition exemplaire

    on apprécie ou pas, mais c'est la logique de course il y a un premier pilote et un second et il y a surtout énormément de tune et de boulot en jeu!!

  • A voir le visage fermé de Iceman à sur le podium on a bien compris la supercherie de la victoire non méritée de Vettel mise en scène par le staf de Ferrari. Déjà qu'il n'y a plus de spectacle en GP de F1 les petits arrangements accélèrent la fin prochaine de la F1.

    Toi, tu es spécialiste pour raconter des conneries ...... alors, ferme la !!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]